Les chats – Yann Arthus-Bertrand

Yann Arthus-Bertrand [XXe-XXIe s / France ; Photos] Image

Quatrième de couverture :

Yann Arthus-Bertrand, amoureux des animaux et photographe de renommée internationale, présente une galerie de portraits de chats, photographiés avec ou sans leurs maîtres. L’histoire du chat et sa mythologie accompagnent une description précise de chaque espèce. Une somme pour tout savoir sur les chats.

Mon avis :

Ce beau livre de 383 pages se divise en six parties : une première sur l’Histoire du chat, fort bien faite, concise, pratique et intéressante. Elle débute par une citation tirée d’un conte de Rudyard Kipling (Le Chat qui s’en va tout seul : « Je ne suis pas un ami et je ne suis pas un serviteur. Je suis le Chat qui s’en va tout seul, et je désire entrer dans votre Grotte. »), citation représentative, je cite, « de la quintessence du chat, dans sa réalité et sa mythologie ». S’ensuivent ensuite quatre chapitres classés selon la nature même du chat : à poils courts, à poils mi-longs, Siamois et Orientaux, Persans et Exotics (non, il n’y a pas de faute d’orthographe sur ce dernier mot, il s’agit bien d’une race de félins). Enfin, la dernière partie, intitulée Derniers regards, s’ouvre sur une citation de Baudelaire tirée de son fameux poème, Les Chats (comment faire autrement ? ) :

« Et des parcelles d’or, ainsi qu’un sable fin,
Étoilent vaguement leurs prunelles mystiques. »

Elle s’intéresse, comme son nom l’indique, à l’oeil du matou :

« Ce minet domestique que l’on vient de gronder parce qu’il a encore fait ses griffes sur le canapé du salon adopte, fort convenablement, une attitude coupable. Mais dans ses yeux, pas l’ombre d’un remords. Abandonné sous les caresses, point de regards enamourés : c’est son corps tout entier qui exprime le plaisir mais l’oeil, mi-clos sans doute, demeure égal; une patte se tend, s’étire, les doigts griffus s’écartent de bonheur: dilatation du chat qui s’exprime par le geste, rendant à l’émotion son sens premier de mouvement vers l’extérieur. Qu’il guette ou qu’il tue, qu’il se chauffe au soleil ou surveille l’ouverture du réfrigérateur magique à l’heure du dîner, qu’il lorgne votre assiette méditant un larcin ou qu’il s’adonne à sa toilette, le chat pose sur le monde alentour un regard objectif qui se contente de voir. »

Entre les beaux textes de Danièle Laruelle et les non moins belles photos de Yann Arthus-Bertrand (que l’on ne présente plus), on passe un très bon moment à contempler pas moins d’une quarantaine de races de chats.

Amateur de félins, ce livre est fait pour vous !

7 réflexions sur “Les chats – Yann Arthus-Bertrand

  1. Même en ayant vécu à la dure, sans contact humain (ou si peu), le chat, une fois dans une maison, adopte une allure royale, marchant comme si toute la baraque lui appartenait. Minou garde tout de même un peu de modestie, sauf quand il fusille mon mari de son regard pour qu’il quitte le divan 😆

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.