Le voyageur immobile – Jean Giono

Que je lise Giono ou Pagnol, c’est toujours pour moi un agréable moment de lecture. Le Voyageur immobile fait partie du recueil Rondeur des jours. Après L’eau vive, nouvelle dans laquelle il faisait l’éloge des artisans d’autrefois, ceux qui éprouvaient un véritable amour pour le travail, qui le transcendaient pour le faire devenir un art, bref, ceux qui transformaient la matière en merveille, ce texte rend hommage à une ancienne épicerie, très certainement celle de son enfance si le narrateur est bien l’auteur. Mais peu importe car là n’est pas le problème. La poésie de Giono rend ce court texte magique. On croit apercevoir toutes les senteurs de cette épicerie mais également toutes les senteurs de son enfance. On fait un retour en arrière formidable. Merci Monsieur Giono !

Extrait :


Il n’y avait qu’une lampe à pétrole pendue dans un cadran de cuivre. On semblait être dans la poitrine d’un oiseau: le plafond montait en voûte aiguë dans l’ombre. La poitrine d’un oiseau ? Non, la cale d’un navire. Des sacs de riz, des paquets de sucre, le pot de la moutarde, des marmites à trois pieds, la jarre aux olives, les fromages blancs sur des éclisses, le tonneau aux harengs. Des morues sèches pendues à une solive jetaient de grandes ombres sur les vitrines à cartonnages où dormait la paisible mercerie, et, en me haussant sur la pointe des pieds, je regardais la belle étiquette du «fil au Chinois». Alors, je m’avançais doucement doucement ; le plancher en latte souple ondulait sous mon pied. La mer, déjà, portait le navire. Je relevais le couvercle de la boîte au poivre. L’odeur. Ah ! cette plage aux palmiers avec le Chinois et ses moustaches. J’éternuais. «Ne t’enrhume pas, Janot. – Non, mademoiselle.» Je tirais le tiroir au café. L’odeur. Sous le plancher l’eau molle ondulait: on la sentait profonde, émue de vents magnifiques. On n’entend plus les cris du port.
Dehors, le vent tirait sur les pavés un long câble de feuilles sèches. J’allais à la cachette de la cassonade. Je choisissais une petite bille de sucre roux. Pendant que ça fondait sur ma langue, je m’accroupissais dans la logette entre le sac des pois chiches et la corbeille des oignons; l’ombre m’engloutissait : j’étais parti.