Equalizer – Antoine Fuqua

images (1)

Je découvre ce film sorti en 2014. Je ne connaissais pas non plus la série, c’est donc avec un regard tout neuf que j’ai visionné ce film.

L’histoire met en scène Robert McCall (joué avec brio par Denzel Washington), un homme au passé mystérieux qui passe aux yeux de tous pour le parfait copain car il est serviable et à l’écoute. McCall a une manie : se rendre tous les jours dans son snack-bar préféré et y lire un livre de la liste des « Cent romans qu’il faut avoir lus ». Il y fait la connaissance d’Alina, alias Terri, une prostituée dont le rêve était d’être chanteuse. Alors qu’ils discutent, cette dernière ne répond pas à un appel de Slavi, son proxénète russe. Elle raccompagne ensuite son nouvel ami mais une voiture l’intercepte. C’est Slavi, qui donne une carte de visite à McCall, le prenant pour un client. Le lendemain, McCall apprend que Terri-Alina est à l’hôpital, en soins intensifs. Le passé de Robert resurgit alors. Il doit faire justice.

Impossible de s’ennuyer avec ce film ! Amateurs de sensations fortes, ce film est fait pour vous ! J’ai vraiment aimé cette façon de traiter un thème vu et revu – le monde de la mafia – sous un jour nouveau. On notera par ailleurs, dans les scènes se passant dans le Snack-bar, la référence au tableau d’Hopper, peintre que j’aime beaucoup, Nighthawks. Que demander de plus ? Du suspense, de l’action, des références culturelles… 2h10 de pur bonheur !

10 réflexions sur “Equalizer – Antoine Fuqua

  1. Bonsoir Lydia j’ai déjà vu ce film et je l’avais beaucoup aimé, mais il faut dire que je suis fan de Denzel Washington… Je le recommande chaudement aussi, et c’est sympa de voir les vieux films, vu que les beaux films actuels sont aux abonnés absents. Je te souhaite de très belles fêtes Lydia.

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai beaucoup aimé ce film, mais…
    Mais pourquoi l’avoir intitulé « Equalizer » ?
    Car il y a autant de ressemblance entre entre le Robert McCall de la série originelle et le Robert McCall du film qu’entre Kim Banssinger et moi.
    Edward Wooward campe un ancien agent de Sa Gracieuse Majesté (MI6) très énigmatique, flegmatique, bref « so british » avec beaucoup de conviction. On oscille toujours entre deux sentiments car ce héro n’attire pas la sympathie de prime abord.
    Du coup j’ai vraiment eu du mal à me mettre dans le film car malgré moi je restais dans la comparaison entre les deux héros.
    Mais ça n’enlève rien à la qualité de ce film… qui aurait du s’affranchir de la série.
    Jamais contente mémère !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.