Maria Anna Mozart, la sœur

Maria Anna Mozart

Source

 

Maria Anna Walburga Ignatia Mozart est née à Salzbourg, le 30 juillet 1751. Elle était surnommée Nannerl ou Marianne. Quatrième enfant de la famille, elle montra des talents musicaux précoces, notamment pour le clavecin. Elle accompagna son père et son frère lors des premières tournées. Tout comme Wolfgang, elle était capable de reproduire automatiquement, sur son clavecin, un air qu’elle venait d’entendre.

 

Maria Anna Mozart, dite Nannerl
Pietro Antonio Lorenzoni , Maria Anna Mozart, huile sur toile, Mozarteum, Salzbourg. Âgée de 11 ans, Nannerl porterait sur cette peinture les vêtements offerts par l’impératrice à l’occasion de sa venue à Vienne avec son frère.

 

Lors d’un concert ayant obtenu un succès phénoménal, Wolfgang annonce qu’un des morceaux qu’il vient de jouer a été écrit par sa sœur. Léopold enrage. À cette époque, aucune femme ne peut devenir un grand compositeur. Il lui demande donc de mettre un terme à l’écriture musicale. Par la suite, Léopold se concentre sur son génie de fils. Il refuse à sa fille les études de violon qu’elle lui réclame. Il lui annonce même qu’elle devra désormais rester à la maison lorsqu’il prendra Wolfgang en tournée. Il l’oblige à donner des leçons de piano aux étudiants riches pour financer la tournée italienne de son frère. La pauvre fille se conforme aux désirs de son père mais elle sombre dans une profonde dépression. Ses rêves sont brisés.

Victoria, une des étudiantes à qui elle donne des cours, devient sa petite protégée. Elle sort Maria Anna de sa mélancolie grâce à son talent musical. Et lorsque le père de cette dernière va s’intéresser à ce professeur si doué, Nannerl retrouve complètement la joie de vivre. Elle va peut-être enfin pouvoir toucher du bout des doigts à ses rêves. Ses rapports avec son frère se dégradent quelque peu : Léopold fait trop de différences entre son fils et sa fille. Elle enrage également contre cette société qui empêche aux femmes de vivre de leur art musical.

Nannerl grandit et le désir de se marier est là. Ses fiancés sont déboutés un par un par Léopold. Finalement, en 1784, elle épousera un juge d’instruction, Johann Baptist Franz von Berchtold zu Sonnenburg, et déménagera à St. Gilgen. Elle retournera à Salzbourg pour donner naissance à son premier enfant…. qu’elle laissera, selon les dires, aux soins de Léopold.

Elle ne se remettra à correspondre avec Wolfgang qu’après la mort de leur père. A la mort de son frère, elle met un point d’honneur à rassembler les œuvres de ce dernier et à ériger des monuments en son honneur. Elle retournera définitivement à Salzbourg à la mort de son époux. Elle vivra de ses leçons de piano.

Maria Anna s’éteindra le 29 octobre 1829 à l’âge de 78 ans.

Anna Maria Mozart, la mère.

Anna Maria Mozart
Rosa Hagenauer Barducci, Portrait d’Anna Maria Pertl, musée de Salzbourg.

 

Anna Maria Walburga Pertl est née le 25 décembre 1720 à St. Gilgen. Elle est issue d’une famille plutôt aisée. Elle est la fille de Nicolaus Pertl, sous-préfet, et d’Eva Rosina. On sait peu de choses de cette femme, si ce n’est qu’elle épousa, en 1747, Léopold Mozart et qu’elle donna naissance à 7 enfants. Les deux survivants allaient devenir deux petits génies musicaux. Malheureusement, seul un restera dans l’Histoire : Wolfgang.

On sait qu’elle accompagna son fils dans les tournées lorsque le père ne pouvait pas y aller. En effet, Léopold ne pouvait pas toujours obtenir un congé.

