Sincères condoléances – Erling Jepsen

Erling Jepsen [XXe-XXIe s / Danemark] Image
Traduction : Caroline Berg

Cet opus est la suite de L’Art de pleurer en chœur, petit chef-d’œuvre de cet auteur danois. On retrouve le narrateur, Allan, qui est devenu un homme. Il a désormais la quarantaine, est marié, père d’une petite fille. Il est écrivain. On le retrouve au moment où son père est mort. On apprend qu’ils s’étaient disputés. Allan n’a pas revu ses parents depuis quelques années. Il accepte cependant d’aller voir sa mère. On pouvait s’attendre à ce que la mort du père soit un soulagement. Pourtant, il n’en est rien. Si sa sœur, Sanne, et son frère aîné, Asger, semblent prendre les choses avec philosophie, Allan se met à enquêter sur le décès qui ne lui paraît pas normal.

Le premier roman était déjà noir. Celui-ci l’est, à mon sens, encore plus car il montre un être torturé. Allan se bat à la fois contre l’idée de la mort et contre ses vieux démons qui, soudain, jaillissent du placard sans crier gare. On nage en plein malaise. Là où, généralement, le trépas ressoude les familles, on se rend compte ici que c’est l’angoisse, la rage, la haine qui font office de fil conducteur. Le lecteur referme le livre sans plénitude aucune. Ce huis-clos est abouti.