Une rue de Paris et son habitant – H. de Balzac

Je découvre tout juste cette nouvelle de Balzac. 35 pages dans lesquelles on découvre le Paris du XIXe siècle, avec « des rues courbes, des rues qui serpentent. » Mais qui est ce fameux habitant indiqué dans le titre ? Il s’agit d’un savant, un certain Marmus, ou plutôt, pour être plus exacte, du « célèbre professeur Jean-Népomucène-Apollodore Marmus de Saint-Leu, l’un des plus beaux génies de ce temps. » C’est à travers ce personnage quelque peu particulier que nous déambulons dans la Capitale, en 1827. Nous faisons également connaissance avec l’épouse du savant. Il faut avoir un bon caractère pour être la compagne d’un tel homme ! Elle dira ainsi, à sa domestique, « un savant, voyez-vous, est un homme qui ne sait rien du tout… de la vie, s’entend. »

Cette nouvelle oscille entre le sérieux et l’humour. Oui, oui, j’ai bien dit « humour ». Je sais que ce n’est pas courant chez cet écrivain mais c’est bien le cas ici. J’ai pris plaisir à la lire.

Challenge Les textes courts. 

Genre : Nouvelle 

Auteur : Honoré de Balzac

Pays : France

Nombre de pages : 35

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mon-challenge.png

Ubu cocu – Alfred Jarry

On connait souvent Ubu Roi mais très peu les autres oeuvres de Jarry. Dans cette pièce, Ubu, ancien roi de Pologne, se présente comme un grand pataphysicien. Il doit occuper un appartement et pour cela, il en déloge les occupants à sa manière… Et il ne se prive pas d’une de ses armes favorites : le Pal ! Seul ombre au tableau : la conscience d’Ubu qui lui rappelle que, cornegidouille !, on ne se débarrasse pas ainsi des gens. Ah non ? Et paf, enfermée la conscience ! Bon, et la Mère Ubu pendant ce temps ? Elle est tombée raide dingue d’un égyptien, un certain Memnon. Il vaudrait mieux pour lui qu’il se planque s’il ne veut pas rejoindre les mânes de son ancêtre légendaire !

La première pièce était déjà absurde, on peut dire que celle-ci est complètement cinglée ! Mais quel plaisir de retrouver la verve de ce personnage ! Sa femme n’apparait que très peu au final. Jarry se moque, bien entendu… Un peu à la manière d’un Molière avec son Monsieur Jourdain, on a ici un homme imbu de lui-même se prenant pour un scientifique. Lisez cette pièce, la pataphysique n’aura plus de secret pour vous ! 😂

Challenge Les textes courts. 

Genre : Théâtre

Auteur : Alfred Jarry

Pays : France

Nombre de pages : 67

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mon-challenge.png

La chèvre d’or – Paul Arène

Paul Arène [XIXe s] Image

Paul Arène, auteur provençal complètement oublié de nos jours, est un contemporain d’Alphonse Daudet. D’ailleurs, ils furent amis et écrivirent, ensemble, bon nombre de chroniques qui devinrent ensuite Les Lettres de mon moulin.

La Chèvre d’or est, en fait, une légende reprise par plusieurs auteurs, dont Frédéric Mistral. Paul Arène situe l’histoire en Provence orientale et non dans les Alpilles. « J’avais rencontré la Chèvre d’Or dans tous les coins de Provence, aux Baux, à Gordes, à Vallauris. partout la légende se rattachait aux souvenirs de l’occupation sarrasine, et partout il s’agissait d’une chèvre à la toison d’or, habitant une grotte pleine d’incalculables richesses et menant à la mort l’homme assez audacieux pour essayer de la traire ou de s’emparer d’elle… » La chèvre, animal fabuleux, serait la gardienne d’un trésor laissé par les Maures. Ceux qui l’ont vue et ont tenté de la suivre ne sont jamais revenus… Brrrrr…

Ce fut un vrai plaisir de lire cette légende sous la plume de cet auteur qui en a profité – et on ne va pas le lui reprocher – pour magnifier les paysages de cette belle région : « j’aurais pu, avec cet horizon d’eaux miroitantes, de tamaris en dentelle sur l’or du couchant, et le clairin d’Arlatan qui tintait, me croire au bord du Vaccarès, dans quelque coin perdu, entre la tour Saint-Louis et les Saintes. »

Je ne connaissais ni l’auteur ni la légende avant de trouver ce livre mais je peux vous dire que je vais lire d’autres œuvres de cet écrivain prolixe.

Les bonnes femmes – Goethe

Fiche faite le 20/06/2013

De Goethe, on ne connaît souvent qu’un roman : Les souffrances du jeune Werther. Pourtant, ce fut un écrivain prolixe qui se risqua à essayer tous les genres : roman, poésie, théâtre…

Les Bonnes Femmes est le titre d’une courte nouvelle parue en 1800. Elle met en scène un cercle, comme il pouvait en exister à l’époque. On médite sur la caricature. Certains ne comprennent pas à quoi cela peut servir. Puis, comme dans toute conversation, on se perd, on digresse et on passe à une discussion sur les chiens. Mais il y a bien un fil conducteur mine de rien puisque l’on considère dans ce club très sélect que les chiens sont la caricature des hommes. 

