Des noeuds d’acier – Sandrine Collette

Sandrine Collette [XXe-XXIe s] Image

Lorsque Théo sort de son univers carcéral, il n’aspire qu’à une chose : se venger de son frère. Après s’être rendu dans l’hôpital où il se trouve et lui avoir fait une belle frayeur, il doit aller se carapater quelque part, se faire tout petit, se faire oublier. Il doit se retrouver dans la nature, loin de tout. Avant d’aller voir sa compagne, il fait une halte dans un coin reculé. Son instinct le pousse vers un petit hôtel où les patrons, âgés, sont plutôt affables. Madame Mignon semble être aux petits soins pour lui. Théo passe son temps à faire des randonnées. Un beau jour, l’hôtelière lui indique un sentier à suivre pour avoir un point de vue magnifique. Elle lui précise qu’il lui faudra aller dans une propriété privée mais qu’il n’y a aucun danger puisqu’elle appartient à sa famille. Théo s’y rend, insouciant. Effectivement, le panorama est à couper le souffle. Mais voilà qu’un homme, une espèce de vieux sauvage sale et débraillé, sort d’une maison (enfin, plus un taudis qu’une maison) avec une arme à la main. Que fait donc ce visiteur sur ses plates-bandes ?
Théo va lui expliquer qu’il vient de la part de Mme Mignon, ce qui va se finir autour d’un café. Mais au moment de partir, une douleur se fait ressentir au niveau de la tête. Lorsqu’il se réveille, il est dans le noir, dans une cave visiblement. Pourquoi ?

Je n’ai pas pu lever le nez de ce bouquin, tant il est prenant ! Noir, certes, mais addictif ! Si le thème n’est guère nouveau, la façon dont Sandrine Collette le traite est intéressante. Les personnages ont une dimension psychologique et la nature joue un rôle important dans cet espèce de huis-clos. De havre de paix, elle devient rude, noire, tout comme les personnages, oscillant de la sympathie à l’abject. Le lecteur n’est pas épargné. Il devient Théo. Il souffre avec lui, il tente le tout pour le tout avec lui…

 J’ai adoré !