Chateaubriand et La Vallée-aux-Loups

En 1807, de retour de Jérusalem, Chateaubriand fit un article contre l’Empereur Napoléon Ier auquel il reprochait sa tyrannie et le fait d’avoir fait fusiller le Duc d’Enghien. Contraint de se retirer de Paris, l’écrivain acheta une propriété dans la Vallée-aux-Loups. Il accomplissait ainsi un vieux rêve


Dans les Mémoires d’Outre-Tombeil y fera référence à plusieurs reprises:


« 
Il y a quatre ans qu’à mon retour de la Terre sainte j’achetai, près du hameau d’Aulnay, dans le voisinage de Sceaux et de Châtenay, une maison de jardinier, cachée parmi les collines couvertes de bois. Le terrain inégal et sablonneux descendant de cette maison, n’était qu’un verger sauvage au bout duquel se trouvait une ravine et un taillis de châtaigniers. Cet étroit espace me parut propre à renfermer mes longues espérances. Les arbres que j’y ai plantés prospèrent, ils sont encore si petits que je leur donne de l’ombre quand je me place entre eux et le soleil. Un jour, en me rendant cette ombre, ils protégeront mes vieux ans comme j’ai protégé leur jeunesse. Je les ai choisis autant que je l’ai pu des divers climats où j’ai erré, ils me rappellent mes voyages et nourrissent au fond de mon cœur d’autres illusions. (… ) Tout chevalier errant que je suis, j’ai les goûts sédentaires d’un moine : depuis que j’habite cette retraite, je ne crois pas avoir mis trois fois les pieds hors de mon enclos. Mes pins, mes sapins, mes mélèzes, mes cèdres tenant jamais ce qu’ils promettent, la Vallée-aux-Loups deviendra une véritable chartreuse. ( … ) Ce lieu me plaît ; il a remplacé pour moi les champs paternels ; je l’ai payé du produit de mes rêves et de mes veilles ; c’est au grand désert d’Atala que je dois le petit désert d’Aulnay ; et pour me créer ce refuge, je n’ai pas, comme les colons américains, dépouillé l’Indien des Florides. Je me suis attaché à mes arbres ; je leur ai adressé des élégies, des sonnets, des odes. Il n’y a pas un seul d’entre eux que je n’aie soigné de mes propres mains, que je n’aie délivré du ver attaché à sa racine, de la chenille collée à sa feuille ; je les connais tous par leurs noms, comme mes enfants : c’est ma famille, je n’en ai pas d’autre, j’espère mourir au milieu d’elle. »
Il y restera dix ans, transformant sa demeure en un nid douillet romantique pour lui et son épouse, Céleste:« Je fis quelques additions à ma chaumière, j’embellis sa muraille de briques d’un portique soutenu par deux colonnes de marbre blanc : je me souvenais d’avoir passé par Athènes. Mon projet était d’ajouter une tour; en attendant, je simulais des créneaux sur le mur qui me séparait du chemin ; je précédais ainsi la manie du Moyen Age qui nous hébète aujourd’hui ».

Ils transformèrent également le verger en y plantant des essences rares, rappelant les nombreux voyages de François-René.

Des difficultés financières, en 1816, lui feront vendre sa bibliothèque puis, en 1818, sa chère Vallée acquise par Mathieu de Montmorency. « La Vallée aux Loups, de toutes les choses qui me sont échappées, est la seule que je regrette ». 


Ayant visité à plusieurs reprises le parc de Chateaubriand, je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ce lieu. 
 

L’Île verte : 

« Créée dans les années 1820, cette propriété a été habitée par le poète et dramaturge Jules Barbier (1825-1901), librettiste, entre autres, de Gounod et Offenbach. Marcel Arland (1899-1986), écrivain, académicien et codirecteur de la Nouvelle Revue Française, y résida de 1933 à 1936.

En 1945, le peintre Jean Fautrier (1898-1964) s’y installe. Il vivra et peindra ici jusqu’à sa mort en 1964. Le nom « Île Verte » provient du titre d’une de ses toiles. » (Maison de la Culture et de la Communication). 

© LB

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s