Pierre et Jean – Maupassant

61nulUC5BUL

 

Je ne me lasse pas de lire cet auteur que je trouve très moderne. Pierre et Jean raconte l’histoire de deux frères qui n’ont rien en commun, tant sur le plan physique – l’un est brun, l’autre blond – que moral. L’entente n’est déjà pas à son paroxysme et voilà qu’une visite du notaire va faire basculer les valeurs fraternelles : Jean, le cadet, hérite de tous les biens d’un ami de la famille. Pourquoi ? Pierre va se sentir lésé, à juste titre, et va essayer de comprendre la raison de ce legs. Et si le donateur, blond comme Jean, était en fait le père de ce dernier ?

Maupassant n’a pas son pareil pour décrire la vie et ses affres. De plus, il a un style qui ne vieillit pas. Pierre et Jean pourraient être deux personnes du XXIe siècle puisque rien n’a changé. On remarque que les ressorts dramatiques qui cassent les liens, qui désunissent les familles, sont les mêmes qu’aujourd’hui.

4 mois !

IMG_20180818_103350

 

4 mois ! J’ai 4 mois, il fallait bien que je fasse quelque chose. J’ai travaillé toute la nuit pour faire une surprise à mes parents humains… J’ai redécoré toute la cuisine – enfin, MA cuisine, pardon – avec mes sachets d’effilés de poulet en sauce que j’ai dispersés allègrement partout. Je voulais ajouter un peu de couleur avec la sauce mais je n’ai réussi qu’à ouvrir péniblement avec mes griffes et mes dents un de ces satanés pochons et à y tremper la patte et le museau dedans.

Lorsque mes humains sont arrivés en beuglant « JOYEUX ANNIVERSAIRE MAX !!! », ils ont découvert mon talent de décorateur d’intérieur… Ils n’avaient pas l’air d’apprécier… Bah, ce sont des êtres bizarres qui ne peuvent pas saisir l’importance de la croquette ou de la pâtée.

Sur ce, comme j’ai couru partout depuis ce matin, je vais aller me reposer un peu. Ch’alut les amis !

Max la Menacepatte-de-chat

 

IMG_20180818_105601

Sukkwan Island – David Vann

41IXspQQgOL._SX210_

 

Cela faisait un moment que je me disais qu’il fallait que je lise cet auteur. Liligalipette m’y encourageait notamment et je sais qu’elle me fait souvent découvrir des petites pépites. C’est grâce à elle que j’ai découvert Philippe Claudel (que je vous encourage à lire si ce n’est pas déjà fait). Et la dernière critique de Miss Alfie, autre blogueuse influente, m’a décidée.

Quelle puissance dans le scénario ! J’ai adoré ! Est-ce le fait que cela fasse référence à la survie dans une île ? Ça, c’est mon côté aventurière virtuelle qui ressort. J’aime beaucoup Robinson Crusoé pour cela d’ailleurs. Est-ce le fait que cela m’ait rappelé également un autre livre, Le Poids de la neige (de Christian Guay-Poliquin), dans lequel deux hommes devaient survivre dans le grand froid ? Toujours est-il que j’ai vraiment passé des moments agréables dans cette lecture. Je voulais savoir, arriver coûte que coûte à la fin (c’est toujours quand il ne reste plus qu’une dizaine de pages que vous êtes appelées pour des occupations de la vie quotidienne) de ce roman noir… très noir dans lequel il y a du sang et des larmes.

Si vous aimez les lieux inhospitaliers, les scènes glauques, n’hésitez pas !

Bienvenue à Cotton’s Warwick – Michaël Mention

arton11380

 

Au fin fond de l’Australie, au cœur d’un endroit hostile, un petit groupe de personnes dont une seule femme essaie de survivre. Soudain, des morts inexpliquées vont faire basculer le destin de cette communauté.

J’ai eu la bonne idée de lire ce bouquin pendant la canicule, afin d’être dans l’atmosphère étouffante des personnages. Quelle idée ! Cela dit, ne mettez pas un pied, ou plutôt un œil à Cotton’s Warwick car vous n’en reviendrez pas… du moins vous serez absent pendant quelques heures le temps de finir ce roman qui va vous prendre aux tripes. Âmes sensibles s’abstenir. C’est noir, c’est sanglant, on étouffe… Mais quel bouquin mes aïeux !

Merci à Belette, du blog The Cannibal Lecteur, pour cette découverte.

De retour…

Bonjour à tous,

Je suis de retour ! Laissez-moi juste un jour ou deux pour revenir sur vos blogs, le temps de faire le ménage, les lessives, les courses… Enfin, les choses du quotidien !

On le sait bien, les vacances, ça fatigue ! Et ce n’est pas Max qui me contredira, lui qui a passé son temps à jouer, manger et dormir… Et comme il dormait avec nous, il en a bien profité ! Devinez qui jouait à 4h du matin à nous mordre les orteils, à secouer sa souris qui a un grelot (je me suis maudite de lui avoir pris ça comme jouet !) ou à  balancer nos chaussures dans la chambre ? Devinez également qui a besoin de sommeil ? Mais à côté de ça, il venait nous faire d’énormes câlins en ronronnant comme un vieux tracteur. Que dire, hein ? Quel petit garnement !

IMG_0530

À très bientôt !