Construire un feu – Jack London

Traduction par Louis Postif et Paul Gruyer 

Lorsqu’elle est parue en France, en 1924, cette nouvelle était associée à deux autres textes : La peste écarlate, que je vous ai présenté, et Comment disparut Marc O’Brien que je n’ai pas encore lu.

Construire un feu nous montre un homme marchant dans le grand froid avec son chien. Avec une écriture poétique et vive, Jack London arrive à nous retranscrire l’atmosphère. Cet homme est parti seul et il commence à regretter le conseil d’un ancien : « Au-delà de cinquante degrés sous zéro, on ne doit point voyager seul. »

Arrivera-t-il à se sauver ?

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Cette nouvelle entre dans le challenge Les textes courts (50 pages).

Publicité