C’est justement pendant une tournée qu’Anna Maria fut prise de fièvres. Sans le sou ou presque, les chambres que louaient le petit prodige étaient froides et miteuses. Le 3 juillet 1778, elle s’éteignit, à Paris. Elle fut inhumée dans le cimetière de la paroisse Saint-Eustache.  

Le registre de lecture précise : « Le jour dit, Marie-Anne Pertl, âgé de 57 ans, épouse de Léopold Mozart, maître de chapelle à Salzbourg, en Bavière, décédée hier à Rue du Groschenet, a été inhumée dans le cimetière en la présence de Wolfgang Amédée Mozart, son fils, et de François Heina, trompettiste dans la cavalerie légère de la Garde royale, un ami. »

Une plaque est, par ailleurs, apposée dans l’Eglise.

Les ombres portées : Zola, correspondances intimes – Sophie Guermès

zola

Quatrième de couverture :

Le 10 novembre 1891, un drame survient dans la vie d’Alexandrine Zola. Elle apprend par une lettre anonyme que son mari entretient une liaison avec Jeanne Rozerot, leur ancienne lingère, et qu’il a eu deux enfants avec elle. Dévastée, elle veut se rendre chez sa rivale, mais son mari l’en empêche et charge un ami de mettre à l’abri sa famille jusqu’alors cachée. Plus tard, elle lira les lettres échangées entre les amants.

Chacun des protagonistes de ce drame porte son poids d’ombre, qu’il s’agisse de celle du secret ou de celle de l’inaccompli : le mariage pour Jeanne, la maternité pour Alexandrine, et pour Zola l’absence de « partage du cœur ».

Mon avis :

Aussitôt reçu, aussitôt lu ! J’en profite pour remercier Babelio qui, dans le cadre de son opération Masse Critique, m’a permis de découvrir ce petit livre.

J’avoue que je ne m’attendais pas à un texte partagé en actes, comme au théâtre car rien ne me le signifiait dans la quatrième de couverture. Je pensais réellement avoir des extraits des différentes correspondances entretenues entre Zola, Jeanne et, pourquoi pas, Alexandrine. Il n’en est rien car il s’agit finalement d’une mise en scène des réactions ou des pensées des différents acteurs de ce drame. Si je m’étais renseignée un peu, j’aurais vu qu’il s’agissait d’une lecture en public, faite, si je ne me trompe pas, au festival de Grignan.

Ceci dit, ce n’est pas bien grave car j’ai vraiment apprécié le fait d’entrer ainsi dans la tête de Jeanne ou d’Alexandrine. Les émotions des deux femmes sont exacerbées, on peut aisément le comprendre. J’ai ressenti une sorte de parti-pris, ce qui sera le seul petit bémol de mon billet, car lorsqu’on referme ce livre, on déteste cordialement Alexandrine qui est pourtant la femme légitime. Je pense que Sophie Guermès a voulu se mettre à la place de Zola qui semblait ne plus rien ressentir envers cette dernière, ce qui a pu me donner cette impression. En tous les cas, cela m’a donné envie d’aller faire des recherches sur cet épisode de la vie privée de Zola, ce romancier qui fait partie, selon moi, des plus grands (oui, je sais, je ne suis pas du tout objective).

Extrait : 

Il lui semblait la voir de nouveau et l’entendre, forçant la porte et cassant tout, hurlant au scandale, mettant le feu, qui sait ? chez celle qui, depuis plusieurs années, n’avait pas cessé de la protéger, hantée par le rêve d’un monde unifié, sans violence ni souffrance, où chacun aurait sa part, dans l’harmonie et la sérénité. C’est ce qui la bouleversait, maintenant que tout était découvert : moins la honte que l’écroulement de ce rêve de paix. (P21)

 

Léopold Mozart, père de Wolfgang

 

