La prophétie de Guilhem de Montpellier – Jean-Luc Fabre

Quatrième de couverture :

Quand le comte Bernard de Mauguio lègue le Montpestelario à Guilhem, son fidèle vassal et chevalier, ce n’est qu’une terre aride. Mais le jeune propriétaire veut en faire une grande cité, dont il édicte une prophétie : quiconque l’aidera à la bâtir jouira de la protection de ses murs, qu’importe sa religion ou son métier. Et c’est ce qu’il s’escrime à réaliser avec l’évêque de Substantion, son voisin, et le comte de Mauguio, au gré des aléas politiques et économiques.

Mais si l’opulence et la puissance de la nouvelle cité attirent de plus en plus d’artisans, de commerçants et de voyageurs, elles ne tardent pas non plus à susciter de nombreuses jalousies…

Mon avis :

Voici un livre dont je vais avoir du mal à faire la chronique tant je me suis régalée !

Evidemment, on est dans ma période de prédilection, le Moyen-Âge et, cerise sur le gâteau, dans une ville que je connais pour y avoir été à de nombreuses reprises, Montpellier. Et c’est avec une belle écriture, fluide et romanesque, que Jean-Luc Fabre va nous raconter, à travers des personnages, pour la plupart, historiques, la création de cette ville.

J’ai littéralement dévoré ce livre ! Il est certain que le fait de connaître la région permet également de visualiser les lieux et de s’intéresser à leur histoire mais même si l’on n’a jamais mis un orteil à Montpellier, ce livre est à lire. Il permet de s’évader, d’aller dans un autre temps, d’autres lieux et, surtout, de vibrer avec ces personnages si bien décrits.

Je lirai sans nul doute d’autres romans de cet auteur car cette découverte ne me laisse pas de marbre. Un grand merci aux Editions de Borée de m’avoir permis de lire cette petite pépite !