Les Rêveuses – Frédéric Verger

G00912

Quatrième de couverture :

Mai 1940. Les armées de Hitler écrasent la France. Peter Siderman, un jeune Allemand de dix-sept ans engagé dans l’armée française, prend l’identité d’un mort pour échapper aux représailles. Prisonnier, il croit avoir évité le danger quand on lui annonce qu’on va le libérer et le reconduire dans sa famille. Comment sera-t-il accueilli chez ces gens qui ne le connaissent pas ?

Mon avis :

Le thème m’a de suite fait penser à une pièce de Jean Anouilh, Le Voyageur sans bagage, dans laquelle le personnage phare, Gaston, devenu amnésique à la fin de la première guerre mondiale, est réclamé par la famille Renaud. Ici, Peter n’est bien évidemment pas touché par des pertes de mémoire. Cependant, il se retrouve dans une famille qu’il ne connaît pas mais qui ne dit rien. Pourtant, bien qu’aveugle, la mère de celui-ci découvre, dès la première rencontre, qu’il ne s’agit pas de son fils. Les cousines garderont également le secret. Pourquoi ? Cet homme est un imposteur qui a pris l’identité de leur Alexandre et personne ne le dénonce aux autorités ? Je n’en dis pas plus…

J’ai apprécié ce roman qui non seulement est bien écrit mais qui nous tient en éveil de bout en bout. Oui, en éveil. Car on se prend presque de compassion pour Peter et, comme lui, on craint la délation. Frédéric Verger a su rendre l’atmosphère angoissante qui devait régner en ce temps-là et a fait en sorte que son histoire soit crédible. Vie de fugitifs, émotions exacerbées, tout y est !

Je vous recommande ce livre et je vais suivre cet auteur car son style m’a vraiment plu. J’ai vu qu’il avait écrit un autre roman, intitulé Arden, que je vais me procurer.

Je remercie Babelio ainsi que les éditions Gallimard qui m’ont permis de découvrir ce roman et son auteur.

Extrait :

Les papillons frissonnèrent, la vieille se redressa. Assise sur le lit, sa chevelure grise balançant, elle ouvrit les yeux. Ils fixaient dans le vide quelqu’un qu’elle était la seule à voir. Sa voix grinça, roulant les « r ».
« Jeune homme, puisque je montre que je ne suis pas morte, dites-nous qui vous êtes. » (P55)

tous les livres sur Babelio.com

Sanglier – Dominique Rameau

1886101_medium.jpg

Quatrième de couverture :

Sybille débarque fortuitement à la campagne, dans une maison qu’on lui prête une semaine. Elle est d’abord perdue, très seule ; mais les rares habitants qu’elle rencontre sont chaleureux. Et surtout dehors, toutes ces choses qu’elle ne connaît que de nom, grillons, oiseaux, herbes, l’intéressent.
Syb tâche d’en savoir plus. Dynamique et intrépide, elle multiplie les sorties, les explorations, les expériences ; le jour, la nuit ; sur les rochers, dans l’eau glacée, au fond d’un pré. Elle prend des risques. Pour rejoindre les vaches, les lézards, les sons bizarres, la lune, elle invente, varie les approches, dessine, rêve.
C’est très physique : elle se cogne, s’essouffle, se blesse aux ronces et aux barbelés. Mais elle n’a pas froid aux yeux. Sa solitude semble ici normale : renard, âne, vieille dame farouche et rieuse, adolescente étrange et attirante.
Chaque jour de cette petite semaine l’éloigne davantage de ce qu’elle maîtrise, l’ouvrant à l’inconnu du monde ; elle s’y livre sans retenue. Un roman bref, à une seule aventure et cent cinquante deux herbes, bêtes et gens.

Mon avis :

Sybille, citadine jusqu’au bout des ongles, se demande bien pourquoi elle a accepté la proposition de sa patronne : lui prêter sa résidence secondaire pour les vacances.  Elle déchante vite en atterrissant dans la campagne profonde, loin de tout confort, dans cette bicoque sentant le renfermé. Pourtant, sortir de son environnement a du bon. La jeune femme va regarder autour d’elle, se rendre compte qu’il y a de la vie qui l’entoure, à commencer par les animaux et les plantes.

