Dernière lettre à Théo – Metin Arditi

Metin Arditi, que je découvre, imagine la dernière correspondance de Vincent Van Gogh à son frère Théo. En peu de pages (une quarantaine), on perçoit déjà le personnage, confus, déchiré mais dont le talent artistique prend le pas. Toutes ces pages évoquent les couleurs, celles pour lesquelles le peintre vivait. On imagine également sa souffrance. Certes, nous savons qu’il avait des accès de folie mais il regrettait également le manque de considération de sa famille, et notamment de son père, envers lui.

Je trouve que Metin Arditi est très fort dans son genre. Concentrer autant d’idées, de ressentis, de sentiments, en si peu de pages, c’est de l’art ! Au même titre que le peintre doit tout nous faire comprendre en un coup d’oeil sur sa toile, l’auteur a réussi avec brio cet exercice.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Challenge Les textes courts. 

Genre : Lettre

Auteur : Metin Arditi

Pays : Suisse

Nombre de pages : 43 pages

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mon-challenge.png

Berry, insolite et secret – J.M Beuzelin

Je tiens à remercier, en premier lieu, Babelio et les éditions Jonglez pour cette belle découverte. J’aime ces guides qui nous permettent de découvrir les attraits d’une région, d’un département ou d’une ville. Celui-ci a d’autant plus attiré mon attention qu’il traite d’un coin proche de celui de mes vacances. Je connais Bourges mais pas plus. Et là, cela permet de découvrir, comme le titre l’indique, des curiosités. J’avoue qu’en le feuilletant, j’en ai retenu pas mal ! Comme tous les guides, on a droit en prime à l’histoire du lieu sélectionné et, cerise sur le gâteau, à des recherches plus générales. Je pense notamment à l’inscription de l’impasse du chat (P46), faisant référence à l’alchimie. Les pages qui suivent expliquent de manière détaillée mais très compréhensible ce qu’était l’alchimie. Les illustrations sont belles. Je n’ai qu’un bémol : l’écriture qui est un peu petite pour mes pauvres yeux fatigués par des heures de corrections de copies ! Ah, si, un deuxième bémol, le carton gigantesque qui a été utilisé pour ce livre dont la taille méritait une simple enveloppe à bulles. Je me demandais ce que le facteur m’apportait ! Ce pauvre guide nageait littéralement dans sa boîte. Mais ceci n’est qu’un détail…

Imaginez ma stupeur en recevant ce carton…

Lettres cachées de François M. à Anne – Laurent Gerra et Pascal Fioretto

J’ai ri du début à la fin ! Il faut dire que j’aime beaucoup Laurent Gerra et j’imaginais bien ses mimiques en lisant ces fameuses lettres. Bien entendu, tout est parodié et, cerise sur le gâteau, on a même droit à quelques dessins pas piqués des vers. Ce recueil reprend des émissions radiophoniques. Il est très vite lu et si vous avez envie de sourire un peu, n’hésitez pas !

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Challenge Les textes courts. 

Genre : Lettres

Auteur : Laurent Gerra et Pascal Fioretto

Pays : France

Nombre de pages : 96 pages

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mon-challenge.png

Lettres d’Indochine – Lucien de Reinach

Lucien de Reinach [XIXe s / France ; Lettres] Dubuisson

Quatrième de couverture :

Les lettres réunies dans ce recueil ont été adressées par le lieutenant de Reinach à sa famille pendant les six années qu’il a passées en Indochine.
Écrites au jour le jour, sans aucune recherche de style, elles n’étaient pas destinées à être rendues publiques.
On y trouvera, à côté de descriptions simples, mais sincères du pays, les difficultés de la vie coloniale où l’officier et l’administrateur doivent, de leur propre initiative, suppléer à l’insuffisance des moyens dont ils disposent.
On y verra le lieutenant de Reinach faisant, tour à tour, œuvre de militaire, d’explorateur, de juge, d’ingénieur, voire même de vaccinateur.

Mon avis :

Si ces lettres n’ont pas été écrites, à la base, pour être publiées, il n’en reste pas moins que le style de cette simple correspondance force l’admiration. Bien écrites, on sent toute la richesse du XIXe siècle sur le plan rhétorique. Ne connaissant que très peu de choses sur cette péninsule, je me suis littéralement délectée de ces textes. On entre dans l’intimité du personnage, de ce militaire, mais on en oublie assez vite la fonction au profit du dépaysement. On découvre ses difficultés dans ce pays au relief pouvant se montrer ingrat. Alors, certes, au final, on n’apprend pas grand chose sur le plan historique, mais ces lettres piquent justement notre curiosité à aller faire des recherches. Après tout, une correspondance n’est en aucun cas faite pour faire un cours d’histoire ou de géographie. Au lecteur de jouer le jeu.

