La Maladie et la Foi au Moyen Âge

gautier

128 p. / 19,00 €
ISBN : 9782916488455
La Louve Éditions





Au Moyen Âge, la foi est omniprésente. On aime Dieu mais on le craint, on vénère la Vierge, les saints, on croit au pouvoir des reliques… De ce point de vue, la maladie est punition du pécheur, la guérison est récompense ou miséricorde. Tout dépend de Dieu. Nul mieux que Gautier de Coinci n’a su le montrer : dans ses Miracles, il a évoqué cela avec un tel talent qu’il a marqué les esprits. Son style frappe, dérange. Son message passe par les images, par les mots crus, par ses propres interventions. De la sorte, ses Miracles de Nostre Dame ne sont pas seulement une œuvre littéraire majeure du Moyen Âge. Ils constituent aussi une source étonnante sur la maladie aux XII° et XIII° siècles et sur le sens que la religion donnait alors à ces étranges dérèglements du corps : on verra ici que la maladie faisait l’objet d’une véritable appropriation par l’Église, laquelle, sciemment ou non, profitait de la peur engendrée pour transmettre ses messages moralisateurs.

 





≈≈≈≈≈≈≈≈≈

 

On en parle :

Sur le net :

Sur le forum Nota Bene, sur mon blog, sur Babelio, sur le blog de Woland, sur le Blog de Mazel, sur le Blog de Bleuette, sur Goodreads , sur le Blog Délivrer des livres, sur le site de Julien Offray de La Mettrie, sur le site de la romancière Bleuette Diot, sur le Blog de l’écrivain Pierre Thiry, sur le blog de Lili Galipette, sur le blog de Yugcib 

Dans la presse :

Dans la revue Moyen Âge de Juillet 2011 :

revue moyen âge

Ils le disent :

 » … Ce livre est vraiment à découvrir. Et on allie le plaisir de la culture sans douleur. Un style fin et simple. Si bien qu’à peine terminé on a envie d’en lire un autre aussitôt…  » (Annie Beauvieux sur Babelio)

 

 » …. Le livre est totalement intéressant voire passionnant. Facile à lire, pour être accessible à tout un chacun, il est rédigé dans un langage clair mais très référencé (indispensable pour la compréhension). L’auteure propose là, un livre intelligent, instructif et profond…  » (Katia Verba)

 

 » … Le mérite de ce petit livre, rédigé par ailleurs en un style simple, clair et dépourvu de toute pédanterie, a le mérite de faire réfléchir les modernes que nous sommes non seulement à la condition du malade en cette époque si difficile que fut le Moyen-Age mais aussi à notre propre comportement, à nous, femmes et hommes du XXIème siècle, face à certains de nos malades, tels que ceux affectés de troubles mentaux ou les personnes souffrant de troubles du comportement ou encore les handicapés…  » (Sylvie Siméon)

 

 » … Très documenté. Une œuvre que je recommande à tous les passionnés du Moyen-âge et de l’histoire de la médecine en général…  » (Bernard Marais sur Babelio)

 

 » Je n’ai qu’une crainte en écrivant ce commentaire, celui de ne pas rendre justice à la qualité remarquable de l’œuvre de Lydia Bonnaventure. Cette médiéviste de talent a rédigé, là, un essai particulièrement abouti, digne d’un historien confirmé. Mais si ce travail de recherche est aussi pointu que minutieux, l’ouvrage n’en demeure pas moins accessible à tous, tant les explications sont claires, le style fluide et le sujet bien amené.

Au travers des écrits de Gautier de Coinci (1178-1236) Lydia Bonnaventure nous brosse le portrait d’une société médiévale, à une époque où sévissaient les épidémies et la misère.
Quelle portée a eu le message de ce précurseur ? Comment ses contemporains percevaient-ils la maladie en ce temps-là ? Autant de questions auxquelles l’auteure répond avec une étonnante faculté d’empathie, restituant la psychologie d’un monde où la maladie était perçue comme une punition divine et pour qui la guérison n’était jamais qu’un signe physique de la guérison de l’âme par la rédemption de ses péchés.
Un livre précieux à découvrir et à conserver dans sa bibliothèque.  » (Bleuette Diot)

 

« A rapprocher des ouvrages de Delort, Goglin ou Leguay. » (Jean-François Zimmermann)

 

« Ce petit livre de Lydia Bonnaventure, publication d’un travail universitaire pourra être lu avec fruit par tous ceux que passionne l’épistémologie de la médecine.
Il peut aussi se lire à la manière d’un roman, alors on découvre un homme Gautier de Coinci décrit par une auteure passionnée par son sujet et très attentive aux multiples aspects de son personnage. (…) Ce livre peut enfin se lire, tout simplement comme l’œuvre d’une historienne de talent. J’ai à plus d’une reprise songé en lisant ce livre à Guillaume le Maréchal de Georges Duby. Cette évocation de Gautier de Coinci aurait certainement pu s’insérer dans cette série «Les inconnus de l’histoire» publiée chez Fayard et qui faisait les délices des étudiants passionnés d’Histoire dans les années 80. Même élégance dans le style, semblable précision dans l’évocation des sources… » (Pierre Thiry)

 

