La chatte sur un toit brûlant – Tennessee Williams

Depuis le temps que ce bouquin traînait sur mes étagères, il avait fini par prendre la poussière. C’est en faisant du rangement que je l’ai retrouvé, avec un plaisir indéniable. C’est mon premier livre de cet auteur et vu tout le tapage médiatique fait autour (le film a beaucoup aidé), j’avoue que j’y suis allée à petits pas. Enfin, les deux premières pages seulement car Tennessee Williams a le don de vous absorber et de vous faire oublier qu’il existe un monde en dehors de votre livre.

L’histoire est pourtant somme toute banale : Une famille d’un riche planteur se réunit pour l’anniversaire du grand-père. On y trouve la grand-mère, Gooper, le fils aîné, son épouse Édith et leurs cinq enfants, le fils cadet, prénommé Brick et sa femme Margaret, un docteur et un révérend, amis de la famille. Tout y passe : alcoolisme, héritage, mal-être sexuel… bref, tout ce que l’on pourrait trouver dans la rubrique faits divers. Margaret et Brick ont du mal à s’entendre et se chamaillent. Brick préfère se réfugier dans l’alcool plutôt que d’affronter les véritables problèmes, notamment son inactivité sexuelle. Et pour cause… Brick aime t-il les femmes ? Avait-il eu une relation avec son ami Skipper, mort d’abus de drogue et d’alcool ? Margaret, quant à elle, justifie le titre de cette pièce. Elle se sent comme « une chatte sur un toit brûlant ». Elle ne supporte pas son beau-frère et sa belle-sœur et encore moins leurs enfants. Elle présume qu’ils vont faire main basse sur l’héritage.

La violence et le mensonge sont également présents et structurent la pièce. Ainsi, alors que l’on croyait le grand-père condamné, la grand-mère annonce que les résultats de ce dernier sont bons. Et zou, que fait ce dernier ? Il dit à son épouse qu’elle n’a plus à le commander et fiche tout le monde à la porte avec pertes et fracas. Tout le monde sauf Brick à qui il veut faire avouer qu’il est responsable de la mort de Skipper. Sur ce, Margaret annonce qu’elle est enceinte… On se croirait presque dans un vaudeville mais la tension est si grande qu’on en oublie vite l’idée… surtout lorsqu’on se rend compte que la grand-mère n’a pas dit toute la vérité. Allez, je n’en dis pas plus pour ne pas tout déflorer.

Il faut absolument lire cette pièce, elle est grandiose !

 

Extrait :

Brick : Je n’ai pas l’intention de demander le divorce. Et ça me soulagerait que tu prennes un amant.

Margaret : Je ne veux pas prendre des risques. Je préfère rester sur ce toit de tôle brûlant…

Brick, se levant : Ce n’est pas très confortable.

(Il se met à siffler doucement.)

Margaret : Non, mais j’y resterai aussi longtemps qu’il le faudra.

Brick : Pourquoi ne me quittes-tu pas ?

(Il siffle)

Margaret : Je n’en ai aucune envie. (Brick est face à la porte au premier plan. Au loin, trois cris de faucon. Au fond, Grand-Père traverse la pelouse de droite à gauche suivi de Grand-Mère qui chantonne « She came to my window ». Grand-Père fume un gros cigare dont elle écarte la fumée en agitant son mouchoir. Ils disparaissent. Margaret va à la porte au fond à droite. Margaret à Brick.) D’ailleurs, pour divorcer, il faut beaucoup d’argent et tu n’as pas un sou. (Elle traverse la chambre et rejoint Brick.) Tu n’as que ce que ton père te donne et ce n’est guère. S’il mourait demain…

(Elle remonte vers la porte du fond.)

Brick, s’assied sur la marche de la véranda : Mais pourquoi mourrait-il ? Maman vient de nous dire qu’il n’avait rien.

Publicités

6 réflexions sur “La chatte sur un toit brûlant – Tennessee Williams

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s