Johann Georg Leopold Mozart est né à Augsbourg, ville appartenant au Saint Empire Germanique, le 14 novembre 1719. Il est issu d’une famille de relieurs. Son éducation sera faite par les jésuites dès l’âge de huit ans. En 1737, à la mort de son père,  il étudiera  le droit et la théologie à Salzbourg, chez les bénédictins. Mais la musique est sa passion et elle est plus forte que tout. Il est renvoyé pour absentéisme. En 1740, il entre dans la maison princière Thurn und Taxis, créatrice de la Poste impériale. Il devient le secrétaire et violoniste du Comte Johann Baptist Von Thurn-Valsassina und Taxis, lui-mêmeprésident du chapitre de la cathédrale. Le jeune domestique est remarqué pour ses talents (il publie sa première composition: six sonates en trio) et, trois ans plus tard, il deviendra quatrième violon dans l’orchestre de la cour épiscopale. Le Prince-Archevêque le nommera ensuite maître de concert. Reconnu pour ses talents pédagogiques, il enseignera au Conservatoire et se vouera corps et âme à la musique. 

En 1747, il épouse Anna Maria Pertl. Sept enfants naissent mais seuls deux survivront: Maria Anna Wallburga Ignatia (née en 1751) et Johannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilus (1756). Il sera leur principal professeur de musique. Si Léopold semble avoir eu une personnalité très forte, il n’en reste pas moins qu’il fut toujours un père attentionné pour son fils. Ce fut une autre histoire avec Maria Anna.

On retient deux œuvres importantes de Léopold: une méthode pour violon, toujours en vigueur: Versuch einer gründlichen Violinschule (Traité en vue d’une méthode fondamentale pour le violon) et, plus contestée, la fameuse Cassation en sol pour orchestre et jouets (ou symphonie des jouets). Cette dernière ne semble pas être de Léopold. D’abord attribuée à Haydn, on a découvert que le père de Wolfgang l’avait copiée dans un manuscrit. Cependant, on trouva le manuscrit de l’œuvre dans un couvent du Tyrol. La signature était celle du Père Edmund Angerer.

Léopold fera également quelques symphonies tombées dans l’oubli: une symphonie de chasse, une pastorale, une burlesque. Quelques concertos pour trompettes et trombones nous sont également parvenus.

Il mourut brutalement, le 28 mai 1787, à l’âge de 67 ans.

 

Léopold et ses deux enfants, Wolfgang et
Carmontelle, Mozart père et ses deux enfants, vers 1763, Musée Carnavalet, Paris.

Mozart, le petit génie…

Allez, parlons un peu musique classique… Les articles qui vont suivre ne datent pas d’aujourd’hui mais j’avais vraiment pris plaisir à les écrire en prenant moults renseignements sur la vie de cet illustre musicien.

 

 

Johannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilus naquit à Salzbourg le 27 janvier 1756. Il est le fils d’Anna Maria Walburga Pertl et de Léopold Mozart, grand compositeur et vice-maître de chapelle à la Cour du prince-archevêque. Wolfgang avait de qui tenir puisque très vite, dès l’âge de trois ans, il manifesta un intérêt certain pour la musique et des dons indiscutables. Ceci ne passa inaperçu aux yeux de son père qui entreprit dès lors de faire son éducation musicale. Sur ses 7 enfants, seuls Anna Maria et Wolfgang, le petit dernier, avaient survécu. Les deux avaient l’oreille musicale. A l’âge de 6 ans, le rejeton improvisait de petites pièces que le père notait scrupuleusement.

A partir de 1762, Léopold entreprend d’exhiber ses deux enfants et commence une tournée : Linz, Munich, Vienne… Ce sera partout un succès. Gonflé d’orgueil, le père décide alors, de 1763 à 1766, de faire une tournée à travers l’Europe : de Munich à Bruxelles, de Paris à Genève, le petit prodige ravira les oreilles des plus grands. Il fera la connaissance du cadet de Bach, Johann Christian. De nature fragile, ses multiples voyages commencent à détériorer sa santé.

