Le voyage de Ricky – T.Genkel, R. Memari

Le petit Ricky débute mal dans la vie. Au moment où il cassait sa coquille, devant ses parents très fiers, ces derniers sont dévorés par une bête sauvage. Une cigogne passant par là le découvre au moment où il met le bec dehors. Bien évidemment, le petit moineau va la prendre pour sa maman. Elle n’a pas le cœur de lui avouer la vérité. Mais un événement se prépare : la migration vers l’Afrique. La famille cigogne est bien obligée d’avouer à Ricky qu’il n’est pas une cigogne et que ce voyage le tuerait. Mais le petit être est têtu. Il ne veut rien savoir. La famille part de bon matin sans le réveiller. Quand celui-ci s’en rend compte, il veut les rejoindre coûte que coûte. Mais ce voyage va s’avérer périlleux. Heureusement, il va faire aussi des rencontres comme celle avec Olga, la chouette pygmée rejetée de tous, ou avec Kiki, la perruche se prenant pour une star de la chanson…

J’apprécie les films d’animation. Mon âme d’enfant n’est jamais très loin… Il faut dire aussi que très souvent, ils peuvent être vus et compris à des degrés différents selon l’âge. Les enfants ont dû aimer je pense (ce film est sorti en 2017) car c’est coloré, mignon tout plein, il y a de la musique. Mais je ne suis pas sûre qu’ils aient pu comprendre toutes les références, notamment musicales, de la perruche. En revanche, l’adulte que je suis s’est régalée de ces clins d’œil. Comme dans tous les films d’animation, il y a un message : ne pas rester seul, savoir s’entourer, ne pas rejeter celui qui n’est pas dans la norme…

Bref, j’ai passé un bon moment.