« L’essai de Lydia Bonnaventure est aussi intéressant qu’il est facile d’accès. La richesse des informations n’est jamais indigeste et la compréhension du sujet est encore facilitée par une mise en page claire et des notes explicatives fort à propos. L’ouvrage reproduit des citations du texte original en langue médiévale et met en regard la traduction en français moderne. Pour l’ancienne passionnée d’ancien français que je suis, ce fut un plaisir de naviguer entre les deux versions et de retrouver toute une grammaire un peu oubliée. Entre analyse littéraire et analyse historique, cet essai illustré de copies des manuscrits originaux est tout à fait passionnant. Et certains aspects du texte de Gautier de Coinci m’ont rappelé la folle passion de Sainte Lydwine de Schiedam,  si fabuleusement écrite par Joris-Karl Huysmans »… (Lili Galipette)

 

« Le livre de Lydia Bonnaventure, « La maladie et la foi au moyen âge », est un livre dont la lecture est aisée… Ce qui, à mon avis, pour un livre « de cette nature », et donc sur le thème dont il est question, confirme un « talent d’écrivain »…  (Guy Sembic)

 

« Un livre passionnant, issu d’une recherche universitaire, érudit, mais présenté avec tant de simplicité et de clarté qu’il peut s’adresser à un très large public intéressé par les religions, l’histoire de la maladie, le Moyen Age ou même par la découverte d’un grand poète, dont les nombreuses citations en ancien français, suivies traductions, montrent bien le talent d’écriture, par ces croquis qui font penser à Jérôme Bosch ou à Jacques Callot.
Ah ! si toutes les thèses étaient aussi intéressantes ! »  (Michèle Perret)

 

« Agréable découverte, lecture intéressante, bien structuré avec une petite préférence pour la 3eme partie « Symbolisme et choix des maladies », enrichissante et menant à la réflexion sur la société de l’époque mais surtout , paradoxalement vu le titre de l’ouvrage, sur la nôtre.
Merci Lydia pour ce travail de recherche de fourmi fourni, pour ce voyage entre là bas et ici et maintenant. »  (Fred Fichetoux sur Babelio)

 

« L’ensemble est présentée de façon claire, avec une telle aisance de style qu’elle nous amène aux conclusions dans une logique si fluide que c’est un vrai plaisir d’y adhérer. (…)

Merci à Lydia Bonnaventure de nous faire profiter de son impressionnant savoir et de nous permettre d’accéder à cette connaissance sur les réalités d’un moyen âge fascinant, qu’il nous attire ou qu’il nous fasse frémir, car nous gardons dans notre mémoire inconsciente l’héritage de ces terribles épreuves du passé. » (Martine Hermant)

 

« Que de résonances contemporaines en ces mille raisons de désespérer…

Alors, un grand merci à vous, Lydia, pour ce passionnant travail de défricheuse ! »(Dourvac’h)

 

« Une œuvre passionnante, recherchée et pourtant très accessible. » (Lapindesbois sur Babelio)

 

 » (…) Toutes les affirmations sont appuyées par des preuves et une multitude de citations. L’auteur nous offre même le luxe de nous donner les citations dans leur écriture originale avec bien entendu traduction par la suite. (…) C’est une étude pointue et, même si elle nous fournit beaucoup d’informations sur le Moyen Âge, elle est centrée sur les liens très précis entre les maladies et leur interprétations à travers le prisme de la foi. » (Kassuatheth sur Babelio)

 

C’est le grand mérite de Lydia Bonnaventure, auteure du très beau livre intitulé La maladie et la Foi au Moyen Âge, de mettre en évidence et de souligner l’importance des Miracles de Notre-Dame de Gauthier de Coincy pour traiter de cette question du rapport étroit établi par les hommes du Moyen Âge entre la maladie et la trahison de la foi ou son absence, mais aussi entre le recouvrement de la santé et la foi retrouvée ou redoublée.Lydia Bonnaventure a fait de ce texte le support de son analyse, tout en ne limitant pas à celui-ci les références qui permettent de comprendre l’univers mental des clercs du Moyen Âge et de percer à jour leurs intentions profondes tout en démontant le mécanisme de leur pensée, et d’un discours qui leur permettait d’imposer aux autres leur idéologie, car c’en était une. (François Sarindar)

Un ouvrage sérieux pour qui se passionne de l’époque médiévale et de ses ponctions, componctions. (Erveine sur Babelio)

 

Cet exposé, travail de recherche pointu et très bien documenté s’appuie sur des textes anciens de Grégoire de Tour, la Bible et un certain nombre d’autres écrits anciens, à lire sans faute si l’on aime cette période historique. (Ptitgateau sur Babelio)


L’écriture est belle, les mots sont bien choisis, percutants lorsqu’il le faut, notre imaginaire se mêlant et s’imprégnant de celui de l’époque, le texte est léger alors que le sujet sort de l’ordinaire. (Eve sur Babelio)


Une démonstration limpide, érudite mais ( dieu merci) accessible au grand public; et c’est passionnant……(Louise09 sur Babelio)

 

≈≈≈≈≈≈≈≈≈

 

Mon interview : ici.

Ici et ailleurs :

-> Bibliographie 2011 de l’Université de Dayton (USA)

-> Bulletin n°3, avril 2012, de la Sorbonne

-> Site répertorié en Suisse, dans une grande école, le CEC André-Chavannes.

Publicités