Le Gendarme à New-York – Jean Girault

Image associée

L’adjudant Gerber (et toute son équipe) doit se rendre aux États-Unis pour un congrès de la Gendarmerie. Le maréchal des logis-chef Cruchot propose de leur apprendre des rudiments d’anglais, ce qui donnera lieu à des scènes assez cocasses par la suite. Un peu comme lorsqu’on apprenait cette langue en 6ème et qu’on ne savait que répéter « a dog is in the kitchen. » La fille de Cruchot, Nicole, aimerait bien partir, elle-aussi, à la conquête du nouveau monde. Et lorsque Ludovic pense l’apercevoir sur le pont du bateau, cela déclenche le fil conducteur de tout le film.

Si cet opus n’est pas le meilleur de la série, il est quand même à voir ! On retrouve des événements qui reviendront par la suite (comme Fougasse qui se retrouve à l’hôpital ici et qui deviendra amnésique dans Le Gendarme en balade). La scène de l’entrecôte est à déguster ! Gerber se propose de leur faire la recette :  « L’entrecôte au persil que fait ma femme, ce n’est pas non plus de la tige de botte, c’est moi qui lui ai appris à la faire. » La reprise de West Side Story est fabuleuse lorsque Cruchot se fait voler le morceau de viande… Bref, il y a beaucoup de références que l’on ne voit pas forcément du premier coup.