J’aime généralement les romans qui bougent, qui déménagent, qui nous mettent des uppercuts et nous soulèvent de notre fauteuil. Pourtant, j’ai été embarquée dès le début du roman par cette histoire, véritable ode à Dame Nature. Sybille semble renaître dans ce paysage apaisé, dans ce Morvan qu’elle découvre tel un enfant faisant ses premiers pas ou ouvrant ses yeux pour la première fois. Elle va avoir une soif d’apprendre au point de ne plus vouloir faire qu’un avec cette nature, la ressentir au plus profond d’elle-même.

J’ai apprécié cette prose poétique, cet engouement pour nous apprendre la faune et la flore, pour nous faire comprendre également que l’on ne regarde pas assez autour de nous. On referme le livre et l’on n’a qu’une envie : partir à l’aventure, sans rien d’autre que ses yeux (bon, je pense que moi, je partirais aussi avec mon appareil photo, un stylo et un carnet) et ses sens à la redécouverte de ce qui nous entoure.

Un grand merci à Zazy qui m’a fait découvrir cet excellent roman !

Extrait :

Sybille regarde devant, c’est comme un panorama. Le ciel est parsemé de nuages blancs, avec un dessous plat plus sombre, comme s’ils s’étaient posés tous sur une même mer de vide. Sous le ciel, c’est arrangé avec des lignes, des courbes et des masses colorées, comme un tableau – elle se demande d’où lui vient pareille idée.

Origines – Kirsteen Duval

origines

Quatrième de couverture : 

Andrew et Kate viennent de se marier. Ils sont jeunes, riches, l’avenir leur sourit.

Pour leur lune de miel ils décident de se rendre en Amazonie, d’où Andrew est originaire.

Ce qui devait être un voyage d’agrément, un retour aux sources pour Andrew, va se transformer en une expérience bouleversante dont ils ressortiront métamorphosés …

Inspiré d’une légende brésilienne, celle du boto, le dauphin rose d’Amazonie, Origines vous emmènera au cœur de la jungle brésilienne et vous fera découvrir les odeurs et saveurs de ce merveilleux pays qu’est le Brésil, ainsi que les menaces qui pèsent sur le poumon de notre planète.


Mon avis : 

J’ai vraiment apprécié ce roman qui nous embarque de bout en bout dans l’histoire. Le thème est original, l’écriture est belle, la plume alerte. Et grâce aux protagonistes mais aussi à Kirsteen Duval qui s’est bien documentée (et cela se sent), j’ai également pu voyager et découvrir une région et des populations. Le message passé est important et nous concerne tous.

Pour un premier roman, c’est vraiment une réussite ! Kirsteen Duval sait ménager le suspense et sait également atteindre la corde sensible. Comment ne pas vibrer avec Andrew et Kate ? Comment ne pas être sensibles à la magie de l’Amazonie ? Alors n’hésitez pas et découvrez ce livre !



Extrait : 

— Nous sous-estimons toujours les dangers qui nous guettent en pleine jungle, déclara Henry. Les bungalows ont beau être équipés du WI-FI, la jungle nous entoure et le danger est bel et bien réel. Les animaux restent sauvages et c’est sans compter sur cette atmosphère mystérieuse qui a tendance à nous déboussoler.

