De l’autre côté de la mer, c’est loin – Leïla Sebbar

J’aime beaucoup l’écriture de Leïla Sebbar. Je la trouve fluide, pudique et riche en émotions. Pendant des années j’en ai fait étudier, lorsque les programmes me le permettaient, des extraits à mes élèves. Ce recueil de nouvelles ne fait que renforcer mon sentiment sur le talent de cette dame de Lettres. Il nous permet d’en savoir toujours plus sur ce pays dont elle trace les contours, dont elle ancre les paysages, les coutumes et les moeurs au fil de ses écrits.

Ici, comme souvent, elle laisse la parole aux femmes. Elle fait un panorama de chaque caractère, retraçant ainsi la réalité : il n’y en a pas un de semblable. Et pour adhérer au mieux à cela, différentes voix se font entendre. Nous découvrons ainsi, à travers les personnages féminins, tous ceux qui ont fait l’Algérie. Mais ce n’est pas tout, puisque nous suivons également une Algérie complexe, dont l’Histoire est constituée d’épisodes douloureux : colonialisme, guerres… Un thème est souvent présent, en lien avec ces moments sombres : le sort réservé aux femmes. Sans victimisation aucune, Leïla Sebbar met en évidence, très souvent, dans ses nouvelles, le viol. Mémoire de l’arbre m’a particulièrement marquée. De ce texte, commençant de façon très poétique, il ressort une noirceur inimaginable. La chute laissera l’imagination du lecteur oeuvrer pour en comprendre la finalité. J’ai également aimé La Maison bleue, rappelant, la chanson de Maxime Le Forestier : « C’est une maison entre eucalyptus et cyprès, au pied de la colline » (P73). Là encore, il ne faut pas s’attendre à du bucolique ! Les textes de Leïla Sebbar dénoncent, pointent du doigt et donnent à réfléchir. Ils sont puissants. Ce petit recueil est un véritable coup de pied dans la fourmilière. C’est un coup de coeur pour moi.

Un grand merci aux Éditions Chèvre-feuille étoilée qui mettent en avant des textes de qualité.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Ce recueil entre dans le challenge Les textes courts (91 pages)

14 réflexions sur “De l’autre côté de la mer, c’est loin – Leïla Sebbar

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.