La chèvre d’or – Paul Arène

Paul Arène [XIXe s] Image

Paul Arène, auteur provençal complètement oublié de nos jours, est un contemporain d’Alphonse Daudet. D’ailleurs, ils furent amis et écrivirent, ensemble, bon nombre de chroniques qui devinrent ensuite Les Lettres de mon moulin.

La Chèvre d’or est, en fait, une légende reprise par plusieurs auteurs, dont Frédéric Mistral. Paul Arène situe l’histoire en Provence orientale et non dans les Alpilles. « J’avais rencontré la Chèvre d’Or dans tous les coins de Provence, aux Baux, à Gordes, à Vallauris. partout la légende se rattachait aux souvenirs de l’occupation sarrasine, et partout il s’agissait d’une chèvre à la toison d’or, habitant une grotte pleine d’incalculables richesses et menant à la mort l’homme assez audacieux pour essayer de la traire ou de s’emparer d’elle… » La chèvre, animal fabuleux, serait la gardienne d’un trésor laissé par les Maures. Ceux qui l’ont vue et ont tenté de la suivre ne sont jamais revenus… Brrrrr…

Ce fut un vrai plaisir de lire cette légende sous la plume de cet auteur qui en a profité – et on ne va pas le lui reprocher – pour magnifier les paysages de cette belle région : « j’aurais pu, avec cet horizon d’eaux miroitantes, de tamaris en dentelle sur l’or du couchant, et le clairin d’Arlatan qui tintait, me croire au bord du Vaccarès, dans quelque coin perdu, entre la tour Saint-Louis et les Saintes. »

Je ne connaissais ni l’auteur ni la légende avant de trouver ce livre mais je peux vous dire que je vais lire d’autres œuvres de cet écrivain prolixe.