Le silence de la mer – J.P Melville (1949)

le_silence_de_la_mer


Ce film est une adaptation de la nouvelle de Vercors ; nouvelle que je n’ai toujours pas lue, d’ailleurs alors qu’elle est dans ma bibliothèque depuis les calendes grecques puisque le livre appartenait à un membre de la famille. Les pages se décollent, c’est pour dire… Pourtant, ce bouquin ne m’a jamais attirée. D’abord par rapport à sa couverture (la même que sur l’affiche) et ensuite par rapport au titre qui m’est toujours apparu comme énigmatique. D’autant plus qu’avant d’en lire un résumé, je pensais qu’il y avait vraiment un rapport avec le monde maritime… et que ce n’est vraiment pas ma tasse de thé (de café pour moi, merci !).

Bref, pour en revenir au film de Melville puisque nous sommes là pour ça, c’est donc avec un regard tout neuf que je l’ai visionné. Mais je suis assez mitigée. Je ne sais pas s’il en est de même dans le texte de Vercors, mais il y avait des longueurs… Alors, bien sûr, des longueurs que j’imagine voulues (car il s’agit d’un officier qui a réquisitionné une chambre chez l’habitant et qui aimerait pouvoir converser avec ses hôtes (un grand-père et sa nièce), d’autant plus qu’il aime la culture française. Mais ces derniers refusent de lui adresser un regard, une parole). Cependant, j’étais au bord de l’ennui, attendant durant 90 minutes qu’il se passe quelque chose. Mais ce qui est fort tout de même, c’est qu’on ne se dit pas qu’on va arrêter et passer à autre chose. Pourquoi ? Parce que Melville est un as de la mise en scène, tout simplement !

Oui, je sais, je ne vous aide pas, là ! Le mieux étant de se faire sa propre opinion !