J’ai passé un moment très agréable à la lecture de ce livre et je le recommande.

Extrait :

Ban-Muong, le 4 mars 1895

J’ai reçu des lettres de France me demandant des notes sur ce que je vois. Quelles notes prendre sur un pays où il n’y a rien ? Pour arriver jusqu’ici, où le paysage n’est pas joli, mais moins laid qu’ailleurs, il faut faire six cents kilomètres en remontant le fleuve depuis son embouchure. Dès qu’on quitte le Mékong, plus de villages ; rien que de la forêt et de la brousse. Cela est si vrai qu’il est très difficile de marcher vers un endroit qu’on s’est désigné d’avance. J’ai été absent six jours ; je n’ai jamais pu voir le point sur lequel je me suis dirigé, et j’ai trouvé quatre villages dont deux n’avaient que quatre maisons, et quelles maisons ?

Voilà le joli pays. A mille lieues de France, on se figure que tout ce qui se trouve à une distance aussi considérable que celle d’où j’écris est beau, splendide et merveilleux à voir. Eh bien ! En dehors de Ban-Muong même, avec son fleuve et ses montagnes bleues, rien de ce que j’ai aperçu jusqu’à présent ne mérite seulement qu’on lève la tête pour le regarder. Espérons que cela va changer et qu’en allant plus haut dans ce pays, je trouverai peut-être des choses intéressantes.

Les chats – Yann Arthus-Bertrand

Yann Arthus-Bertrand [XXe-XXIe s / France ; Photos] Image

Quatrième de couverture :

Yann Arthus-Bertrand, amoureux des animaux et photographe de renommée internationale, présente une galerie de portraits de chats, photographiés avec ou sans leurs maîtres. L’histoire du chat et sa mythologie accompagnent une description précise de chaque espèce. Une somme pour tout savoir sur les chats.

Mon avis :

Ce beau livre de 383 pages se divise en six parties : une première sur l’Histoire du chat, fort bien faite, concise, pratique et intéressante. Elle débute par une citation tirée d’un conte de Rudyard Kipling (Le Chat qui s’en va tout seul : « Je ne suis pas un ami et je ne suis pas un serviteur. Je suis le Chat qui s’en va tout seul, et je désire entrer dans votre Grotte. »), citation représentative, je cite, « de la quintessence du chat, dans sa réalité et sa mythologie ». S’ensuivent ensuite quatre chapitres classés selon la nature même du chat : à poils courts, à poils mi-longs, Siamois et Orientaux, Persans et Exotics (non, il n’y a pas de faute d’orthographe sur ce dernier mot, il s’agit bien d’une race de félins). Enfin, la dernière partie, intitulée Derniers regards, s’ouvre sur une citation de Baudelaire tirée de son fameux poème, Les Chats (comment faire autrement ? ) :

« Et des parcelles d’or, ainsi qu’un sable fin,
Étoilent vaguement leurs prunelles mystiques. »

Elle s’intéresse, comme son nom l’indique, à l’oeil du matou :

« Ce minet domestique que l’on vient de gronder parce qu’il a encore fait ses griffes sur le canapé du salon adopte, fort convenablement, une attitude coupable. Mais dans ses yeux, pas l’ombre d’un remords. Abandonné sous les caresses, point de regards enamourés : c’est son corps tout entier qui exprime le plaisir mais l’oeil, mi-clos sans doute, demeure égal; une patte se tend, s’étire, les doigts griffus s’écartent de bonheur: dilatation du chat qui s’exprime par le geste, rendant à l’émotion son sens premier de mouvement vers l’extérieur. Qu’il guette ou qu’il tue, qu’il se chauffe au soleil ou surveille l’ouverture du réfrigérateur magique à l’heure du dîner, qu’il lorgne votre assiette méditant un larcin ou qu’il s’adonne à sa toilette, le chat pose sur le monde alentour un regard objectif qui se contente de voir. »

Entre les beaux textes de Danièle Laruelle et les non moins belles photos de Yann Arthus-Bertrand (que l’on ne présente plus), on passe un très bon moment à contempler pas moins d’une quarantaine de races de chats.

Amateur de félins, ce livre est fait pour vous !