La Maison Bataille – Olivier Szulzynger

La maison bataille

Quatrième de couverture :

«Les enfants des paysans envahissent les villes, qui doivent faire face à la plus formidable vague d’immigration de leur ­histoire ? des dizaines de fois plus importante que celle des ­réfugiés, dont l’arrivée occupe aujourd’hui les gros titres des ­journaux. Ces exilés ont laissé derrière eux des ­millions de maisons vides, dont certaines deviennent des maisons ­secondaires, afin de permettre aux nouveaux citadins de croire qu’ils ont toujours un lien avec la terre, avec l’existence d’autre­fois ; lien purement imaginaire, Frédéric en a la conviction. Cependant, c’est vers l’une d’elles qu’il a choisi de rouler…»
Frédéric Bataille, jeune compositeur, vient s’établir dans la maison familiale de Camporeils, dans les Pyrénées catalanes. L’occasion de se plonger dans l’histoire de sa famille. L’amertume de Louis, les regrets de Jeanne, la jalousie maladive de Marie, ne sont-ils pas autant de symptômes de la « malédiction des Bataille » que le grand-père croyait avoir rompue en permettant aux siens d’échapper à la condition de paysans ? Dans ce premier roman, Olivier Szulzynger s’interroge : peut-on se soustraire aux malentendus et névroses qui structurent une histoire familiale et la constituent en ­destin ?

Mon avis :

Ce livre est une petite madeleine de Proust pour moi. J’ai vécu 30 ans dans la région décrite, d’où le fait que je tenais absolument à le lire. Je remercie d’ailleurs Babelio et son opération Masse Critique, ainsi que les Éditions de l’Aube pour cette découverte. Ajoutons également à ceci que j’apprécie particulièrement les romans de terroir et vous avez la recette d’un livre qui ne pouvait que me plaire.

La saga des maisons familiales est souvent âpre : soit chacun veut sa part sans rien faire, soit il y a la vente et, avec cette dernière, l’envol de tous les souvenirs d’enfance. On revit, grâce à ce roman, l’histoire fictive de cette maison associée à l’Histoire (avec un grand H cette fois). Et cela fait écho en moi car c’est l’histoire de la maison familiale paternelle (mais j’étais trop jeune, lorsqu’elle a été vendue, pour m’en souvenir vraiment) et, plus récemment, celle de ma belle-famille… Une petite maison dans les Cévennes, l’Histoire sans cesse apprise dans les cartes postales et les photos des ancêtres (notamment la Première Guerre Mondiale)… et sa vente soudaine, brutale, par l’héritière qui ne l’avait jamais aimée et qui préférait s’en débarrasser… Bien entendu, il y a des histoires bien plus heureuses mais ce n’est pas le cas dans ce livre.

J’ai aimé ce roman pour toutes ces raisons. L’auteur, Olivier Szulzynger, met en relief avec précision les liens familiaux, les déchirures, les non-dits et les névroses qui peuvent amener au pire.

Extrait :

La maison est ramassée sur elle-même. La façade est en pierres sèches. Il n’y a pas d’ouverture au rez-de-chaussée, et seulement une rangée de quatre fenêtres au premier et au deuxième étage. Les fenêtres, étroites comme des meurtrières, sont fermées par des volets verts en bois. La peinture s’écaille. Le noir rouille des ardoises contraste avec le gris jaunâtre du mur. Pierres contre pierres. Minéral.
Cette maison est semblable à toutes celles du village. Banale. Pourquoi a-t-elle suscité autant de passion ? C’est le nid des Bataille. Ils y habitent depuis des siècles. D’innombrables générations de paysans s’y sont succédé. Mais Frédéric ne ressent aucun frisson en glissant la clé dans la serrure de la porte en bois.
Cliquetis de ferraille rouillée. (P47)

tous les livres sur Babelio.com

Canicule – Jane Harper

CaniculeJaneHarper

Quatrième de couverture :

Kiewarra. Petite communauté rurale du sud-est de l’Australie. Écrasée par le soleil, terrassée par une sécheresse sans précédent. Sa poussière. Son bétail émacié. Ses fermiers désespérés.

