L’enfant de l’enfer – Cathy Glass

Lorsque la petite Aimée, 8 ans, arrive dans le foyer de Cathy, elle est dans un état catastrophique : sale, avec des poux, empestant toute la maison. Ce n’est pas ce qui arrête cette mère d’accueil ! Elle en a vu d’autres ! Non, ce qui l’attriste profondément, c’est plutôt la vie de cette pauvre gamine, dont la mère, droguée, a fait n’importe quoi. Au fur et à mesure que les jours passent, l’enfant délivre des épisodes épouvantables qu’une petite fille de cet âge n’aurait jamais dû subir…

Je vais me répéter mais je tire mon chapeau à ces familles d’accueil qui reçoivent des gamins dont les histoires sont bouleversantes. Dans ce témoignage, on voit également la lenteur, par manque de personnel, de l’administration. Le ballet incessant des assistantes sociales fait que ce dossier n’a pas été traité comme il aurait dû. Et même si cela se passe en Angleterre, on peut imaginer que c’est un peu partout pareil.

Il s’agit là, certes, d’un roman dur à lire, comme les livres de Torey Hayden mais Cathy Glass, forte de son expérience, arrive toujours à insuffler de l’espoir dans ses témoignages.