Le Clan des Siciliens – Henri Verneuil

Résultat de recherche d'images pour

Que rêver de mieux que d’avoir les trois grandes gueules du cinéma français réunies dans le même film ? Et quel film, mes aïeux ! Un excellent polar bien ficelé tiré du livre d’Auguste Le Breton et mis en scène par Henri Verneuil… on ne pouvait qu’aimer !

Roger Sartet, joué par Delon, s’échappe de prison avec l’aide de la famille Malanese dont le patriarche, Vittorio (Jean Gabin), est un mafieux de première. Évidemment, entre truands, on ne s’aide jamais pour rien. Sartet va proposer, en échange, le cambriolage d’une collection de bijoux devant être transférée de la galerie Borghèse à New-York. Ils vont devoir déjouer l’attention du commissaire Le Goff (Lino Ventura) qui traque sans merci l’évadé.

Comme souvent avec ces bons vieux films, je me suis régalée. Certes, les Monstres sacrés y sont pour quelque chose, mais il faut bien avouer que la réalisation est magistrale. Ça n’a pas vieilli, c’est toujours aussi plaisant à regarder, les réparties écrites par José Giovanni sont savoureuses (« Dans le domaine du moindre risque, je ne vois que le bilboquet ou le cerceau » / « Ah, il est trois heures du matin à New York ? Eh oui, vous pouvez pas vivre comme tout le monde !»). Il n’y a aucun temps mort et, cerise sur le gâteau, la musique d’Ennio Morricone vient mettre en relief l’atmosphère du clan sicilien. 

Vous êtes toujours là ?

Résultat de recherche d'images pour

Je vous mets la bande-annonce :

Publicités

7 réflexions sur “Le Clan des Siciliens – Henri Verneuil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s