L’Athénée – Marcello Quintanhila

Cette BD est une adaptation d’un roman brésilien de Raul Pompéia écrit en 1888. Elle met en scène un jeune garçon de bonne famille, Sérgio, entrant dans un collège-pensionnat huppé, tenu par le redoutable Aristarco, L’Athénée. Sérgio comprend assez vite qu’il va devoir faire ses preuves face à ses nouveaux « camarades ». Il perçoit également cette injustice consistant à faire une différence entre les élèves dont les parents paient rubis sur l’ongle et les autres, dont les impayés s’accumulent. Il va connaître les affres de la solitude, de devoir se battre face à des garçons qui n’attendent qu’une faille pour martyriser, avilir les plus faibles…

Il est intéressant de voir, à travers cette BD (je n’ai pas lu le roman), comment fonctionnaient les écoles privées brésiliennes au XIXe siècle. À mon avis, c’était la même chose en Europe : un directeur exigeant, que ce soit sur le plan éducatif ou financier, des élèves divisés en clans : les plus forts faisant subir aux plus faibles toutes sortes de brimades, allant du harcèlement moral aux sévices physiques…

Voici un album instructif que je vous conseille vivement.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Cet album entre dans le challenge Les textes courts (90 pages) et dans le challenge Les adaptations littéraires. 

L’homme qui suivait les lilas – Martine Hermant / Pauline Collange

Lorsque le jeune homme arrive dans le petit village, il fait l’objet de toutes les conversations. Pensez donc, un étranger, un brin marginal, ne parlant que de fleurs, ce n’est pas normal ! Seule La Rousselle, jeune fille sensible à la flore et aux paroles de celui qu’on appelle alors le « Flouriste », lui prête une oreille attentive. Aurait-elle dû ?

Ce petit album illustré, qu’il m’est difficile de faire entrer dans une case, est empreint de poésie grâce au texte de Martine Hermant. Cependant, les superbes illustrations de Pauline Collange laisse présager certains événements. Je qualifierai ce livre de conte philosophique car sous les dehors légers des premières pages, il nous amène à réfléchir sur plusieurs points : l’accueil d’autrui, la naïveté, l’attachement… autant de thèmes importants dans notre société qui a beau être moderne mais qui réagit parfois comme au XIXe siècle.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Cet album entre dans le challenge Les textes courts (32 pages)

Les Tontons Flingueurs – Georges Lautner

C’est avec plaisir que j’ai revu ce film passé dimanche soir à la télé. Je connais toutes les répliques par coeur !

Fernand Naudin est un truand reconverti dans le matériel agricole et de terrassement. Il reçoit un télégramme d’une vieille connaissance, Louis « Le Mexicain », qui demande à le voir. Il va donc à Paris et à la surprise de voir que Louis est à l’article de la mort. Ce dernier lui demande de s’occuper de sa fille, Patricia ainsi que de ses affaires… On se doute bien que celles-ci ne sont pas d’une grande honnêteté… Les ennuis commencent !

La célèbre scène dans la cuisine est mythique ! Entre les conversations sur « Lulu la Nantaise » et Jean Lefebvre qui se demande s’il y a de la pomme dans l’espèce de vitriol qu’ils avalent… Je ne m’en lasse pas !

Saviez-vous que ce film est une adaptation d’un roman d’Albert Simonin, Grisbi or not grisbi  ?

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Ce film entre dans le challenge Les adaptations littéraires et dans le challenge Thrillers et polars chez Sharon

Le père Goriot (Tome 2) – B. Duhamel, T. Lamy, P. Thirault

Ce deuxième tome porte sur la fin du Père Goriot. Ce pauvre homme aura vécu un amour unilatéral : celui qu’il portait à ses filles. Auront-elles la décence de lui rendre visite avant qu’il ne meure ?

Cet album ne déroge pas à la règle : s’il suit de très près le récit de Balzac, il permet d’entrer dans l’oeuvre de façon plus ludique. Le travail est époustouflant, tant sur les décors que sur les personnages. D’autre part, il n’est pas évident de faire entrer un roman de Balzac en seulement 2 volumes. Pourtant, le défi est relevé. Bravo aux deux scénaristes et au dessinateur pour avoir su figer en quelques planches l’essence même du roman de ce grand écrivain !

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Cet album entre dans le challenge Les textes courts (50 pages) et dans le challenge Les adaptations littéraires. 

Charly 9 – Richard Guérineau

D’après le roman de Jean Teulé

Je m’emmêle un peu les pinceaux dans la royauté… Lorsque j’avais lu le roman de Jean Teulé, j’avais beaucoup mieux compris les personnalités de Charles IX et de Catherine de Médicis. Là, avec cet album, c’est encore plus clair. Forcément, c’est beaucoup plus visuel. Mais c’est surtout bien fait ! J’ai cru, à un moment où les planches changent de graphisme, qu’il y avait eu une erreur d’imprimerie. Mais non, c’est bien une volonté du dessinateur et je trouve cela plutôt réussi. Ainsi, on passe d’un graphisme très sérieux à celui ressemblant à de la BD jeunesse type Johan et Pirlouit. Et cela n’est pas sans rappeler la fonction d’Henri IX et ce qu’il se passait dans son cerveau… Est-il devenu fou à cause de la Saint-Barthélémy, mis au pied du mur, manipulé par sa terrible mère ou avait-il déjà une santé psychologique fragile ? La question reste posée…

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est arabesque1-1.png

Cet album entre dans le challenge  Les adaptations littéraires.