Le soir, Lilith – Philippe Pratx

pratx - Philippe Pratx [XXe / XXIe s] 100140971

Fiche écrite en 2014. Je recycle !

Quatrième de couverture :

Alors qu’il met en ordre les éléments épars d’une possible future biographie d’une star du cinéma muet qu’il a fréquentée dans sa jeunesse, un écrivain reçoit la visite d’une étrange journaliste qui le presse de lui en dévoiler davantage sur la fameuse Eve Whitefield, plus connue sous le nom de Lilith… Dès lors, filmographie, notes manuscrites, souvenirs brumeux se mêlent pour tisser un canevas qui ne parvient pourtant pas à dresser un portrait fidèle d’un personnage hors du commun, jusqu’à ce que la journaliste dévoile à l’auteur une facette inconnue de l’actrice…

Mon avis : 

Je vais être honnête, lorsque l’auteur m’a contactée pour me demander si j’acceptais de lire son livre et d’en faire la critique, je n’ai pas sauté de joie. Il est tombé dans une période où je n’étais pas vraiment disponible. De plus, le titre et la couverture du roman ne m’emballaient pas plus que ça. Vous voyez un peu l’atmosphère… Pourtant, la quatrième de couverture me plaisait bien, elle.Très gentiment, Philippe Pratx a accepté d’attendre. Pourquoi tout ce laïus ? Pour que vous compreniez dans quel état j’étais lors de ma lecture. Oui, il fallait vraiment que ce livre associe tous les talents pour que je le lise jusqu’au bout. Et c’est bien le cas. L’écriture est magnifique. L’histoire ne l’est pas moins. La structure du récit, polymorphe, est bien trouvée. Pourtant (oui, je sais, j’ai décidé de râler), en général, je n’aime pas vraiment ça. À la fois roman noir et scénario, ce texte nous emmène dans le monde cinématographique des années folles. Un retour en arrière permettant des références culturelles. Et puis, n’oublions pas ce titre : Lilith, référence à la première femme d’Adam, un démon, une femme fatale, révoltée. Et Ève, bien sûr, l’officielle… Il fallait le trouver et l’on comprend le titre une fois l’oeuvre lue. Au final, tout s’agence : titre, couverture… On voit là tout le travail d’orfèvre de l’auteur. Je salue sa performance !

8 réflexions sur “Le soir, Lilith – Philippe Pratx

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.