L’Oeil-de-chat- Fortuné du Boisgobey

Fortuné du Boisgobey, de son vrai nom Fortuné Hippolyte Auguste Abraham-Dubois (1821-1891) est un écrivain quelque peu oublié, ce qui est bien dommage quand on lit ses romans policiers ou historiques. 

Mais que raconte donc L’Oeil-de-chat, appartenant à la première catégorie ? Maxime de Chalandrey sort ce matin-là d’une folle nuit passée à jouer au baccarat.  Alors qu’il était dans le fiacre le ramenant chez lui, il passe la tête par la fenêtre et voit une vieille connaissance, Lucien Croze, ancien camarade du service militaire. Il descend donc afin de discuter un peu avec lui. Alors qu’il allait dire au cocher de continuer sans lui, une femme sort précipitamment d’un immeuble et s’engouffre dans la voiture. Surpris, Maxime essaie de s’enquérir de cette attitude pour le moins inhabituelle. La jeune femme semble poursuivie. Elle veut aller à une adresse précise. Maxime décide de l’accompagner… S’il peut essayer de lui faire un brin de causette, il en sera ravi. Mais la jeune femme est masquée. Étrange, de plus en plus étrange… Bien entendu, il ne saura rien de cette inconnue qui n’acceptera qu’une seule chose, qu’il lui embrasse la main. Et c’est à ce moment précis que Maxime remarque une superbe bague ressemblant à un talisman, sertie d’une pierre rare appelée Oeil-de-chat. L’inconnue lui fait jurer de ne pas la suivre. Mais la curiosité est plus forte que tout. Il l’apprendra à ses dépens. C’est ainsi qu’il va assister à une bien curieuse réunion pendant laquelle un homme sera exécuté. Et le lendemain, il apprend que le mort appartient à son cercle de jeu… Tout se complique… Sans compter que cette fameuse bague va se rappeler à son bon souvenir…

Ce livre se situe entre le roman à suspense et le roman noir. Très agréable à lire, il devient presque addictif. On ne peut s’empêcher de tourner les pages pour en savoir plus. Je connais des polars qui font pâle figure à côté…


Ce roman entre dans le challenge de Sharon