Le dictionnaire débonnaire : Chaperon

Martine, du blog Ecri’turbulente nous proposait cette semaine le mot Chaperon. Voici ma définition foldingue 🤪 :

Substantif masculin : Etymologie hispanique. En Espagne, le terme « cabrón » est utilisé couramment pour désigner un bâtard. Lorsque Charles Perrault écrivit sa version d’un petit personnage bravant les dangers de la forêt pour apporter à sa grand-mère du pain et du beurre, il l’intitula d’abord « L’enfant et le loup ». Face au succès grandissant, Perrault décida d’exporter son conte. Il employa un traducteur afin d’en faire la version espagnole. Mais l’homme en question n’était pas plus espagnol que Molière japonais. Lorsque le passage du petit pot de beurre et du pain arriva, Francis Bouducon se dit qu’un batârd, forme plus courte qu’un pain, entrerait mieux dans le panier de la gamine et le traduisit donc par l’insulte. Le conte fut un succès en Espagne mais pas pour de bonnes raisons. Les intellectuels ibériques se tapaient sur le bidon et hurlaient de rire en lisant la traduction et le texte devint, chez eux, « El Pequeñito Cabrón ». L’histoire de la traduction arriva aux oreilles de Perrault qui congédia Bouducon avec pertes et fracas mais qui, ne reculant devant rien pour quelques pièces, renomma son histoire « Le Petit Cabron rouge », se disant que son histoire débile ferait au moins recette grâce à la méprise du traducteur inculte. Le bouche à oreille déforma le terme et Cabron devint Chaperon. D’ailleurs, un chaperon, le vrai, celui qui surveille, n’est-il pas un bâ…. ? Les académiciens se penchent sur la question.

25 réflexions sur “Le dictionnaire débonnaire : Chaperon

  1. Le petit chaperon rouge va voir sa grand-mère quand, tout à coup, elle aperçoit le grand méchant loup tapi derrière un buisson.
    – Oh ! Comme vous avez de grands yeux, lui dit-elle.
    Et le loup s’enfuit sans demander son reste…

    Un peu plus loin sur son chemin, le petit chaperon rouge voit le même loup caché derrière un arbre :
    – Oh ! Comme vous avez de grandes oreilles, lui dit-elle.
    Et le loup de s’enfuir à nouveau.

    Un peu intriguée par ce comportement, le petit chaperon rouge poursuit néanmoins son chemin.
    Au bout de 2 km, elle revoit le loup, caché cette fois derrière une borne kilométrique.
    – Oh ! Comme vous avez de grandes dents, lui dit-elle.
    Alors le loup se met à hurler :
    – Mais tu vas me laisser chier tranquille ?!

    Aimé par 1 personne

          1. Tiens, une autre !

            Raymond le routier roule depuis de nombreuses heures et la fatigue commence à peser lorsqu’à la radio…

            « ATTENTION !!! FLASH SPÉCIAL !!! Des extraterrestres viennent de débarquer sur terre ! Ceci n’est pas un canular ! Voici leur description : ils sont de petite taille, habillés de blanc, ont des yeux énormes, un visage tout rouge et les bras qui traînent par terre !

            En outre, les lumières caractéristiques de leur soucoupe n’est jamais bien loin d’eux ! Inutile de paniquer, ils sont amicaux ! Si d’aventure vous rencontrez une de ces créatures, essayez d’entrer en contact avec elle !

            Soudain, au détour d’un virage, alors que les phares du camion balaient le bas coté, Raymond distingue très nettement une créature étrange : de petite taille, habillée de blanc, elle a des yeux énormes, un visage tout rouge et ses bras traînent par terre tandis qu’une lumière bleutée illumine les arbres derrière elle.

            — Putain de merde, hurle Raymond. Ça y est mon gamin ! T’en as vu un !

            Le routier arrête son camion et balaie la sueur moite qui englue son front.

            — Surtout ne pas paniquer ! Ils ont dis qu’ils étaient inoffensifs !

            Raymond descend de son camion et s’approche de l’étrange créature, les paumes ouvertes et tendues vers l’alien en signe de paix.

            — Salut ! Je m’appelle Raymond, derrière moi c’est mon camion et là je fais une livraison !

            La créature braque ses yeux globuleux sur Raymond, devient un peu plus rouge puis rétorque :

            — Salut ! Je m’appelle André, derrière moi c’est mon ambulance et là je suis en train de chier !

            Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.