Désespérés au point de tuer femme et enfant, et de retourner l’arme contre soi-même ? C’est ce qui est arrivé à Luke Hadler, et Aaron Falk, son ami d’enfance, n’a aucune raison d’en douter. S’il n’y avait pas ces quelques mots arrivés par la poste :

Luke a menti. Tu as menti. Sois présent aux funérailles…

Revenir à Kiewarra est la dernière chose dont Aaron a envie. Trop vives sont encore les blessures de son départ précipité des années auparavant. Trop dangereux le secret qu’il a gardé pendant tout ce temps. Mais Aaron a une dette, et quelqu’un a décidé que le moment est venu de la payer…

 

Mon avis :

J’avais vu passer ce livre sur le blog de Belette, The Cannibal Lecteur. Et je dois bien avouer que j’ai passé quelques bonnes heures de lecture ! Ce roman m’a fait cet effet :

Résultat de recherche d'images pour

C’est vous dire ! Alors, de quoi ça parle (pour ceux qui n’aiment pas lire les quatrièmes de couverture) ? Le Sud-Est de l’Australie fait face à la canicule depuis deux ans. Pas le moment de demander si quelqu’un a du feu ou de faire un barbecue ! Pas le moment non plus de titiller les gens qui ont les nerfs à fleur de peau ! Au point de dézinguer toute sa famille ? Il semblerait en tous les cas ! Car dans la famille Hadler, on réclame la carabine ! Luke aurait ainsi tué sa femme, Karen, et son fils, Bill avant de se tirer une balle en pleine poire. Pourquoi a-t-il laissé Charlotte, le bébé, en vie ? Mystère ! C’est son ami d’enfance, Aaron Falk qui va enquêter. Cependant, celui-ci n’est vraiment pas le bienvenu. En effet, il y a des années en arrière, une jeune fille, Ellie, avait été retrouvée noyée. Celle-ci, côtoyait les deux garçons et tout accusait Falk. Querelle d’amoureux ayant mal tournée ? N’avait-il pas supporté qu’elle choisisse Luke ? Pourtant, ce dernier avait toujours dit qu’ils étaient, Aaron et lui, à la chasse aux lapins. En voyant le carnage de sa famille, Luke n’aurait-il pas été capable de ce meurtre en sachant qu’elle tournait autour de son copain ? Deux enquêtes étroitement imbriquées dans ce trou paumé où chacun fait sa loi…

Ce roman est aussi aride que des champs de maïs brûlés par le soleil ! On se met tour à tour dans la peau des personnages, on pousse la porte du bar pour éviter la déshydratation, on essaie de comprendre ce qu’il s’est passé… et on se prend un bel uppercut au final ! Eh bien moi, je dis BRAVO !

 

Extrait :

La lumière accueillait peut-être Luke Hadler quand il rentrait chez lui le soir, mais quelque chose d’autre inhérent à cette communauté malheureuse, désespérée, s’était immiscé à travers cette porte d’entrée dans sa maison. Et ce quelque chose avait été suffisamment puissant, malveillant et funeste pour éteindre cette lumière à jamais.

Le Cœur cousu – Carole Martinez

coeur-cousu

Quatrième de couverture :

Dans un village du sud de l’Espagne, une lignée de femmes se transmet depuis la nuit des temps une boîte mystérieuse… Frasquita y découvre des fils et des aiguilles et s’initie à la couture. Elle sublime les chiffons, coud les êtres ensemble, reprise les hommes effilochés. Mais ce talent lui donne vite une réputation de magicienne, ou de sorcière. Jouée et perdue par son mari lors d’un combat de coqs, elle est condamnée à l’errance à travers une Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang. Elle traîne avec elle sa caravane d’enfants, eux aussi pourvus – ou accablés – de dons surnaturels. Carole Martinez construit son roman en forme de conte : les scènes, cruelles ou cocasses, témoignent du bonheur d’imaginer. Le merveilleux ici n’est jamais forcé : il s’inscrit naturellement dans le cycle de la vie.

 

Mon avis :

Comme je ne fais jamais rien comme tout le monde, je viens à peine de lire ce roman alors qu’il s’agit du tout premier livre de cette romancière que j’aime beaucoup. Mais Moyen Âge oblige, j’avais commencé par Du Domaine des Murmures suivi de La Terre qui penche.