On pourra voir dans ce texte une certaine critique de la société de l’époque. En reprenant les prénoms rappelant les Précieuses et les Précieux du XVIIe siècle (Armidore, Arbon, pour ne citer qu’eux), on sent bien le parallèle qui peut être fait entre les salons d’un côté et les cercles de l’autre. On parle, souvent pour ne rien dire et, surtout, on se montre. Le paraître est roi, quitte à être ridicule aux yeux de ceux qui n’appartiennent pas à cette classe (si on peut appeler cela ainsi). Le thème traité est bien pauvre. Pourtant, les différents personnages semblent ne pas le remarquer. La conversation finira sur le rôle des femmes. Je me demande si cela n’a pas un rapport avec sa vie privée. En effet, à cette époque, Goethe subissait les foudres de ses contemporains pour s’être acoquiné avec Christiane Vulpius, femme qui, outre la sexualité débridée, savait tout faire. Les critiques n’y allèrent pas de main morte. Ainsi, Thomas Mann par exemple, la traita de « beau morceau de viande inculte ». Les caricatures allaient bon train. Voilà pourquoi je pense que cette nouvelle trouve ses sources dans la sphère privée de l’auteur.

Extrait :

SINCLAIR.
Ainsi donc le résultat de tous ces soins, de cet amour et de cette fidélité, fut la domination. Je voudrais bien savoir jusqu’à quel point on est fondé à soutenir que les femmes sont, en général, si jalouses de dominer.

AMÉLIE.
Voici déjà le reproche, qui arrive d’un pied boiteux derrière la louange !

ARMIDORE.
Dites-nous là-dessus votre pensée, bonne Eulalie : j’ai cru remarquer dans vos écrits que vous ne faites pas de grands efforts pour justifier votre sexe de ce reproche.

EULALIE.
En tant que ce serait un reproche, je voudrais que notre sexe l’écartât par sa conduite ; mais, en tant que nous avons aussi un droit à l’autorité, je n’aimerais pas à voir qu’il subît quelque atteinte. Si nous cherchons à dominer, c’est seulement comme créatures humaines : qu’est-ce en effet que dominer, dans le sens que nous donnons ici à ce mot, sinon déployer son activité à sa manière et sans obstacle, et jouir de son être autant qu’il est possible ? C’est là ce que l’homme grossier demande avec caprice, l’homme civilisé, avec une liberté loyale ; et peut-être cette tendance se montre-t-elle chez la femme avec plus de vivacité, uniquement parce que la nature, la tradition, les lois, semblent nous léser autant qu’elles favorisent les hommes. Ce qu’ils possèdent, il nous faut le conquérir, et les choses que l’on obtient par une lutte, on les garde avec plus d’opiniâtreté que celles dont on hérite.

SEYTON.
Cependant les femmes ne peuvent plus se plaindre : elles héritent, dans le monde actuel, autant et plus même que les hommes ; et je soutiens qu’il est aujourd’hui beaucoup plus difficile d’être un homme accompli qu’une femme accomplie. La maxime : « Il sera ton seigneur, » est la formule d’un temps barbare, bien éloigné de nous. Les hommes ne pouvaient se développer complètement sans accorder aux femmes les mêmes droits : tandis que les femmes se développaient, la balance restait en équilibre, et, comme elles sont plus susceptibles de développement, dans la pratique, la balance incline en leur faveur.

ARMIDORE.
Il n’est pas douteux que, chez toutes les nations civilisées, les femmes doivent, en somme, arriver à la prépondérance. Car, par une influence réciproque, l’homme doit s’efféminer, et il perd, attendu que son avantage ne consiste pas dans une force modérée, mais dans une force domptée ; si, au contraire, la femme emprunte quelque chose de l’homme, elle gagne ; car, si elle peut relever ses autres avantages par l’énergie, il en résulte une nature aussi parfaite qu’on puisse l’imaginer.

SEYTON.
Je ne me suis pas engagé dans des réflexions si profondes ; cependant j’admets, comme chose reconnue, qu’une femme commande et doit commander : aussi, quand je fais la connaissance de quelque dame, j’observe seulement où elle domine, car je suppose toujours qu’elle domine quelque part.

AMÉLIE.
Et vous trouvez ce que vous supposez ?

SEYTON.
Pourquoi pas ? Les physiciens et tous ceux qui s’occupent d’expériences ne sont pas d’ordinaire beaucoup plus heureux. Je trouve généralement que la femme active, née pour acquérir et conserver, est maîtresse au logis ; que la belle, d’une culture légère ou superficielle, domine dans les grandes assemblées ; que celle dont la culture est plus approfondie règne en petit comité.

AMÉLIE.
Ainsi nous serions divisées en trois classes.

SINCLAIR.
Toutes assez honorables, ce me semble, et qui d’ailleurs n’épuisent pas la matière. Il est, par exemple, une quatrième classe, dont il vaut mieux ne point parler, afin qu’on ne nous reproche pas encore que nos éloges finissent nécessairement par se tourner en blâme.

Pierre et Jean – Maupassant

61nulUC5BUL

 

Je ne me lasse pas de lire cet auteur que je trouve très moderne. Pierre et Jean raconte l’histoire de deux frères qui n’ont rien en commun, tant sur le plan physique – l’un est brun, l’autre blond – que moral. L’entente n’est déjà pas à son paroxysme et voilà qu’une visite du notaire va faire basculer les valeurs fraternelles : Jean, le cadet, hérite de tous les biens d’un ami de la famille. Pourquoi ? Pierre va se sentir lésé, à juste titre, et va essayer de comprendre la raison de ce legs. Et si le donateur, blond comme Jean, était en fait le père de ce dernier ?

Maupassant n’a pas son pareil pour décrire la vie et ses affres. De plus, il a un style qui ne vieillit pas. Pierre et Jean pourraient être deux personnes du XXIe siècle puisque rien n’a changé. On remarque que les ressorts dramatiques qui cassent les liens, qui désunissent les familles, sont les mêmes qu’aujourd’hui.