Mais à quel moment…

J’écris rarement de tels billets… Mais là, j’ai besoin d’extérioriser !

A quel moment les parents se disent-ils qu’ils peuvent envoyer des mails dans l’attente d’une réponse un dimanche de vacances à 9h du mat’ ? A quel moment ils se disent qu’ils peuvent demander tout et n’importe quoi, en l’occurrence inscrire Prunelle-de-leurs-yeux dans un autre établissement scolaire, comme si c’était à moi de faire ça ? Non m’sieurs-dames, le professeur principal n’est pas Dieu, il ne fait pas tout, ce n’est pas lui qui conduit le bus de vos enfants ou qui leur prépare le goûter…

Sans compter ce que je lis sur les réseaux sociaux : le prof pourrait faire ci, le prof pourrait donner tous les devoirs d’un coup, je vais leur demander leur salaire… Bien, bien, bien… Donc, vous iriez déranger votre boulanger le jour de sa fermeture pour lui demander une côte de boeuf (hein, Maman-de-Prunelle-de-mes-yeux ?)… Vous demanderiez à votre boulanger de faire tous les pains de la semaine en une journée parce qu’après tout, il peut bien le faire, il a le temps ? Vous lui demanderiez son salaire parce que vous avez réussi à faire réchauffer une pauvre baguette précuite achetée dans le supermarché du coin ?

Vous ne trouvez pas que… vous abusez un tantinet, non ? Vous croyez quoi ? On se démène pour que les élèves ne soient pas trop impactés dans leur scolarité, on trouve des moyens, on réajuste tous nos cours, à la volée, pour que dès le premier jour, le 16 mars, les enfants ne soient pas sans rien, on travaille de 8h du matin à 20h, parfois plus, sans relâche car il faut donner plus de choses à l’écrit et corriger plus vite, préparer le cours du lendemain, l’adapter tout en suivant une progression pédagogique… Les élèves sont connectés parfois dès 7h30 car ça leur fait du bien d’avoir quelqu’un à qui parler. .. Non, le télétravail ne se résume pas pour nous à répondre à trois mails et à jouer ensuite à Animal Crossing ou à regarder la télé avec les gosses…

Heureusement que tous ne sont pas comme ça et qu’on reçoit aussi des messages de soutien… et, ça, en ces temps de confinement et de classes virtuelles qui nous donnent un boulot de dingue, ça fait chaud au coeur.

Alors, je préfère terminer sur une note positive : à ceux-là, MERCI !