Dampierre-sous-Bouhy (Nièvre)

Je vous emmène au gré de mes balades estivales. Allons d’abord dans le village dans lequel nous avions loué une maison pour la semaine, Dampierre-sous-Bouhy. Celui-ci est composé du bourg et de hameaux tout autour. Nous étions aux Fouchers, non loin d’un petit étang. Le dépaysement total.

Notre location

Le petit étang derrière.

Les chevaux du centre équestre non loin.

J’aime beaucoup cette vieille charrette servant de publicité pour le centre équestre.

L’église Saint-Firmin de Dampierre-sous-Bouhy. Elle fut érigée au XVIe siècle.

Aux environs, la chapelle Sainte-Anne de Bouhy et le moulin.

Concernant la chapelle : Nous n’avons pas de date précise pour sa construction. L’histoire dit que l’évêque missionnaire Saint-Pèlerin aurait été envoyé par le pape Sixte II, en 258, pour évangéliser le centre de la Gaule. Il dut fuir les païens, hostiles, et vint se cacher à Bouhy. Il aurait été fait prisonnier par des soldats romains, emprisonné à l’endroit où fut édifiée la chapelle, puis décapité le 16 mai 259. Il serait enterré à cet emplacement. La chapelle pourrait être celle du château des seigneurs de Bouhy qui existait au XIVe et fut détruit dans son intégralité au XVe siècle lors des affrontements entre les Armagnacs et les Bourguignons. Elle fut rénovée en 1648.

Le moulin Blot, autrefois appelé moulin Neuf, daterait de la première moitié du XIXe siècle. Il a servi jusqu’au XXe puis fut laissé à l’abandon. Un gros travail de restauration a été entrepris pour le remettre dans le bel état que l’on peut admirer.

© L.B

La mort de Jean-Baptiste Lully

J’aime ce compositeur qui a travaillé avec Molière notamment. Mais on ne peut pas dire que sa mort soit glorieuse… Jugez plutôt : Le 8 janvier 1687, en répétant avec les 150 musiciens son « Te Deum » qui devait être donné en l’honneur de Louis XIV, il se fâche et tape avec son bâton de direction… sur son pied (un truc digne d’un film de Louis de Funès). Il est blessé et la gangrène s’installe. Il mourra deux mois plus tard.

Le livre sans verbe

Saviez-vous que cela existait ? L’auteur est Michel Thaler. Son titre : Le train de nulle part. Incroyable, surtout lorsque l’on pense qu’il contient 233 pages ! Et moi qui râle dès que je trouve une phrase nominale ! 😆

Un petit extrait :

« Quelle aubaine ! Une place de libre, ou presque, dans ce compartiment. Une escale provisoire, pourquoi pas ! Donc, ma nouvelle adresse dans ce train de nulle part : voiture 12, 3e compartiment dans le sens de la marche. Encore une fois, pourquoi pas ? – Bonjour Messieurs Dames. Un segment du voyage avec vous ! Ou peut-être pas ! Tout comme la totalité de l’itinéraire, du moins le mien ! »

François Le Métel de Bois-Robert, gourmand insatiable…

Source image

Poète et dramaturge français (1589-1662), François Le Métel de Bois-Robert (orthographié également Boisrobert) adorait la nourriture. Ainsi, le livre Anecdotes Littéraires, ou Histoire de ce qui est arrivé de plus singulier et de plus intéressant aux Ecrivains François depuis le renouvellement des Lettres sous François Ier jusqu’à nos jours, nous donne deux anecdotes à ce sujet :

La première :

Le plaisir de la table était un vrai plaisir pour Bois-Robert, et il pensait souvent aux bons repas. Un jour, qu’occupé apparemment de pensées semblables, il passait dans la rue St. Anastase près d’un homme blessé à mort, il s’entendit appeler pour le confesser ; il s’approcha, et pour toute exhortation, il lui dit : Mon camarade pensez à Dieu, dites votre Bénédicité, puis s’en alla.

La deuxième :

Bois-Robert mangeait quelquefois chez M. le Cardinal de Retz qui tenait table ouverte. Un jour, pour y avoir une place commode, il se tint en bas et, à mesure qu’il voyait arriver quelqu’un pour dîner, il disait : « et seize »,  voulant faire connaître par là qu’il y avait quinze personnes, et que celui qui arrivait était le seizième. Ce fut de cette manière qu’il éloigna tous ceux qui se présentèrent. Le Cardinal, venant pour se mettre à table, fut fort étonné de voir si peu de convives. Alors Bois-Robert lui raconta de quelle manière il s’y était pris pour les chasser afin d’y avoir place. Et la chose passa en plaisanterie.

Gérard de Nerval

La folie de Gérard de Nerval 91216406
Source image

J’aime beaucoup cet auteur que je n’ai découvert que tardivement. Il fut hanté par sa folie et ses crises, plus nombreuses chaque jour.

Apollinaire raconte dans La Vie anecdotique qu’on trouva un jour Nerval en train de promener un homard vivant qu’il tenait en laisse avec un ruban bleu… Ah oui, quand même !!! 

Bien évidemment, cette curieuse situation fit jaser dans tout Paris. Ce à quoi l’écrivain répondit le plus tranquillement du monde : « En quoi un homard est-il plus ridicule qu’un chien, qu’un chat, qu’une gazelle, qu’un lion ou toute autre bête dont on se fait suivre ? J’ai le goût des homards, qui sont tranquilles, sérieux, savent les secrets de la mer, n’aboient pas… »

Le pauvre homme se suicida à l’âge de 46 ans en se pendant à une grille, rue de la Vieille-Lanterne, près du Châtelet, à Paris. Il souffrait depuis 14 ans de troubles psychologiques se traduisant par des crises d’hallucinations et de délire.

Théophile Gautier et Arsène Houssaye payèrent pour lui une concession au cimetière du Père-Lachaise.

26 janvier 1855 : Suicide de Gérard de Nerval Nerval

Photo prise à Mortefontaine (Oise), le 23 janvier 2012. © L.B
C’est en ce lieu que Nerval passa son enfance. C’est l’origine de son nom de plume, le Clos de Nerval se situant tout près. 

Et voici la photo de sa dernière demeure.

nerval - Cimetière du Père Lachaise [Paris] Image

Photo prise le 29/02/2012
© L.B