Comment disparut Marc O’Brien – Jack London

Traduction : Paul Gruyer et Louis Postif 

Voici le troisième texte qui vient mettre fin à la trilogie initiale : La Peste écarlate, Construire un feu et Comment disparut Marc O’Brien. Dans cette nouvelle de 41 pages, Jack London nous montre les dégâts de l’alcool. En effet, Marc, le personnage principal, est un chercheur d’or. Dans le camp, il est nommé juge. La sentence est toujours la même : on met le condamné dans un bateau avec quelques vivres et vogue la galère… Un soir de beuverie, ses compagnons décident de lui faire une farce. Ils le mettent ivre-mort sur un bateau, se disant qu’il allait devoir revenir à pied et serait furieux…

Ce qui est plaisant avec cet auteur, c’est qu’il s’inspire souvent de ce qu’il a connu lui-même. Ainsi, dans Construire un feu, il s’était basé sur son expérience au Klondike. C’est pareil ici avec un autre facteur, celui de l’alcool. Marc O’Brien se souviendra de son excès ! Mais reviendra-t-il au camp ? Je vous laisse lire cette nouvelle pour le savoir !

Cette nouvelle entre dans le challenge Les textes courts (41 pages).

Publicité

Chemins bleus – Gaspard Saga

Leticia se sent mal dans sa vie de jeune bourgeoise. Elle décide de prendre les choses en main. Fini le travail dans une grande entreprise, Cosmetic One, et bonjour la remise en question. Ne serait-il pas mieux de faire quelque chose qui serait plus en adéquation avec ses idées, ses valeurs ? En fouillant dans une boîte contenant quelques objets de son enfance, elle découvre une carte du Pays basque. Elle sera un tournant dans sa vie…

Ne passons pas par quatre chemins, j’ai aimé ce roman. L’écriture est fluide, agréable à lire. La plume est alerte, parfois incisive ce qui n’a pas été pour me déplaire. L’histoire est bien amenée. Cette quête initiatique est plutôt originale. Que demander de plus ?

Un grand merci à l’auteur pour sa confiance.

L’heure trouble – Johan Theorin

Traduction : Rémi Cassaigne

Sur l’île d’Öland, le brouillard peut parfois descendre très vite. Le petit Jens en a fait les frais, disparaissant ainsi à « l’heure trouble ». Que s’est-il passé ce jour là ? Jens s’est-il noyé comme l’a conclu l’enquête ? Vingt ans plus tard, une de ses sandales est envoyée à son grand-père…

Mais pourquoi ai-je attendu si longtemps avant de lire ce thriller qui a pris pendant des années la poussière sur mes étagères ? Quelle lecture ! Je ne pouvais pas m’en détacher, voulant absolument savoir ce qu’il était arrivé à cet enfant. On peut dire que Johan Theorin sait décrire à la perfection les atmosphères. Je m’y serais crue ! Et, bien évidemment, je n’ai pas vu venir la fin. Cette claque ! J’avais tout imaginé sauf ça.

Inutile de préciser que je vais lire les autres romans de cet auteur !

Ce thriller entre dans le challenge de Sharon, Thrillers et Polars.

Un dimanche en cuisine…

Aujourd’hui, je vous propose une quiche sans pâte aux courgettes. Oui, j’entends d’ici les puristes me dire que ce n’est pas une quiche, d’autant plus avec des courgettes et, horreur, du fromage… Mais j’ai fait celle-ci avec le même appareil et… je fais ce que je veux dans ma cuisine !

Les ingrédients : 

3 oeufs, 25cl de lait, 25cl de crème fraîche, 2 petites courgettes, des lardons de bacon (oui, c’est nouveau, pas gras et très bon), du fromage râpé, 1 marmite de bouillon, des herbes de Provence, de l’ail semoule, 1 pincée de sel.

La recette : 

Dans un saladier, mettez les courgettes coupées en fines tranches et les lardons de bacon. Mettez de l’eau à hauteur, le bouillon, l’ail semoule (ail en poudre), les herbes (j’ai ajouté de la ciboulette). Laissez cuire au micro-ondes une vingtaine de minutes si vous les aimez un peu croquantes et 10 mn de plus si vous les préférez, comme moi, fondantes. Si vous n’en avez pas, cuisez-les dans un faitout ou une casserole. Les courgettes vont prendre tout le goût du bouillon et des herbes, c’est un délice. Egouttez-les une fois cuites et laissez-les refroidir.

Dans un saladier, battez 3 oeufs (pas trop fort, hein ! 😄) avec le lait et la crème. Ajoutez le fromage râpé (aucune idée du grammage, j’ai coupé un bout d’emmental que j’ai râpé). Mettez les courgettes dans un plat allant au four. Versez la préparation dessus. Laissez cuire à 180° pendant 30 à 40 mn. Bon appétit ! 

Allez voir chez Isabelle ce que nous aura mitonné la brigade…

Te tenir la main pendant que tout brûle – Johana Gustawsson

L’inspectrice Maxine Grant est envoyée sur une enquête sordide : son ancienne institutrice du village de Lac-Clarence au Québec aurait assassiné son mari de 31 coups de couteau. Mais comment une petite bonne femme comme elle aurait-elle pu tuer ainsi un homme aussi imposant ? Un homme qu’elle aimait par-dessus tout ?

À travers cette enquête, on suit également le destin de Lucienne, dont les 2 filles sont décédées dans l’incendie de sa maison en 1899 et de Lina, en 1949, dont la mère, Lisette, travaillait dans une maison de repos.

J’ai lu ce roman d’une traite et il m’a fichu une sacrée claque ! Quand on croit avoir compris toute l’histoire, vers la fin du roman, un rebondissement a lieu. Et paf, tout est à l’eau ! Quel texte mes aïeux, quel texte ! J’en ai eu des frissons ! Je ne connaissais pas cette romancière qui, comme le nom ne l’indique pas (elle est mariée à un suédois), est française. Je vais lire sa trilogie mettant en scène un duo : Emily Roy et Alexis Castells.

Merci à Belette, du blog The Cannibal Lecteur pour cette découverte !

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Ce roman entre dans le challenge de Sharon, Thrillers et Polars