Brindille – Yves Montmartin

Brindille, petite fille au doux nom de Marie,

Roman poétique riche, prenant et si bien écrit,

Idée magique de l’auteur qui, en l’écrivant,

Naturellement a su faire ressurgir notre âme d’enfant,

Damant le pion aux autres lectures.

Intuitivement, en voyant la couverture, j’ai su.

Languissant de découvrir le texte, je l’ai bu.

Lecture délicate et sans aucun prétexte, ô combien poétique,

Et subtile. Merci Monsieur Montmartin, artisan-écrivain.

Publicité

Fille – Camille Laurens

Je ne connaissais pas Camille Laurens mais je peux vous assurer qu’après la lecture de ce livre, je vais regarder de plus près ses autres romans ! Quelle claque !

Elle nous raconte ici, avec quelques touches autobiographiques, la venue de la deuxième fille de la famille Barraqué, dans les années 60. Le père est dépité… encore une fille ! Mais comment va-t-on l’appeler ? L’aînée a déjà un prénom épicène, Claude. Tant pis, ce sera Laurence. Quand on pense que l’un des amis vient d’être papa d’un petit garçon… quelle honte !

Vous l’aurez compris, ce livre va nous faire voir de l’intérieur comment une fille pouvait être considérée dans certaines familles. Celui-ci me touche d’autant plus que cela me rappelle des choses entendues et vécues dans mon enfance. Non, ce n’était pas l’apanage des années 60 seulement !

Germains et Romains au IIIe siècle – Yann Le Bohec

Décidément, Lemme Edit me gâte ! Je les remercie pour les services de presse qu’ils m’envoient. Le sous-titre de ce livre est : Le Harzhorn, « une bataille oubliée ». Pour être oubliée, elle a été oubliée ! Je n’en avais jamais entendu parler ! Et pour cause… Comme l’indique l’auteur, elle ne figure dans aucun manuel. Il a fallu attendre qu’un « fouilleur amateur » découvre des fragments d’objets pour que des recherches soient menées et que l’on puisse retracer cette bataille.

J’ai appris énormément de choses en lisant ce petit livre. J’ai vivement apprécié l’écriture de l’auteur qui, à sa manière, nous raconte l’Histoire de façon captivante. J’imaginais aisément les Romains découvrant les Germaniques… Yann Le Bohec n’hésite pas, par petites touches, à nous donner son avis.

Je recommande ce livre aux amateurs de l’Antiquité ou aux curieux qui veulent découvrir un pan méconnu du patrimoine romain.

Sauter dans les flaques – Laurent Buchheit

L’auteur n’était pas orphelin mais il a été retiré à sa famille par les services sociaux. Il a fait la douloureuse expérience de l’alternance entre l’orphelinat et plusieurs familles d’accueil. La première famille était très bien, Laurent commençait à se reconstruire lorsque du jour au lendemain, il dut partir dans une autre. Heureusement pour lui, elle était tout aussi aimante que la première.

Il est toujours poignant de lire ce genre d’histoire, d’autant plus lorsque c’est celui qui l’a vécue qui la raconte. Je lis souvent les témoignages des familles d’accueil, plus rarement celui des enfants placés. Le livre est court (126 pages) mais je pense que l’auteur l’a voulu ainsi afin d’être mimétique de ce qu’il a vécu : pas le temps de souffler, on passe à autre chose. On perçoit bien les sentiments de cet enfant de 7 ans qui n’a pas son mot à dire alors qu’il comprend très bien les choses. Lorsqu’on vit de tels évènements, on grandit plus vite. Tout ceci se déroule dans les années 70.

La plume est fluide, alerte. J’ai apprécié le fait qu’il n’y ait pas de victimisation, de pathos. Laurent raconte les faits tels qu’ils se sont passés. Je ne regrette qu’une chose : le livre est court (126 pages) et j’aurais aimé que la fin soit un peu plus développée. Mais peut-être est-ce la pudeur qui l’a en empêché…

Les irréductibles mots gaulois – J. Lacroix

On a tendance à dire que les termes français proviennent du latin ou du grec mais on oublie l’apport d’autres langues, notamment le gaulois. Pourtant, nous en utilisons fréquemment certains mots tels que la lande, la roche ou le caillou. J’ai trouvé ce livre très instructif et très agréable à lire dans la mesure où l’auteur a fait un classement par thèmes. On peut donc le lire à sa convenance, par le chapitre qui nous intéresse, l’arrêter là où ça nous chante sans se demander ce qui avait été dit avant… Bref, c’est enrichissant.

Un grand merci aux Éditions LEMME Edit pour ce service de presse.