Historia Regum Britanniae – Geoffroy de Monmouth

historiaDétail du manuscrit

 

En 1135, Geoffroy de Monmouth (Galfridus Monumutensis), évêque gallois, compose l’Historia Regum Britanniae, histoire légendaire des rois de (Grande-) Bretagne. Il y insère, quelques années plus tard, un texte polémique, les Prophetiae Merlini. Il fait une large place au roi Arthur en lui octroyant une collection d’épisodes et de motifs d’origine celtique, en particulier la figure de Merlin, magicien capable de changer de forme à volonté, disposant d’un pouvoir inexpliqué sur les bêtes féroces, qui devient son plus sûr allié.

Geoffroy de Monmouth, héritier de la culture latine et tenant de la « translatio imperii » (« transfert de la puissance ») insiste sur l’origine romaine du roi, et de Merlin, dont le nom complet est Merlinus Ambrosius.

Ce qui est intéressant, mis à part le texte bien sûr, c’est de savoir que ses successeurs effaceront cette partie politique. Pourquoi ? Il faut savoir qu’en écrivant ce texte dédié à des bienfaiteurs d’origine normande (insistant ainsi sur leur légitimité dans la formation de la Grande-Bretagne), Geoffroy disait se baser sur une traduction qu’il avait faite lui-même d’un très vieux livre, le Britannici sermonis liber vetustissimus. Bien entendu, lorsqu’on lit son œuvre, on se rend très vite compte qu’elle est à la gloire du peuple. On ne peut le lui reprocher. Seulement voilà, il y a un hic ! Les successeurs de Geoffroy ont mis en doute la véracité de ses propos, jusqu’à affirmer que le fameux livre n’existait que dans son imagination. De ce fait, ils en arrivent à douter du caractère « historique » et considèrent qu’il s’agit d’un roman, ni plus ni moins !

Alors, affabulation ou réalité ? Les quelques éléments en notre possession à l’heure actuelle ne nous permettent pas de répondre à cette épineuse question. En attendant, je ne peux que vous conseiller de lire ce texte qui reste – tout de même – fort intéressant, et de vous faire votre propre opinion sur le sujet.

 

 

La prophétie de Merlin.

Comme Vortegirn, roi des Bretons, était assis sur le bord de l’étang asséché, les deux dragons, dont l’un était blanc, l’autre rouge, sortirent, et se rapprochant l’un de l’autre, commencèrent un terrible combat . Ils jetèrent le feu avec leur souffle. Mais le dragon blanc avait l’avantage, et envoya voler le rouge à l’autre bout du lac. Ce dernier, vexé, renouvela l’assaut sur son poursuivant, mais fut forcé de se retirer. Après cette bataille des dragons, le roi ordonna à Merlin Ambrosius de lui dire ce qu’elle annonçait. Sur quoi, fondant en larmes, celui-ci prononça ce que son esprit prophétique lui suggérait :

« Malheur au dragon rouge, pour son bannissement rapide. Son repaire caché doit être pris par le dragon blanc, qui symbolise les Saxons que vous avaient invités, mais le rouge indique la nation britannique, qui est opprimée par les blancs. Par conséquent, ses montagnes se nivelleront comme les vallées, et les rivières de celles-ci se gorgeront de sang. L’exercice de la religion sera détruit et les églises exposées à la ruine. Enfin, l’opprimé l’emportera et s’opposera avec cruauté aux étrangers. Un verrat de Cornouailles lui offrira son aide et piétinera les étrangers. Les îles de l’océan seront soumises à son pouvoir et il possédera les forêts de la Gaule. La maison de Romulus doit redouter son courage. Sa fin ne fait pas de doute. Il sera célébré par le peuple et ses exploits seront la nourriture de ceux qui les rapporteront. […] »

 Traduction L.B

Geoffroy de Monmouth

Geoffroi de Monmouth écrivant
Jean de Wavrin (v. 1398-v. 1474), Chroniques d’Angleterre. BNF
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s