En 1767, il compose son premier opéra, Apollo et Hyacinthus. Suivront, en 1768, Bastien et Bastienne et La finta semplice. Le Prince-Archevêque le nomme maître de concert. Léopold obtient un congé et père et fils traverseront de part en part l’Italie (jusqu’en 1771). Mozart travaillera ainsi l’opéra. Partout où il joue, il rencontre le succès. On le couronne de nombreux prix et titres. Il deviendra même membre de la prestigieuse Académie philharmonique de Bologne (où les jeunes gens n’étaient pourtant admis qu’à partir de 20 ans). Sa rencontre avec Giovanni Battista Martini ( 1706-1784) et Nicolas Piccini (1728-1800) sera déterminante pour sa carrière.

 

Mozart âgé de 14 ans,  par le peintre Louis Gabriel Blanchet, 1770.
Mozart âgé de 14 ans, par le peintre Louis Gabriel Blanchet, 1770.

 

En 1771, le Prince-Archevêque Schrattenbach meurt. Son successeur, Colloredo, devient, dès lors, le nouvel employeur de Wolfgang. Cependant, si Schrattenbach encourageait Mozart à voyager, ce n’est pas le cas pour Colloredo qui voit ceci d’un très mauvais œil. Les relations avec celui-ci se dégradent vite, d’autant plus que le Prince lui impose la forme de ses œuvres. C’est à cette même époque qu’il va rencontrer, à Vienne, Joseph Haydn qui deviendra un ami.

A l’âge de 20 ans, en 1776, Wolfgang décide de quitter sa ville natale mais le Prince refuse de laisser partir Léopold. Il part ainsi, un an plus tard, avec sa mère, à Munich où il espère trouver un poste, puis à Augsburg et enfin à Mannheim. Mais ce sera la déception car il reste sans travail. A Mannheim, il fait la connaissance d’Alysia Weber, cantatrice de son état et en tombe éperdument amoureux. Ceci provoquera le courroux de Léopold qui demandera à son rejeton de se remettre à la musique. Accablé par les dettes, Mozart tente sa chance à Paris, auprès de Melchior Grimm (qu’il avait connu pendant une tournée). Mais là encore, ce sera la déception. Le 3 juillet, tombée malade, sa mère décède. Il rentre alors à Salzbourg, non sans avoir fait un détour pour aller voir sa cantatrice… Il apprendra qu’elle aime un autre homme. C’est complètement déprimé que le pauvre Mozart revient dans sa ville natale, le 29 janvier 1779. Léopold arrive à convaincre le Prince de reprendre son fils à son service.

En 1780, il reçoit une commande de  Munich. Ce sera la création de Idoménée, roi de Crète, qui obtiendra le succès escompté. En 1781, il se voit dans l’obligation de suivre le Prince Hironimus Colloredo à Vienne. Ce dernier le traite comme un vulgaire laquais avant de le congédier en le traitant de voyou et de crétin. Mozart se réfugie alors chez Mme Weber, mère d’Alysia, qui venait de s’installer à Vienne et y tenait une pension. Désormais compositeur indépendant, Mozart revit. En 1782, l’Empereur Joseph II lui commande un opéra. Wolfgang crée alors L’enlèvement au sérail. Un mois plus tard, il épouse, sans attendre le consentement écrit de son père, Constanze, soeur cadette d’Alysia.

 

Lithographie de J. Lange. (Vers 1782)
Lithographie de J. Lange. (Vers 1782)

 

Le 14 décembre 1784, il entre en franc-maçonnerie et en deviendra maître un an plus tard. Il compose quelques œuvres pour ses camarades : La joie des maçons (février 1785), la Musique funèbre maçonnique (novembre 1785) et surtout, plus tardivement, la célèbre Flûte enchantée (1791).

