Le Jour des corneilles – Jean-François Beauchemin

Quatrième de couverture : 

Sise au fin fond de la forêt, une cabane en rondins abrite deux êtres hallucinés : un colosse marqué par la folie et son fils. Orphelin de mère livré à lui-même, nourri dans ses premiers jours avec le lait d’une hérissonne trouvée morte, ce dernier se retrouve adulte devant un juge silencieux pour avouer des actes inqualifiables. Son témoignage l’amènera à révéler peu à peu, en toute ingénuité et dans une langue unique, l’incroyable histoire de sa vie comme le destin tragique de son père.

 

Mon avis :

Vous pensiez que Rabelais était relégué au placard ? Qu’il était dépassé, voire ringard ? Eh bien, vous vous trompiez ! Jean-François Beauchemin réhabilite cette langue truculente qui, faisons tomber tous les préjugés se profilant à l’horizon, se lit particulièrement bien. Malgré la noirceur des propos, j’avais un sourire jusqu’aux oreilles, tournant les pages de façon frénétique, voulant en lire toujours plus.

L’histoire, je le disais, est rude : un homme, M. Courge, vit comme un sauvage en forêt. Lorsque sa femme donne naissance à leur fils, elle décède. M. Courge élève donc seul le petit. Jusque-là, vous allez me dire, il n’y a pas de réels problèmes, si ce n’est que l’homme, asocial, vit en autarcie. Oui, mais rajoutons à ceci qu’il « n’est pas tout seul dans sa tête », et vous comprendrez dès lors le danger de la situation pour le fils. Et c’est ce dernier qui va raconter cette histoire au juge. Oui, inévitablement, il va se passer quelque chose… Mais il faudra lire le livre pour le savoir !

J’ai adoré ce bouquin qui m’a d’ailleurs donné envie d’aller relire mes Rabelais. Je vous le conseille vraiment.

Extrait : 

Pour bien satisfaire père j’avale tout et racle même l’écuelle, non sans grimaces. Père étant exaucé, je file par suite finir le jour et entamer le soir sous le grand hêtre, allongé et gémissant, me grippant les tripes.

Publicités

7 réflexions sur “Le Jour des corneilles – Jean-François Beauchemin

  1. Ping : Le Garçon – Marcus Malte – Mes Promenades Culturelles II

  2. Hi, I do think this is an excellent web site. I stumbled upon it 😉 I’m going to return yet again since I saved as a favorite it.

    Money and freedom is the greatest way to change, may you be rich and continue to guide others.

    J'aime

  3. Un excellent souvenir ce livre 🙂

    Dans le genre québécois « marquant » je ne sais pas si tu as lu « la petite fille qui aimait trop les allumettes  » de Gaëtan Soucy , je te le recommande 🙂
    PS : je n’ai jamais réussi à lire Rabelais …

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s