Un dimanche en cuisine…

Aujourd’hui, je vous propose une recette que j’avais vue, il y a des années, dans une émission télévisée : le poulet à la bressoise.

Les ingrédients : 1 poulet (de Bresse si possible, sinon vous prenez ce que vous avez sous la main… non, pas le chat ! Un poulet j’ai dit !), 1 litre de lait (ou une boîte de lait concentré non sucré), 1 marmite de bouillon, 25 cl de vin blanc, 2 oignons, 2 gousses d’ail, 2 carottes, sel, poivre.

La recette en images : Couper le poulet en morceaux. Dans une cocotte, les faire rissoler avec les oignons. Ajouter les gousses d’ail. Saler, poivrer.

Ajouter le vin blanc. Personnellement, j’ai pris le restant de Picpoul que j’avais sous la main. On fait mijoter cinq minutes puis on ajoute le lait et le bouillon. Cette fois, j’ai pris du lait concentré, c’est très bien aussi. Dans ce cas, il faut mettre la boîte de lait et la même quantité d’eau.

Eplucher et couper en morceaux les deux carottes et les ajouter à la préparation. Mettre le couvercle et laisser mijoter 1h30 à 2h00 selon la grosseur des morceaux de poulet. Le lait va former des grumeaux, c’est normal.

Une fois le poulet cuit, retirer les morceaux ainsi que les carottes. C’est assez facile car le lait s’est compacté. Mixez la sauce. Remettre le poulet et les carottes.

C’est prêt ! Vous pouvez accompagner ce poulet avec du riz, des pâtes, des pommes de terre… tout ce que vous voulez…

Bon appétit !

Je partage cet article avec les marmitonnes, chez Syl.

Les défis du 20 : lettre K

Les règles sont ici. C’est Adrienne qui est aux manettes avec la lettre K. Elle nous propose « Kot » et « Karma ».

Kot ? Mais quel est ce mot ? Le cri de la poule allemande ? Le Karma d’Adrienne en prendrait un sacré coup si je ne mentionnais pas la vraie définition : taudis ou chambre d’étudiant (parfois c’est la même chose, non ? 😂) en néerlandais ; logement loué à un étudiant en Belgique. Ouf, Adrienne ne me trucidera pas et ses chakras pourront rester en paix.

Lorsque j’étais étudiante, j’ai pu bénéficier pendant plusieurs années d’un kot. C’était une petite chambre universitaire de 9m2. Cela peut paraître petit mais pour moi, c’était grandiose ! Mon petit « chez moi ». Mon refuge !

C’est justement à l’université que j’ai planché un peu sur le karma. J’avais une matière traitant de l’imaginaire antique. On parlait souvent de la sagesse et on débordait sur le sanskrit, l’Inde… Il nous est donc arrivé de parler du karma. Ah, que de souvenirs remontent à la surface ! 😉

Je vous laisse. C’était le dernier défi du 20 de cette année. Changera, changera pas en 2021 ? Allez voir sur le blog de Passiflore, tout y est expliqué.