Les Plumes chez Émilie : Chocolat

Les mots à insérer sont : BROYER- DOUCEUR- CABOSSE – TABLETTE- EMBALLAGE – NOIR- SURANNÉ – FOLLE- DÉGUSTER- CÂLIN- CHAUD- PRESCRIRE- PÂTISSERIE – PLAISIR

Le goûter

Séraphine : Madame a sonné ?

La Baronne : Oui, bien évidemment Séraphine ! Qui voulez-vous qui agite cette clochette ? Seriez-vous devenue folle ?

Séraphine : Vos réponses sont toujours un plaisir ! J’étais dans la cuisine, la cocotte-minute fait un boucan de tous les diables, j’ai à peine entendu le bruit, voilà pourquoi je vous pose la question !

La Baronne : Mais que fait la cocotte-minute en marche à cette heure ? Il est à peine 15h00. Ne me dîtes pas que vous préparez déjà le dîner !

Séraphine : Ah, ah ! Ce serait un peu tôt ! Non, c’est votre goûter que je suis en train de confectionner.

La Baronne, surprise : Mon goûter ? À la cocotte-minute ? J’en reste sans voix Séraphine ! Vous me surprendrez toujours dans vos façons de cuisiner ! Et puis-je savoir ce qui…hum… mijote ?

Séraphine : Une pâtisserie.

La Baronne, estomaquée : Plait-il ?

Séraphine : Un gâteau au chocolat. Lorsque j’ai ouvert la tablette de ce chocolat noir à l’emballage suranné, avec le dessin de la cabosse…

La Baronne : Oui, oui, je vois bien cette tablette. C’est du chocolat de dégustation, pas du chocolat pour faire de la pâtisserie.

Séraphine : … il y avait une recette à l’intérieur. Le gâteau minute.

La Baronne, les yeux écarquillés : Minute, pas cocotte-minute ! Ma pauvre Séraphine ! Et comment avez-vous fait votre chef-d’oeuvre ?

Séraphine : J’ai broyé le chocolat, ajouté de la farine, du beurre, du sucre, des oeufs. J’ai mélangé le tout et je l’ai mis dans la cocotte. Je dois attendre une minute après le sifflet. Vous verrez, c’est marqué sur le papier : « Aussi doux qu’un câlin ». Vous m’en direz des nouvelles !

La Baronne, reniflant : Ça ne sentirait pas le brûlé ?

Séraphine : Mon gâteau ! (Elle court à la cuisine) Oh ! Mais quelle horreur ! On ne peut même plus se fier aux recettes qu’ils prescrivent maintenant ! « Aussi doux qu’un câlin » qu’ils disaient ! Tu parles d’une douceur ! Aie, c’est chaud ! Saleté ! Je crois que la cocotte est foutue !

La Baronne, éclatant de rire devant l’air dépité de la domestique : Séraphine, pour le goûter, on fera dans le classique, on sortira les madeleines !

Le défi du 20 : Lettre M

Ce mois-ci, c’est Soène qui nous propose le mot concret : Mandarine, et le mot abstrait : Malédiction

Savez-vous comment je fais pour éviter la malédiction du pépin dans la mandarine ? Je coupe les tranches pour en faire une petite salade de fruits. Hors de question de me passer de ce fruit que j’adore, dont l’odeur, comme la madeleine de Proust, me renvoie directement aux festivités de Noël à l’époque où je les aimais encore. La véritable malédiction pour moi serait de ne plus en manger !

@LB

C’est à mon tour de proposer deux mots pour le mois de mars avec la lettre N. Je propose donc noisette et naïveté.