Pietra Viva – Leonor de Recondo

J’avais lu ce livre pour les matchs de la rentrée littéraire 2013 de Price Minister. Il fallait faire une critique originale. Voici la mienne. J’ai ainsi gagné une liseuse, la toute première…

 

De la mort d’Andrea, Michelangelo se désola,

son esprit, sa chair, tout son corps était là,

cadavre froid devant l’Artiste qui pleura.

Pourquoi ? La question l’obséda,

tant et si bien qu’à Carrare il alla,

fuyant ses sentiments, fuyant le vieux schéma,

Amitié, Amour ? Il ne s’y résolut pas.


Trouver le marbre du futur tombeau

du Pape Jules II, il s’enquit aussitôt.

Cœur brisé, cœur blessé, jusque sous sa peau,

il voyait Andrea revenu du caveau.

Un enfant, Michele, rabroué aussitôt,

fut, finalement, un immense cadeau.

Innocence et pureté apaisèrent son cerveau.


Orgueil et colère laissent place à la joie,

Andrea et sa mère ressuscitent dans sa foi.

Ses mains vont façonner ce marbre qui fait loi,

au soleil de son cœur, au soleil qui poudroie.


Michelangelo, l’Artiste, le sculpteur, est là,

avec ses défauts, son caractère, son mea-culpa,

sous la plume avisée que l’auteur(e) enchanta,

offrant tout son sens au titre : Pietra Viva !


Mots ciselés dans la veine de la page,

style poétique gravé dans leur sillage ;

Écriture fine invitant au voyage,

pour un magnifique livre à l’heureux présage.

 

 

Extrait :

Les tailleurs de pierre riaient de voir cet enfant de la ville, si prompt à les suivre dans la poussière, s’y frotter avec autant de plaisir. Voyant que les adultes ne lui prêtaient pas volontiers leurs ciseaux, il commença à dessiner tout ce qu’il voyait. Et les tailleurs cessèrent de rire tant le talent de l’enfant dépassait l’entendement. Certains prétendirent même que le diable y était pour quelque chose. Mais Michelangelo ne les écoutait déjà plus. Un chemin lumineux et sanguin s’était ouvert en lui et il s’était promis de le suivre toute sa vie.

Sa nourrice portait en elle assez d’amour pour lui faire croire qu’il n’avait rien à craindre et que, si cette voie-là était la sienne, il ne fallait pas la laisser s’échapper. Pour cela, il devait accomplir une chose : oublier les autres et plonger en lui-même. Elle avait employé ces termes. Et quand, la tête la première, il plongea dans son magma intérieur, il s’aperçut que sa chair était faite de pierre vive. De pietra viva.

Publicités

21 réflexions sur “Pietra Viva – Leonor de Recondo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s