Chat alors !

Ch’alut les amis ! 10 mois, je viens de faire 10 mois (c’était le 18 mais ma maîtresse n’avait pas allumé l’ordinateur) ! Chat alors ! J’en suis tout retourné !

Max 10 mois 01

Vais-je avoir un cadeau ?

Max 10 mois 04

Peut-être une double ration de croquettes, celles que je surveille farouchement… on ne sait jamais…

Max 10 mois 07

Alors, elles arrivent ou quoi ces croquettes ?

Max 10 mois 03

Une fois repu, rien de tel que de regarder la télé avec ma maîtresse… même si je préfère avoir le canapé pour moi tout seul. Enfin, je veux bien accepter qu’elle soit là…

Max 10 mois 05

Bon, oh, stop les photos maintenant !!! Mon maître est en train de me canarder en rafale ! On peut être tranquille, oui ?

Max 10 mois 06

Allez, à plus tard les ch’amis !

Max patte-de-chat

Les Plumes d’Asphodèle

Le thème choisi était « DÉTENTE »

La liste, cette fois, était la suivante : LEZARDER, DUR, LIVRE, S’IMPREGNER, CORPS, ELASTICITE, ENSOLEILLE,
APAISER, PLUME, GUITARE, BILBOQUET, MANQUE, MOINS, MALLE

Voici mon texte :

Carpe Diem moderne

Par une journée ensoleillée
Pour retrouver un corps apaisé
Qui manque de force ou de repos
Lézarder, s’allonger sur le dos
Prendre un bon livre
Se sentir revivre
Jusqu’au bout des orteils
S’endormir paisiblement d’un sommeil sans pareil
Le soleil réchauffant les os jusqu’à la moelle,
Inutile d’aller loin, de se faire la malle,
S’imprégner de douceur, ô combien, dur labeur,
Oublier le manque de temps, simple horreur
Du monde moderne ; prendre sa plume, sa guitare,
Oublier tout, chose rare,
Jouer aux dames, aux échecs, au bilboquet,
Suivre l’élasticité de sa pensée,
Pour enfin affronter tous les aléas,
Rien n’est moins bon que les petits tracas
En un mot : profiter ! la chose est maintenant dite,
Ne reste plus qu’à suivre cette règle de conduite…

Je reviens très vite !

Oui, vous l’avez remarqué, je ne suis pas présente (ou très peu) sur la blogosphère en ce moment. Les choses vont revenir à la normale à partir de la semaine prochaine. Ne vous inquiétez pas, c’est juste le boulot qui est très prenant et le mois de janvier est toujours un mois pénible.

78618053

Source image

À très bientôt !

Lydia

Les Plumes d’Asphodèle

Allez, on est reparti ! Le thème choisi était « DESSOUS »

La liste, cette fois, était la suivante : NUISETTE, TRADITION, TRENTE-SIXIÈME, FÈVE, NOIR, TRÉFONDS, ENVERS, TARABISCOT, BRETELLE, MUSARDER, ABONNEMENT, ARCANE, AFFOLER, ARNAQUER

 

Voici mon texte :

La galette des rois

Elle se réveilla avec un mal de tête épouvantable. Le sang battant dans ses tempes allait bientôt faire éclater son cerveau, comme un tarabiscot passant sur une planche de bois pour en faire éclater les échardes. Elle ouvrit un peu plus les yeux et regarda autour dʼelle. Sa nuisette, dʼun noir profond, était jetée négligemment sur le lit, à lʼenvers, une mini-bretelle pendant dans le vide. Mais que lui arrivait-elle ? Elle avait lʼimpression dʼêtre au trente-sixième dessous, dans les arcanes de lʼenfer. Elle fouilla au tréfonds de sa mémoire. La veille, jour de congé, elle avait musardé tout lʼaprès-midi en attendant dʼaller manger chez ses amis. Comme la tradition le voulait, elle avait apporté une galette car elle avait eu la fève la dernière fois. Elle sʼétait dʼailleurs fait la réflexion quʼelle devrait prendre un abonnement chez son pâtissier car elle tombait toujours sur le petit objet. « Et qui cʼest qui va payer sa galette ? » Elle entendait cette phrase un nombre incalculable de fois, à croire que les copains prenaient un malin plaisir à lʼarnaquer et à la lui refiler !

La bouche pâteuse et le mal de crâne persistant, elle se leva et alla dans la salle de bain. Le miroir lui renvoya une image dʼelle qui lʼaffola. Elle avait un énorme hématome sur la joue, une arcade sourcilière sanguinolente. Son regard balaya la pièce. Ce nʼétait pas sa salle de bain. Celle-ci était basique, toute blanche, sans âme. En y regardant bien, sa chambre non plus ne correspondait pas à la sienne. Elle entendit soudain des pas, quelquʼun toucha la poignée et ouvrit la porte. Une dame en blouse blanche se tenait devant elle. « Bonjour Madame Martin, comment se sent-on aujourdʼhui ? »  Elle ne comprenait pas. « Vous avez eu un accident de voiture, vous vous souvenez ? Vous aviez beaucoup bu. Vous avez eu une sacrée chance ! Vous vous en sortez avec trois fois rien. » Les souvenirs se bousculaient dans son esprit : le repas chez les copains, le champagne coulant à flots, un bruit assourdissant de tôle froissée et ce trou noir…
Quʼon ne lui parle plus jamais dʼune galette…