L’Indésirable – Sarah Waters

 

Waouh ! Attention, pépite ! Je ne connaissais pas du tout l’auteur. Ce livre m’a été offert par une amie qui, on peut le dire, a tapé dans le mille.

Alors détaillons un peu. Tout d’abord, l’histoire. Le docteur Faraday est appelé en urgence à Hundreds Hall, demeure de la famille Ayres qui a fait marcher son imagination toute son enfance. Depuis la mort du maître de maison, c’est sa femme et ses deux enfants, Roderick et Caroline, qui s’occupent d’entretenir cette vaste maison qui les étouffe. Car le faste d’antan n’est plus là et sans argent, un petit château tombe vite en ruines. Roderick essaie bien de la sauver mais il a été grièvement blessé à la guerre et fait ce qu’il peut. D’autant plus que certains phénomènes le rendent fou. Maison hantée ou folie ? Il y a un petit quelque chose du Horla dans ce garçon.

L’écriture, ensuite. Quel style mes aïeux, quel style ! Tout d’abord, bien que l’histoire se passe au XX°s, j’ai cru me retrouver dans un roman du XIX°s, ce qui n’est pas pour me déplaire. Et j’ajouterais même un roman gothique. Chapeau bas ! Quelle finesse dans la psychologie des personnages ! La descente aux enfers de Roderick est sublime. Les sentiments sont exacerbés de tous côtés et pour différentes raisons.

Le lecteur, enfin. Sarah Waters ne le laisse pas souffler une minute. Il y a quelque chose qui vous prend aux tripes dès les premières pages et qui ne vous lâche plus. Le fantastique est intellectualisé, ce qui a tendance à me faire beaucoup plus frissonner que lorsqu’on m’apporte des revenants sur un plateau. Je veux dire par là qu’on ne nous montre rien ou presque. On nous suggère, il y a des bruits, des phénomènes bizarres mais c’est à nous d’imaginer. Et croyez-moi, mon imagination a galopé !

Bref, vous l’aurez compris, j’ai adoré ce roman !


Extrait :

Et, comme en réaction à cette nouvelle angoisse, les coups de téléphone cessèrent et une nouvelle vague de soucis prit le relais. Cette fois, j’étais présent, entre deux visites à mes patients, quand ils commencèrent : Caroline et moi étions seuls dans le petit salon – en fait, je venais de l’embrasser pour lui dire au revoir, et elle venait de s’échapper de mes bras – quand la porte s’ouvrit brusquement, nous surprenant tous deux. Betty apparut, fit une petite révérence et demanda « ce qu’elle pouvait faire. »

– « Comment cela ? » fit Caroline d’une voix dure, le rouge aux joues, remettant de l’ordre dans ses cheveux.

– « La cloche a sonné, Miss.

– Eh ! bien, ce n’était pas moi. Ce doit être ma mère qui a besoin de vous. »

Betty parut perplexe. « Madame est en haut, Miss.

– Oui, je sais bien qu’elle est en haut.

– Mais excusez-moi, Miss, mais c’est la cloche du petit salon qui a sonné.

– Ma foi, ce n’est pas possible, n’est-ce pas, puisque je n’ai pas sonné, et le Dr Faraday non plus ! Vous pensez qu’elle a sonné toute seule, c’est cela ? Montez plutôt à l’étage voir si ma mère a besoin de vous. »

Publicités

4 réflexions sur “L’Indésirable – Sarah Waters

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s