Léopold Mozart, père de Wolfgang.

Source de l’image : France Musique

Johann Georg Leopold Mozart est né à Augsbourg, ville appartenant au Saint Empire Germanique, le 14 novembre 1719. Il est issu d’une famille de relieurs. Son éducation sera faite par les jésuites dès l’âge de huit ans. En 1737, à la mort de son père,  il étudiera  le droit et la théologie à Salzbourg, chez les bénédictins. Mais la musique est sa passion et elle est plus forte que tout. Il est renvoyé pour absentéisme. En 1740, il entre dans la maison princière Thurn und Taxis, créatrice de la Poste impériale. Il devient le secrétaire et violoniste du Comte Johann Baptist Von Thurn-Valsassina und Taxis, lui-même président du chapitre de la cathédrale. Le jeune domestique est remarqué pour ses talents (il publie sa première composition: six sonates en trio) et, trois ans plus tard, il deviendra quatrième violon dans l’orchestre de la cour épiscopale. Le Prince-Archevêque le nommera ensuite maître de concert. Reconnu pour ses talents pédagogiques, il enseignera au Conservatoire et se vouera corps et âme à la musique. 

En 1747, il épouse Anna Maria Pertl. Sept enfants naissent mais seuls deux survivront: Maria Anna Wallburga Ignatia (née en 1751) et Johannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilus (1756). Il sera leur principal professeur de musique. Si Léopold semble avoir eu une personnalité très forte, il n’en reste pas moins qu’il fut toujours un père attentionné pour son fils. Ce fut une autre histoire avec Maria Anna.

On retient deux œuvres importantes de Léopold: une méthode pour violon, toujours en vigueur: Versuch einer gründlichen Violinschule (Traité en vue d’une méthode fondamentale pour le violon) et, plus contestée, la fameuse Cassation en sol pour orchestre et jouets (ou symphonie des jouets). Cette dernière ne semble pas être de Léopold. D’abord attribuée à Haydn, on a découvert que le père de Wolfgang l’avait copiée dans un manuscrit. Cependant, on trouva le manuscrit de l’œuvre dans un couvent du Tyrol. La signature était celle du Père Edmund Angerer. 

Léopold fera également quelques symphonies tombées dans l’oubli: une symphonie de chasse, une pastorale, une burlesque. Quelques concertos pour trompettes et trombones nous sont également parvenus.

Il mourut brutalement, le 28 mai 1787, à l’âge de 67 ans.