Les Godillots – Olier / Marko

 Les Godillots - Olier / Marko 9782818922057

Quatrième de couverture :

C’est l’hiver dans les Vosges et la neige recouvre le nouveau cantonnement des Godillots, une usine désaffectée qu’ils partagent avec une unité de Corps Francs. Lors d’une altercation entre les deux troupes, Palette et Le Bourhis découvrent la preuve d’un acte de barbarie commis sur l’ennemi par un soldat de leur propre camp. Ulcéré et révolté, le bouillant capitaine Mougin veut aller restituer l’objet du délit aux autorités allemandes au-delà du Front. Ses hommes tentent le tout pour le tout afin de lui éviter le Conseil de guerre. Mais l’intransigeant commandant Desmonnier profite justement de cet instant pour lancer une inspection de détail de l’escouade. 

Rude journée pour nos Godillots ! 

Mon avis :

Ce qu’il y a de pratique avec cette petite série (je dis « petite » car, pour l’instant, elle ne compte que deux tomes), c’est que chaque album peut se lire indépendamment. Très pratique donc, surtout pour moi qui n’avais, vous l’aurez compris, pas lu le précédent, ne sachant même pas qu’une telle bande dessinée existait. Basée sur un fait réel, elle relate une anecdote tout en la fondant dans l’Histoire. Il faut dire que les auteurs se sont appuyés non seulement sur des documents d’époque mais encore sur un historien spécialiste de cette période, Jean-Yves Le Naour. Voilà un gage de sérieux qui fait de cet album quelque chose d’à la fois ludique et pédagogique. La mise en scène des personnages et du décor est extraordinaire. Mordante et drôle, l’histoire relatée permet d’en apprendre un peu plus sur ce conflit mondial et, plus précisément, sur le quotidien de nos poilus. Le petit dossier situé à la fin de ce tome permet de comprendre toute la finesse des dessins ainsi que le désir de mettre en exergue la réalité du terrain. Je ne connaissais pas l’anecdote en question (l’histoire d’une oreille coupée appartenant à un allemand remise, par un soldat français, à l’ennemi, pour ne pas désavouer l’armée française) et cela m’a permis de faire des recherches plus approfondies.

Si vous voulez voir un petit extrait, je vous conseille de cliquer ici.