La Reine morte – Montherlant

Montherlant fait partie de mes dramaturges préférés et je le préfère de loin dans ses pièces plutôt que dans ses romans ou ses essais. Comme quoi…

La reine morte met en scène un vieux roi portugais, Ferrante qui, sentant sa mort arriver, veut mettre en ordre son royaume. Il ordonne ainsi à son fils, le prince Don Pedro, d’épouser l’infante de Navarre, Dona Bianca. Il la fait venir en son royaume afin que les deux jeunes se rencontrent. Mais il y a un problème : le rejeton est amoureux de la belle Inès de Castro. Il ne se préoccupe donc pas de Bianca. Cette dernière, déçue, bafouée dans sa fierté, ne tarde pas à trouver le vieux roi afin de lui faire part de ses sentiments à ce sujet. Ferrante entre dans une colère noire. Il fait enfermer Inès et tente de la persuader qu’elle doit faire changer d’avis le prince afin qu’il épouse l’infante. Mais ce qu’il va apprendre à ce moment-là risque de le surprendre…

Cette pièce, parue en 1942, est inspirée par celle d’un autre écrivain, Luis Velez de Guevara, Régner après sa mort (1570). Montherlant s’est servi du fait réel qui avait donné lieu au texte, l’assassinat d’Inès de Castro par Alphonse IV) mais en a fait une oeuvre toute personnelle. Les personnages sont travaillés. Ainsi, le vieux roi Ferrante paraît complètement hermétique. Certaines réactions peuvent surprendre car il peut prôner la sagesse et faire preuve, pourtant, de haine et de sadisme. Viennent ensuite les femmes au caractère bien trempé. Quant à Pedro… la pauvre garçon fait bien pâle figure face à Bianca ou Inès. Le jeune prince est un pleutre. Le seul acte qui le fera remonter dans notre estime sera le dernier.

Quel talent ce Montherlant !

14 réflexions sur “La Reine morte – Montherlant

  1. c’est un des plus anciens livres de ma PAL(cela ne s’appelait pas encore comme ça!) depuis la classe de première au lycée…un peu comme André Gide d’ailleurs
    Ta chronique me l’a remis en mémoire (il faut dire que la liste des livres conseillés par la prof était énorme et on piochait dedans selon nos envies)
    l’enseignement à beaucoup changé car je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître

    Aimé par 2 personnes

    • De mon côté, il faisait partie d’une looooongue liste que j’avais à la fac. Le prof nous avait donné la liste pour l’année avec des échéances et je prenais un malin plaisir à intervertir les oeuvres. Je lisais celles de novembre en mars etc. Il riait car il savait que je n’aimais pas qu’on m’impose des dates et je ne m’en cachais pas. Ce n’était pas gênant car au final, il fallait avoir tout lu pour l’examen de fin d’année.

      Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.