Les demoiselles de Provence – Patrick de Carolis

 

Quatrième de couverture :

La Provence du XIIIe siècle est une terre très disputée. A force de courage et de ténacité, Raimon Bérenger V en a fait un comté souverain. Son épouse, Béatrice de Savoie, lui a donné quatre filles : Marguerite, Eléonore, Sancie et Béatrice. Leur beauté, leur éducation et leur vertu vont assurer à ces demoiselles les plus hautes destinées : par alliances, elle vont régner sur quatre des royaumes les plus convoités d’Europe. Leur destin respectif et leurs secrets les conduiront de la Provence à l’Angleterre en passant par la vallée du Rhin, Aigues-Mortes ou Naples, et même en Orient…

 

Mon avis :

Je connaissais le journaliste, présentateur télé et ancien président de France télévision mais pas l’écrivain. Eh bien, je peux vous assurer que Patrick de Carolis manie la plume avec brio. S’attaquer à l’histoire de la Provence au XIIIe siècle n’est pas chose facile car il y a, à cette période, de nombreux évènements et un certain imbroglio dans les branches royales. La guerre est ouverte entre les Capétiens et les Plantagenêts. Vient s’ajouter à ceci les nombreux comtes qui ne veulent pas lâcher leur territoire et qui font de nombreuses tractations, à base de mariages arrangés, afin que les terres restent dans la famille. Ainsi, Raimon Bérenger V tient farouchement à son comté de Provence. Malheureusement, sa femme, Béatrice de Savoie, ne lui a pas donné d’héritier. Quatre filles sont nées de ce lit : Marguerite, Eléonore, Sancie et Béatrice. Marguerite sera mariée à Louis, roi de France, Eléonore à Henry, roi d’Angleterre, Sancie à Richard de Cornouailles, et Béatrice à Charles d’Anjou, frère de Louis…

Cet ouvrage est un roman, il convient de ne pas l’oublier. Il se lit aisément (je l’ai dévoré) et a un intérêt sur le plan historique car il permet de mieux comprendre les liens étroits qu’il pouvait y avoir dans cette royauté obscure. Si l’auteur n’est pas historien, il n’en reste pas moins qu’il a fait un énorme travail d’analyse afin de mettre à la portée de tous ce pan, ô combien important, de l’Histoire.

Je recommande vivement ce livre.

 

Extrait :

(Raimon Bérenger et Béatrice commence à s’interroger sur la perspective de marier leur fille aînée, Marguerite.)

Le comte, qui commence à s’en soucier, se tourne vers Romée de Villeneuve, l’homme sans l’avis duquel il ne prend plus aucune décision importante. Qui d’autre mieux que le « Pèlerin » pourrait le conseiller pour transformer en une arme politique et diplomatique le désavantage de n’avoir que des filles ?

A la suite de sa conversation avec la comtesse, il est allé sur le chemin de ronde du château pour y réfléchir, contempler ses terres, en humer les odeurs, et jouir du sentiment de domination que ce panorama lui inspire. C’est là que quelques jours plus tard il convoque Romée.

 – Comme tu le sais, lui dit-il, l’espoir d’un héritier vient à nouveau de sombrer.

 – La comtesse est encore en âge…

 – Non ! coupe le comte. On ne compose une musique qu’avec les sons dont on dispose.

 

 

Publicités

12 réflexions sur “Les demoiselles de Provence – Patrick de Carolis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s