Monsieur Destrange – A. Manget

Armand Manget [XXe s] Image

Fiche rédigée en 2017. Je recycle !

On a perdu l’habitude de lire ce genre de roman, au ton délicieusement suranné, au style volontairement riche et saupoudré d’un soupçon de philosophie.

Armand Manget, en guise de préface, met un extrait du Règlement des Apothicaires de Châlon-sur-saône daté de 1630 : « Ne sera aucun aspirant reçu à la maîtrise du dit art apothicaire, qui soit noté par justice d’infamie, qui n’ait atteint l’âge de vingt-cinq ans ou environ et ne soit suffisamment versé dans la langue latine, pour apparoir avoir fait son apprentissage chez un maître de la présente ville, ou en autre ville jurée et fameuse de la Province ou du Royaume, qui aura été trois ans consécutifs.

Outre quoi apportera certificat du service qu’il aura rendu pendant autres trois ans, actuellement chez autres maîtres par les bonnes villes, a avoir au moins demeuré six mois en service chez un maître de la présente ville, afin que chacun soit mieux informé de sa prudhomie, vie, mœurs, bonne conversation, et religion apostolique, catholique et romaine. »

D’entrée, le lecteur est plongé dans ce monde du XVIIe siècle, en Champagne. Il suit cet élève, Monsieur Destrange, de son apprentissage jusqu’à l’obtention de son certificat. Mais un certificat pour le moins étrange. En effet, le jeune apprenti a fauté. Oh, non pas sur le plan de la botanique, mais bel et bien sur le plan amoureux. Ces quatorze mois passés au service des frères de Fournac lui auront tout appris de la vie. Lorsque Jacqueline, la servante, lui fait du charme, il n’en fait aucun cas. En revanche, il cèdera aux avances d’une cliente très sensuelle mais mariée, Mme Thévenin. Mais Jacqueline, qui regardait, en bonne curieuse, par le trou de la serrure, a tout vu et raconte à son maître, ami du mari dupé, ce qu’il s’est passé en son absence. Cependant, Mme Thévenin n’est pas dans le cœur de l’apprenti. C’est Madame de Fournac qui lui fait chavirer le cœur depuis qu’il est arrivé au « Mortier d’argent ». Un soir, il tente de lui voler un baiser et lui délivre ce qu’il a sur le cœur. Sur ses conseils, il quitte l’officine, « Le Mortier d’Argent ». Monsieur de Fournac, qui n’est pas au courant de ce qui s’est tramé derrière son dos, lui rédige le fameux certificat.

Je le disais au départ, ce roman est très agréable à lire. On sent que l’auteur s’est documenté de façon sérieuse et qu’il connait son sujet. Il transmet au lecteur toute sa passion et un savoir conséquent. Et si le style est riche et élégant, il n’en reste pas moins que la lecture en est vive. Ce fut un agréable moment, une sorte de bond dans le passé. 

10 réflexions sur “Monsieur Destrange – A. Manget

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.