Les Plumes chez Émilie

Le thème choisi était  : CARPE DIEM

La liste de mots :

PLAISIR
HASARD
PROFITER
CUEILLIR
AUJOURD’HUI
LENDEMAIN
(Les ou La) ROSE
SEREIN
POISSON
PROLIFÉRATION
LATIN
IMMÉDIATETÉ
MARGELLE
DÉSIR
DÉCADENT
DÉVORE

Un moment de détente

En ce frais matin d’avril, à l’heure où le soleil darde ses rayons sur la campagne, Philippe planta ses cannes à pêche dans son coin favori. La rivière était belle depuis que le village s’était organisé pour tout nettoyer après la prolifération d’une algue qui menaçait les poissons. Le hasard avait voulu qu’au détour d’une randonnée, il découvre ce petit paradis où l’onde pure coulait sur les galets et enchantait par sa musique minérale. Les truites saumonées, d’un beau rose orangé, venaient narguer les promeneurs en tortillant joyeusement leurs corps entre les rochers affleurant à la surface. Philippe, ce jour-là, s’était promis de revenir le lendemain pour faire une surprise à sa famille en ramenant quelques poissons que tout le monde dévorerait avec plaisir. Il profitait en même temps d’être seul, loin de tout, pour se vider la tête. Cela le rendait serein. Il ne pensait plus à rien et rentrait dans la contemplation de la nature.

Pendant ces instants, le temps était arrêté. Exit la folle société, cette ruche où les gens grouillent et ne s’arrêtent jamais, où l’immédiateté est reine, où la consommation foisonne… la riante verdure faisait place à ce monde décadent.

Aujourd’hui serait un bon jour ! Tout était rassemblé pour que les truites viennent taquiner ses hameçons. Il cueillit un brin d’herbe qu’il mit à la bouche et s’allongea. Lorsqu’il serait à la retraite, il passerait son temps ainsi. Il en profiterait également pour étudier les poissons, de leurs noms en latin à leurs modes de vie. Son désir le plus cher était de s’éloigner de la folie de la ville et de s’oxygéner à la campagne. En attendant, il en profitait le week-end, dès que le temps le lui permettait…

– Philippe ? Philippe ?

– …

– Philippe, réveille-toi, tu vas attraper une insolation en restant à dormir en plein soleil sur les margelles de la piscine !

Ce n’était donc qu’un rêve ! Il appartenait bel et bien à ce qu’il exécrait dans ses songes et nourrissait lui-même cette société de consommation en partant en vacances dans des endroits branchés et huppés. Que n’aurait-il pas donné, à ce moment, pour une simple petite canne à pêche…