Examen clinique – Ken McClure

Un jour d’école comme un autre… La petite Amanda a de la fièvre. La maîtresse, qui est aussi sa mère, la ramène à la maison, se disant que sa fillette avait dû prendre froid. Mais son état se dégrade et lorsque le papa, qui travaille dans un laboratoire, rentre du travail, ils décident d’appeler le docteur de famille. Guère rassuré, ce dernier préfère les envoyer vers l’hôpital pour enfants. Et c’est là que tout bascule… Amanda est gravement malade et doit subir une greffe rénale. Mais comme chacun sait, il faut attendre, parfois longtemps… Leur salut semble venir d’un autre établissement, le Medic Scotland Hospital, qui dispose des équipements à la pointe du progrès pour maintenir Amanda le temps qu’on lui trouve un rein compatible. La direction accepte de la soigner gratuitement. Mais cela semble bizarre à l’ancien médecin Steve Dunbar qui va mener son enquête et découvrir des choses effarantes.

J’étais en apnée pendant les 336 pages de ce thriller ! Tout est réuni pour que l’on tourne les pages rapidement : le pathos avec l’enfant et sa vie tenant sur un fil, l’adrénaline avec le détective, ancien médecin, les magouilles de certains établissements… Et même si l’on pressent certaines choses, la fin reste surprenante.

J’ai adoré !

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Ce roman entre dans le challenge  Thrillers et polars chez Sharon.

L’enfant loué – Joan Brady

Traduction : Pierre Alien

L’histoire se situe après la Guerre de Sécession. On aurait pu se dire qu’en rendant leur liberté aux esclaves, on avait compris la leçon… Mais non, bien évidemment, cela serait trop beau ! C’est ainsi que le grand-père de Joan Brady s’est retrouvé vendu à cause de cette simple annonce :

ON DEMANDE – Garçon , âgé de six à huit. Bon foyer jusqu’à vingt et un ans. Paiement de vingt dollars à débattre. S’adresser au Magasin Général & Bureau de B. Wikin à 15 h ce samedi après-midi.

Cela fait froid dans le dos quand on sait ce qui attend les enfants ainsi vendus. On ne les appelle plus « esclaves » mais c’est tout comme. Ils ont juste changé de couleur de peau. S’étonnera-t-on, dès lors, d’apprendre que Jonathan, le personnage principal, va développer une haine envers sa « famille d’accueil » et notamment envers l’un des garçons qui l’a martyrisé durant toute son enfance ?

Inutile de vous dire que l’on a besoin de lire quelque chose de plus léger par la suite !

Inspection – Josh Malerman

La 4ème de couverture avait attisé ma curiosité. L’histoire d’une école pour garçons orphelins, cachée dans une forêt, qui faisait en sorte que ces derniers puissent grandir et travailler sans que rien ne les perturbe, me paraissait originale. En commençant le roman, j’ai fait le lien avec Le Meilleur des mondes d’Aldols Huxley. Bref, tout me semblait réuni pour passer quelques heures de lecture sympathiques. Cependant, le soufflé est vite retombé. J’avoue ne pas vraiment avoir compris où l’auteur voulait en venir. Je me suis vite essoufflée, perdue entre les lettres des garçons (nommés par une seule lettre de l’alphabet), les personnages manquant de relief…

Je suis complètement passée à côté de cette dystopie. Tant pis…

Sous terre – James Delargy

Traduction : Maxime Shelledy et Souad Degachi

J’ai tourné frénétiquement les pages de ce thriller ! Celui-ci met en scène une famille, apparemment bien sous tous rapports, venant habiter dans une ville minière abandonnée en Australie. Oui, j’ai bien dit « apparemment » car pour venir ainsi se cacher dans un taudis qui n’a de maison que le nom, il faut avoir des choses à se reprocher.

Le lecteur n’a pas une seconde pour respirer (ou presque… attention à l’étouffement sinon ! 😄). Le rythme est haletant, les chapitres très courts, mimétiques de la folle course-poursuite de cette famille avec… mais avec qui ? A qui appartient cette ombre que le garçon aperçoit et qui le terrifie ? Y a-t-il une âme dans cette ville qui s’écroule de part en part ? Que sont ces bruits bizarres que l’on entend sans savoir s’il y a quelqu’un derrière ? Emmaline Taylor de la police criminelle va mener l’enquête après la disparition des Maguire. Et lorsqu’elle découvre du sang séché dans la maison saccagée, elle se dit que les minutes sont comptées… en espérant qu’il ne soit pas trop tard !

Je conseille vivement la lecture de ce livre !

Ce roman entre dans le challenge Thrillers et polars chez Sharon.

Maman pour le dîner – Shalom Auslander

Traduction : Catherine Gibert

J’avais beaucoup aimé le fameux roman de Shalom Auslander, La lamentation du prépuce, aussi, lorsque Babelio (que je remercie) m’a proposé ce livre, je n’ai pas hésité une seule seconde. L’histoire est particulière car nous nous trouvons face à une famille de cannibales. Le personnage, Septième Seltzer, voit son monde s’écrouler lorsque son frère lui téléphone pour lui annoncer que leur mère est décédée. Ce bouleversement ne vient pas, bizarrement, de la funeste nouvelle en elle-même, mais plutôt de l’expectative de la suite des événements. Si la mère en question avalait des burgers à longueur de journée, il va falloir désormais manger cette dernière, ainsi que le veut la tradition…

Ami lecteur, s’il y a des références à Montaigne, ce qui ne peut que me réjouir, n’attends pas qu’il y ait le même style ! Ne prends surtout pas ton petit-déjeuner en le lisant, ou quelque nourriture que ce soit sous peine de la gâcher. Parce que pardon du peu mais « l’assimilation » de la mère (vous apprécierez la métaphore) se fait dans les détails, et pas des moindres !

J’ai apprécié ce livre qu’il ne faut surtout pas lire au 1er degré. Si l’on y retrouve, à travers Septième, les idées qui étaient déjà dans La Lamentation du prépuce, à savoir les critiques de sa propre culture, il s’agit ici, surtout, d’un cheminement de la pensée aboutissant à une meilleure compréhension de cette dernière, de ses rituels, et, finalement, s’opère un changement d’avis vis-à-vis de ce que le personnage pensait au départ. Sous des dehors à la fois sanglants et humoristiques, c’est toute une philosophie de vie qui transparaît et qui donne à réfléchir. Comme quoi, il ne faut jamais s’arrêter à une idée préconçue !