96 heures – Frédéric Schœndœrffer (2014)

96h

 

Lorsque le patron de la BRB (Brigade de Répression du Banditisme) se fait kidnapper par un gros truand qu’il a fait mettre sous les verrous quelques années plus tôt, il a de quoi avoir peur…

Pourquoi ce titre ? 96 heures est le délai maximum d’une garde à vue. Et c’est également le temps qu’a Victor Kancel (joué par Niels Arestrup) pour faire cracher le morceau à Gabriel Carré (Gérard Lanvin) avant que sa brigade ne se mette à sa recherche. Pourtant, celui-ci s’évertue à ne rien dire. Pourquoi tient-il donc tant à préserver son indic ?

J’ai aimé ce film au casting prometteur (N. Arestrup, G. Lanvin, S. Testud, L. Smet) et au scénario plutôt original même s’il rappelle quand même, par certains côtés, Les Lyonnais d’Olivier Marchal (2011). L’ambiance est glaçante et les acteurs reflètent assez bien cette atmosphère. Le décor vient ajouter une touche de plus au malaise qui se trame pendant tout le film. Et puis surtout, on veut savoir… De ce fait, les 96 minutes (tout est dans le détail, notez bien !) s’égrènent sans que l’on s’en aperçoive.


Publicités

6 réflexions sur “96 heures – Frédéric Schœndœrffer (2014)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s