Les Fleurs d’hiver – Angélique Villeneuve

9782752910042

Attention pépite ! J’avais déjà fortement apprécié le style d’Angélique Villeneuve dans Grand Paradis mais là, je dois dire que je me suis pris une claque magistrale. Vous savez, c’est ce livre que l’on referme en disant « waouh ! » ; ce livre qui a fait une telle impression que l’on est obligé de lire un petit roman léger derrière car tout nous paraît fade, sans saveur littéraire.

Avec une écriture ciselée, un ton intimiste, poétique parfois, la romancière nous livre ici un épisode douloureux, conséquence de la Première Guerre Mondiale : le retour au domicile des gueules cassées. Elle ose montrer le quotidien, étaler les ressentis que l’on se gardait bien de montrer car trop honteux. La famille se devait d’être exemplaire envers ces hommes qui avaient combattu pour la Patrie. Pourtant, bien souvent, face à celui qui ne ressemblait plus à l’homme parti quelques années auparavant, qui n’avait plus aucune similitude avec le faciès d’un être humain d’ailleurs, le cercle familial éprouvait de la crainte, du dégoût, allant même jusqu’à préférer la disparition du soldat. Puis venait l’apprivoisement… apprivoisement d’un visage, d’un corps pour l’un, d’un individu pour les proches.

Ce qui me marque d’autant plus, c’est le fait que la beauté des mots met en relief la laideur, la noirceur du vécu des personnages. J’aime beaucoup ce genre et ces auteurs pas suffisamment connus à mon goût. Un grand bravo pour ce petit chef-d’œuvre !

 

Extrait : 

(Toussaint revient chez lui pour retrouver sa femme, Jeanne, fleuriste, et leur fille Léonie. Il est sur le pas de la porte, hésitant). 

Tout lui revient.
C’est sa peur à lui qui est différente. Et pourtant.
Pourtant.
La peur.
Ici, rue de la Lune, ou avant, à Belleville, il n’a jamais eu peur. Pas peur d’elle, pas comme ça.
Il pense soudain au fromage. Là, dans sa musette, le gros morceau sec et d’un bel orangé qu’il garde depuis des jours. Le fromage, il se dit, le fromage pourrait être un laissez-passer, un cadeau de roi mage. sous sa paume, le renflement du havresac l’aide à se mettre en mouvement.
Il pose la main à plat sur le bois, et puis s’appuie, d’abord faiblement puis, prenant sa respiration, avec une belle ampleur.
C’est fait.
Il a poussé le battant mais reste sur le palier , bien droit, dans l’obscurité. Alors Jeanne, subitement, lève la tête, les yeux encore trempés du rouge des dahlias.

 Si on leur demandait, maintenant, à l’un et à l’autre, il est probable qu’ils ne sauraient pas. Ce qui s’est passé. Ce qu’ils ont pensé, ressenti, à ce moment-là.

Publicités

2 réflexions sur “Les Fleurs d’hiver – Angélique Villeneuve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s