Du Domaine des Murmures – Carole Martinez




Esclarmonde, comme toute jeune fille de l’époque (XIIe siècle), doit accepter le mariage arrangé voulu par son père. Le jour de ses épousailles, elle fait fi de toutes les convenances et refuse que Lothaire de Montfaucon, connu pour déflorer les jeunes pucelles, contre leur gré, dans les buissons, devienne son seigneur et maître. Bravant tous les interdits, faisant comme l’avait fait avant elle sainte Agnès, elle se tranche une oreille et demande à son père de construire une chapelle en l’honneur de cette dernière et de l’emmurer à côté, comme cela se faisait à l’époque. Fou furieux par l’affront que vient de lui imposer cette fille qu’il adore pourtant, il ne refuse pas et fait en sorte que la volonté d’Esclarmonde soit appliquée. Au bout de quelques temps, un miracle se produit : elle donne naissance à un fils, Elzéar (signifiant « secours de Dieu »), qui porte les stigmates du christ puisqu’il a les mains percées. Une sainte est née ! Mais le lecteur, peu dupe, se doute bien qu’Elzéar a un père pourtant… et vous risquez d’être surpris !

L’écriture de Carole Martinez est vraiment agréable. Saupoudrée de poésie, elle met en avant quelques us et coutumes de la période médiévale sans pour autant trop en faire. De ce fait, le livre est vraiment pour tout public, que l’on s’intéresse au moyen âge ou pas. Tout est axé sur le ressenti de cette femme hors du commun, sur la psychologie, et la prouesse consiste justement à rendre ce roman haletant. On a envie de savoir ce qu’il va se passer, on souffre avec cette femme, on adhère à ses paroles, d’autant plus qu’il s’agit de la narratrice.

Je suis ravie d’avoir pu découvrir une romancière dont l’envergure poétique n’a d’égal que sa simplicité.



Extrait :

À presque trois ans, Elzéar parvenait, en poussant ma chaise au plus près du mur, à se hisser à la hauteur des barreaux de ma fenestrelle et à se laisser glisser jusqu’au sol de l’autre côté. Il était plus libre que je ne l’avais jamais été, bien qu’il dormît en ma cellule. Je ne le contraignais pas à cet espace minuscule et le laissais gambader au-dehors à sa guise. Je l’aidais même lors de ses évasions et masquais l’angoisse grandissante qui m’étreignait au moment de la séparation. Car, à mesure qu’Elzéar gagnait en agilité, il lui devenait plus difficile de se faufiler entre les tiges de fer pour courir dans les écuries et regarder les hommes y travailler. Je le suivais des yeux aussi longtemps que possible, puis je m’imaginais ses jeux à partir de ce que chacun m’en disait, j’assemblais des morceaux. Elzéar tentait lui aussi de me conter ses découvertes en sa langue décousue, mais son monde n’était que de fragments, les mots lui manquaient encore autant que la faculté d’organiser ses souvenirs dans le temps et l’espace.

Ses mains percées ne me donnaient accès qu’au regard de mon père – l’au-delà du grand érable m’était étrangement plus lointain que la Syrie, l’enfer ou les cieux -, et mes nuits étaient toujours emplies des souffrances du croisé que les caresses quotidiennes d’Elzéar me condamnaient à partager.

Je vivais son calvaire de l’intérieur, j’étais ses pieds, ses yeux, sa chair. J’étais accrochée à mon père comme le gui à l’arbre, j’embrassais sa pensée aussi clairement qu’au soir de mes noces manquées.

Publicités

4 réflexions sur “Du Domaine des Murmures – Carole Martinez

  1. Ping : La Terre qui penche – Carole Martinez – Mes Promenades Culturelles II

  2. Ping : Le Cœur cousu – Carole Martinez – Mes Promenades Culturelles II

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s