Les incantations de Mersebourg

incantations Mersebourg

Source de l’image

Die Merseburger Zaubersprüche sont des formules magiques germaniques païennes retrouvées au XIXe siècle dans la bibliothèque de la cathédrale de Merseburg. Elles seraient antérieures à l’an 750. Un moine copiste de l’abbaye de Fulda les aurait recopiées au IXe ou du Xe siècle sur une page de garde d’un livre de messe. Elles ont la particularité d’être les seules à avoir été écrites. Du moins, les seules en notre possession.

La première formule concerne la libération de prisonniers. Elle est très courte. Elle met en scène les Idisis que l’on considère aujourd’hui comme étant des divinités qui, comme les Walkyries, devaient être au service d’Odin. L’incantation montre le contexte guerrier. Les divinités sauvent des prisonniers sur un champ de bataille. Le dernier vers contient la formule magique :

Eiris sazun idisi sazun hera duoder.
Suma hapt heptidun, suma heri lezidun,
suma clubodun umbi cuoniouuidi :
insprinc haptbandun, inuar uigandun !

Autrefois les Idisi étaient assises, assises ici et là.
Certaines attachèrent l’ennemi, certaines maintinrent leur armée,
certaines défirent les liens des braves :
Sautez hors des chaînes, échappez à l’ennemi !

La deuxième formule montre la guérison d’un cheval à la patte brisée. Le dieu Odin, considéré, entre autre chose, comme le patron de la magie, va jeter le sort pour guérir le cheval de son fils. L’incantation réside dans le quatrain final.

Phol ende uuodan uuorun zi holza.
du uuart demo balderes uolon sin uuoz birenkit.
thu biguol en sinthgunt, sunna era suister ;
thu biguol en friia, uolla era suister ;
thu biguol en uuodan, so he uuola conda :

sose benrenki, sose bluotrenki,
sose lidirenki : ben zi bena,
bluot zi bluoda, lid zi geliden,
sose gelimida sin.

Phol et Odin chevauchaient dans les bois,
lorsque le poulain de Baldr se foula la patte.
Un sort lui fut jeté par Sinthgunt, et sa sœur Sunna.
Un sort lui fut jeté par Freyja, et sa sœur Volla.
Un sort lui fut jeté par Odin, comme lui seul le savait :

Que soit un os foulé, que soit le sang foulé,
Que soit le membre foulé : os à os,
sang à sang, membre à membre,
comme s’ils étaient collés.

En 1841, l’historien Georg Waitz découvrit ces incantations en étudiant des manuscrits de la collection théologique du IXe / Xe siècle. Il en fit part à l’un des frères Grimm, Jacob, qui était linguiste et philologue. Ce dernier fera mention de cette extraordinaire découverte dans une conférence à l’Académie royale des sciences, en 1842, à Berlin. C’est ce qui les popularisera.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s