Francesco da Barberino (1264-1348) – Documenti d’Amore

documentidamore00barb_0007

Contemporain de Dante, ce poète italien, né de famille modeste, fut envoyé à Florence pour ses études. Il eut pour maître Brunetto Latini. Doué pour les rimes, il montra très vite un certain talent. Il partit ensuite à Bologne afin d’étudier le droit. Il commença alors à exercer la profession de notaire. En 1296, à la mort de son père, il s’établit à Florence et se mit au service de l’évêché. C’est à cette période vraisemblablement qu’il se lança dans les Lettres et fit la connaissance de ses pairs (Dante, Guido Cavalcanti et Dino Compagni). En 1303, il se marie et a 5 enfants. Il quitte Florence pour des raisons politiques (il faisait partie des Gibelins) et commence son Reggimento e costume di donna, traité d’éducation féminine. Il enrichit celui-ci par un voyage en France, ce qui lui donnera matière à des Nouvelles et des moralités.

En 1313, il revint à Florence. Sa femme étant décédée, il s’empressa d’en épouser une autre afin de ne pas laisser ses enfants seuls. Il exerça alors la seule profession de notaire, devenu Docteur en droit. Il fut brillant dans ce domaine.

Il mourut en 1348, de la peste.

Ses Documenti d’Amore (1309-1314) s’inscrivent dans la double tradition de la littérature courtoise et didactique. Car il ne faut pas se tromper. Ce n’est pas de la littérature érotique dont il est question ici. Il s’agit de conseils donnés aux hommes. Il composa d’ailleurs en parallèle un traité De l’Education et de la manière de vivre de la femme. Les Documenti d’Amore n’étaient pas destinés à circuler librement. Les idées sectaires qu’ils contiennent peuvent expliquer cela. Ce livre était destiné à des initiés. Ce n’est peut-être pas pour rien d’ailleurs qu’à la fin, figure l’image d’un guerrier, épée à la main et cette légende :

« Je suis celui qui veille avec force et prends garde que ne vienne quelqu’un qui ouvre le livre

et s’il n’est pas digne de le faire je le frapperai de cette épée à la poitrine. »

Entre amour physique et amour spirituel, Francesco da Barberino s’attache à mettre en œuvre douze vertus : docilité, industrie (art de cacher sa pensée), constance, discrétion, patience, espérance, prudence, gloire, justice, innocence, gratitude, éternité. Il s’agit, on l’aura compris, d’un parcours initiatique aboutissant à la béatitude. Des illustrations viennent étayer les propos.

 

documentidamore00barb_0059

La docilité

Heureusement d’ailleurs qu’elles sont là car les textes foisonnant de jeux sur les mots et de symboles cachés, je serais curieuse de savoir comment ils ont été compris. Mais Francesco dit lui-même qu’il convient

 

« d’utiliser certaines rimes
qui doivent être entendues
par ceux qui sont avec nous
et non pas par les autres
car Amour célèbre
le sens ultime de ces tournures
couvertes obscures et belles
et doubles comme le verront clairement
ceux qui sachant appliquer l’esprit
et l’intellect à en pénétrer les gloses
en tireront honneur et fruit. »

 

Le côté pratique, pour nous lecteurs modernes, c’est qu’en lisant cet ouvrage, nous pouvons reconstituer tous les usages de l’époque et nous demander à quelle caste (secte ?) pouvait bien appartenir ce poète.

Extrait :

Si le soleil ne rayonne plus et si je suis rabaissé à terre,
si je vois que tout est sombre et suis seul à parler
de ce que je suis et sais,
personne ne s’étonnera que je parle obscurément
parce que Fortune m’a conduit là.

Dans ma peine je serre
tout ce qui m’opprime
parce que je ne voudrais pas parler
de la fin de ma joie
avec ceux qui ne sont pas encore experts
de mon état.
Alors je m’adresse à vous, mes seigneurs sages
et avertis
qui me comprenez,
à vous dames désormais peu nombreuses
dont l’esprit ait été ouvert par Amour
qui a tant perdu de sang et d’honneur.

Or à partir de là et de la blanche couleur
en cherchant bien à l’intérieur
vers le centre
vous verrez apparaître de nombreux brouillards
tous noircis par ce sang.
La terre tremble, mon coeur tremble
et tous accourront aussitôt
qu’ils auront compris ce qui s’est passé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s