Ce roman ne déroge pas à la règle : je l’ai adoré ! Pourtant, je ne suis pas trop attirée par le fantastique, sauf lorsque c’est bien écrit ce qui est le cas ici. Je suis encore moins attirée par la couture… comme quoi, ce livre n’était pas fait, de prime abord, pour me plaire. Cependant, le récit de Soledad est magique et poignant. Elle nous décrit sa mère, Frasquita, et son don. La boîte à couture est un vecteur magique, sa puissance et sa force… l’instrument de sa perte également. Ses cinq filles et son garçon auront eux aussi des dons. Nous sommes dans une sorte de conte élaboré dans lequel la famille Carasco est le point de mire. Ces gens différents ne peuvent pas plaire, surtout dans un petit village. N’est-ce pas ce regard, d’ailleurs, qu’a voulu mettre en avant Carole Martinez ?

Le texte est vraiment différent des deux autres. Mais l’écriture est toujours aussi fine et ciselée. Lire un roman de Carole Martinez, c’est s’installer dans son canapé et profiter de grands moments. On en ressort conquis !

 

Extrait :

Il y avait tant de bobines, tant de couleurs dans cette boite qu’il lui semblait impossible qu’il existât assez de mots pour les qualifier. De nombreuses teintes lui étaient totalement inconnues comme ce fil si brillant qu’il lui paraissait fait de lumière. Elle s’étonnait de voir le bleu devenir vert sans qu’elle y prenne garde, l’orange tourner au rouge, le rose au violet. Bleu, certes, mais quel bleu ? Le bleu du ciel d’été à midi, le bleu sourd de ce même ciel quelques heures plus tard, le bleu sombre de la nuit avant qu’elle ne soit noire, le bleu passé, si doux, de la robe de la Madone, et tous ces bleus inconnus, étrangers au monde, métissés, plus ou moins mêlés de vert ou de rouge. Qu’attendait-on d’elle ? Que devait-elle faire de cette nouvelle palette qu’une voix mystérieuse lui avait offerte dans la nuit ? Bombarder de couleurs le village étouffé par l’hiver. Broder à même la terre gelée des fleurs multicolores. Inonder le ciel vide d’oiseaux bigarrés. Barioler les maisons, rosir les joues olivâtres de la mère et ses lèvres tannées. Elle n’aurait jamais assez de fil, assez de vie, pour mener à bien un tel projet. Elle se rabattit donc sur l’intérieur de la maison.

Le Bateau ivre – Arthur Rimbaud

Résultat de recherche d'images pour

Lorsqu’on pense à Rimbaud, on pense à cet adolescent suggéré dans On n’est pas sérieux quand on a 17 ans ou au poète sérieux du Dormeur du val.  La poésie n’est pas vraiment le genre que je préfère mais je dois bien avouer que celle de Rimbaud me touche particulièrement par sa diversité, sa finesse, sa violence parfois. Je retrouve ces trois caractéristiques dans ce long poème, Le Bateau ivre, qui est d’une pure beauté. Son originalité, dans un premier temps, réside dans cette image du bateau, représentation métaphorique du poète. On sent toute la rébellion du jeune Rimbaud qui n’en fait qu’à sa tête jusqu’à faire naufrage… naufrage bienfaisant d’ailleurs car il va découvrir ainsi d’autres contrées poétiques, se perdre dans les mots pour mieux rebondir.

Extrait : 

Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-rouges criards les avaient pris pour cibles,
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

J’étais insoucieux de tous les équipages,
Porteur de blés flamands ou de cotons anglais.
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,
Les Fleuves m’ont laissé descendre où je voulais.

Dans les clapotements furieux des marées,
Moi, l’autre hiver, plus sourd que les cerveaux d’enfants,
Je courus ! Et les Péninsules démarrées
N’ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.

La tempête a béni mes éveils maritimes.
Plus léger qu’un bouchon j’ai dansé sur les flots
Qu’on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l’œil niais des falots !

Plus douce qu’aux enfants la chair des pommes sures,
L’eau verte pénétra ma coque de sapin
Et des taches de vins bleus et des vomissures
Me lava, dispersant gouvernail et grappin.