Les défis du 20

Passiflore nous propose aujourd’hui d’évoquer deux poètes. Après une petite hésitation, je choisis ces deux-là :

Baudelaire, un monument poétique à lui tout seul ! Bon, pas rigolo le bonhomme, mais quelle plume ! Et si je ne devais citer qu’un poème, ce serait « Une Charogne ». Je trouve fascinant le fait que le personnage se balade avec sa bien-aimée, croise le cadavre de la bestiole, et dise à sa dame qu’elle finira ainsi !

« – Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
A cette horrible infection,
Etoile de mes yeux, soleil de ma nature,
Vous, mon ange et ma passion ! »

Avouez quand même qu’il fallait oser !

Avez-vous reconnu le deuxième ? Il s’agit de Francis Ponge. Lisez « Le Pain » et je suis sûre que vous ne verrez plus votre tartine de la même façon :

« La surface du pain est merveilleuse d’abord à cause de cette impression quasi panoramique qu’elle donne : comme si l’on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes.
     Ainsi donc une masse amorphe en train d’éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant elle s’est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses… Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la lumière avec application couche ses feux, – sans un regard pour la mollesse ignoble sous-jacente.
     Ce lâche et froid sous-sol que l’on nomme la mie a son tissu pareil à celui des éponges : feuilles ou fleurs y sont comme des sœurs siamoises soudées par tous les coudes à la fois. Lorsque le pain rassit ces fleurs fanent et se rétrécissent : elles se détachent alors les unes des autres, et la masse en devient friable…
     Mais brisons-la : car le pain doit être dans notre bouche moins objet de respect que de consommation. »

Ces deux poètes ont un point commun : ils transforment des choses viles, quotidiennes, en de purs moments de poésie.

25 réflexions sur “Les défis du 20

  1. Coucou !
    Ah oui, effectivement, fallait osé pour Baudelaire. Est-ce que sa dame a apprécié ces mots ? 🤷‍♀️ Quand à Francis Ponge, je ne connais pas. Mais oui, je vais bien regarder ma tartine ce matin…. 😂
    Mon billet n’est pas paru !! les aléas de l’informatique…. grrr….
    Bon Dimanche 😘

    Aimé par 1 personne

  2. Hello Lydia
    Quand j’étais jeune je ne jurais que par Baudelaire ! Enfin, « jurer » c’était un gros mot, hein 😆
    Un monument, tout à fait.
    Et tout ce qu’il a écrit est suant de poésie, même dans les vers cyniques que tu cites 😉
    Quant à Francis Ponge, un illustre inconnu pour moi, je m’en fiche, moi, les tartines sont bien meilleures qu’un gâteau quel qu’il soit, et rien ne me détournera du pain 😆 😥 frais ou rassis !
    J’étais assez curieuse de découvrir ta sélection, Madame la Prof 😉
    Grrros bisous à vous deux

    Aimé par 1 personne

  3. Je suis totalement ignare en matière de poésie, mais je connais quand même ces deux là. De Baudelaire j’ai « Les fleurs du mal » et « Le spleen de Paris » dans ma PAL qu’il faudrait que je me décide à lire. Et de Francis Ponge, j’avais essayé de lire « Le parti pris des choses » il y a quelques années, et ça ne m’avait guère passionnée. Mais c’est de la prose je crois et moi, j’aime les rimes !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.