1786 sera l’année de sa rencontre avec l’abbé Da Ponte. Rencontre cruciale puisque ce dernier proposera à l’Empereur un livret basé sur le Mariage de Figaro. La demande est d’autant plus ambitieuse que la pièce avait été censurée jusqu’en 1784 car elle dénonçait les privilèges de la noblesse et mettait en relief la victoire des valets.

Mozart obtient l’aval impérial et les Noces de Figaro verront le jour. La première représentation aura lieu le 1er mai 1786. Un an plus tard, le jeune prodige s’installe à Prague avec sa femme. Le directeur du théâtre de Prague lui a commandé Dom Juan. L’opéra, qui se jouera le 29 octobre 1787 sera un succès. Entre-temps, son père, Léopold, est mort (28 mai 1787).

De retour à Vienne, sa situation financière ne s’arrange pas. Mozart est criblé de dettes car il mène un train de vie au-dessus de ce qu’il peut se permettre. La santé de sa femme, déjà fragile, se dégrade de plus en plus. Il touche des cachets ridicules. En 1791, bien qu’accablé, Mozart entreprend l’écriture simultanée de 3 œuvres : la Flûte enchantée, commandée par Schikaneder, acteur, chanteur, poète et directeur de théâtre ; la Clémence de Titus, commandée pour le couronnement de Leopold II à Prague, et le Requiem, œuvre magistrale commandée par le comte Walsegg. Ce dernier avait l’habitude de commander des pièces et de les faire interpréter en privé comme si elles étaient siennes. Le Requiem était destiné à la mémoire de sa femme, Anna. Malheureusement, Mozart n’aura pas le temps de terminer le Requiem. Sa santé fragile, dégradée au fil du temps, le surmenage (3 œuvres en simultané est une surcharge de travail considérable, surtout si l’on pense aux différentes pressions qu’on a dû exercer sur lui, notamment pour la Clémence de Titus qu’il a dû achever en trois semaines), donneront lieu à une profonde dépression et des évanouissements répétés. Mozart était convaincu qu’il travaillait à son propre Requiem et qu’on cherchait à l’empoisonner. Fin novembre 1791, se sentant épuisé, il donna des instructions à un de ses élèves qui ne le quittait pas depuis quelques mois, Franz Xaver Süssmayr. Il meurt dans la nuit du 4 au 5 décembre, à l’âge de 35 ans.

Officiellement, Mozart est mort d’une forme de typhus. Cependant, la thèse de l’empoisonnement courut et on accusa même son principal rival, Antonio Salieri. Rien ne permet de confirmer l’empoisonnement. Les différentes recherches font état d’une santé dégradée par une néphrite chronique et par des maladies telles que la scarlatine, la variole ou le typhus. Ajoutés à tout ceci le surmenage et la mauvaise alimentation, voilà qui pourrait expliquer cette  mort précoce. Il fut enterré le 6 décembre au cimetière Saint-Marx, dans la banlieue de Vienne. Ce fut une cérémonie misérable, sans note de musique, sans personne… triste fin pour un tel génie !

Constanze, son épouse, donna à écrire la fin du Requiem à l’élève du défunt, Süssmayr. Ceci permit de payer une partie des dettes accumulées par le couple ainsi que les obsèques. Sur les six enfants du couple, seuls deux survécurent (même schéma que pour les parents de Mozart) : Karl Thomas (1784-1858) et Franz Xaver Wolfgang  (1791-1844). Karl étudia la musique mais abandonna très vite. Il devint fonctionnaire au service du Vice-roi d’Italie Eugène de Beauharnais. Franz suivit la voie de ce père qu’il n’eut pratiquement pas la chance de connaître puisqu’il n’avait même pas un an à la mort de ce dernier. Il devint compositeur et chef d’orchestre. Quant à Constanze, elle épousa, en 1809, un écrivain et diplomate danois, Georg Nikolaus von Nissen. Elle mourut à l’âge de 80 ans, le 6 mars 1842.