Possédées – Frédéric Gros





Quatrième de couverture : 

En 1632, dans la petite ville de Loudun, mère Jeanne des Anges, supérieure du couvent des Ursulines, est brusquement saisie de convulsions, victime d’hallucinations. Elle est bientôt suivie par d’autres sœurs et les autorités de l’Église les déclarent « possédées ». Contraints par l’exorcisme, les démons logeant dans leurs corps désignent leur maître : Urbain Grandier, le curé de la ville.

L’affaire des possédées de Loudun, brassant les énergies du désir et les calculs politiques, les intrigues religieuses et les complots judiciaires, a inspiré cinéastes et essayistes.

Frédéric Gros en fait le roman d’un homme : Urbain Grandier, brillant serviteur de l’Église, humaniste rebelle, amoureux des femmes, figure expiatoire toute trouvée de la Contre-Réforme. Récit d’une possession collective, le roman étonne par sa modernité, tant les fanatismes d’hier ressemblent à ceux d’aujourd’hui.

 

Mon avis : 

J’ai vraiment apprécié ce roman historique faisant référence à une affaire ayant marqué le XVIIe siècle. En effet, sous le règne de Louis XIII, roi profondément attiré par la  religion, Urbain Grandier, un curé officiant dans le diocèse de Poitiers, à Loudun plus exactement, eut la bonne idée de défier toutes les lois en la matière et de faire fi du célibat en étant un séducteur patenté. Fin stratège, il réussit même à épouser en secret une de ses conquêtes. Bien évidemment, il fut arrêté pour débauche mais il gagna (comment ?) son procès et revint, conquérant, à Loudun. La Mère Supérieure du Couvent lui proposa alors de devenir le confesseur officiel des Ursulines. Mais, allez savoir pourquoi, celui-ci refuse. Dépitée, la religieuse prit alors l’ennemi de Grandier, le chanoine Mignon (oui, c’est son nom) qui en profita pour mener une cabale contre le prêtre impie. Cependant, rien ne va plus au couvent ! Les sœurs semblent possédées et l’ennemi est tout trouvé !

Frédéric Gros mène ce roman historique tambour battant ! En se focalisant sur le prêtre accusé de sorcellerie, il prend le contrepied de ce que l’on pouvait attendre. Non, nous ne sommes pas ici dans un texte moralisateur – du moins, pas de la façon attendue. Il fait ressortir l’humain avec ses qualités et ses défauts, l’humain et ses désirs. On peut voir comment son penchant pour les femmes perdra le curé qui finira sur le bûcher. Et si morale il y a, elle est plutôt axée sur le fanatisme.

Ce texte m’a fait penser, par certains côtés, à l’histoire d’Héloïse et Abélard. Je le recommande particulièrement.


Extrait :

– Il devait être trois heures cette nuit. Je crois que le bruit de la porte me réveilla. Son grincement exactement. Même doux, même faible, son grincement. J’ai ouvert les yeux dans le noir, le croirez-vous j’entendais les pas sur le parquet. Et j’étais paralysée, inerte totalement, incapable d’atteindre ma bougie. Et le corps dans le noir je le sentais se déplacer, j’entendais respirer près de moi et peut-être aussi un faible rougeoiement je crois qui dessinait la silhouette. Sœur Claire oui, c’était un homme d’Église, en soutane, le même. Mais j’ai vu son visage, je l’ai reconnu. Et qui donc… ? Et savez-vous la suite ? Ce serait une honte de le dire, mais enfin quoi, elles ont tout entendu !

La dernière phrase est hurlée d’une voix suraiguë, faisant frémir l’assistance.

Publicités

17 réflexions sur “Possédées – Frédéric Gros

  1. Ho ha hi hi mais vous « partagez » dans vos liseuses ??? Ho mon Dieu, je ne connais pas encore ça ! 😆 Sinon, cette histoire a beaucoup fait parler, on en parle encore ici (Poitiers n’est pas très loin) et des curés ont voulu faire des remake… (avec les femmes, pas sur le bûcher ! :D)… C’est très tentant, surtout suggéré par notre Lili tentatrice ! 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s